Archives de catégorie : Débats

Travail et numérique : ouvrons le débat

Impossible de ne pas faire une place dans le colloque à la « question du numérique » alors qu’on nous parle à corps et à cri d’une « révolution » dans ce domaine.

Quand ont pris forme, dans les années 1980, les questions que pose l’approche ergologique (sous le nom, alors, d’analyse pluridisciplinaire des situations de travail), elles venaient mettre du trouble dans un discours triomphant sur les promesses des « mutations technologiques », en posant une question rare : qu’est-ce qui change dans le travail ?

On a vu, depuis, ce qu’il en est : notamment comment l’informatisation, portée par le mot d’ordre de « modernisation », a muté elle-même en une frénésie d’indicateurs chiffrés dans laquelle le travail est plus que jamais masqué. Aujourd’hui c’est le tout-numérique qui, pour certains, relaie les mêmes promesses, mais les propos sont, disons, plus inquiets, ou plus ambivalents, comme si dominait l’impression vague que tout nous échappe.

En quoi l’approche ergologique peut-elle nous aider à penser, et pratiquer, la maîtrise des évolutions techniques ?

Nous proposons en guise d’ouverture une conférence du chercheur Alexandre Monnin, auteur d’une thèse sur la philosophie du web qui apporte un éclairage très intéressant sur la réalité de la prétendue « immatérialité » des technologies numériques.

La vidéo de la conférence :
http://www.projet-eee.ac-versailles.fr/videotheque/ii-l-avenir-du-numerique-alexandre-monnin
La thèse :
https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00879147v3/document)

 

 

« Quelle est la spécificité d’un Groupe de rencontre du travail (GRT) ? », par Louis Durrive

L’enjeu d’une organisation est de rendre possible et efficace l’action collective au service d’un projet. Pour cela, elle doit à la fois produire de la norme (antécédente et anonyme) et pouvoir compter sur des hommes normatifs, c’est-à-dire en mesure d’exercer leur normativité, d’effectuer un retravail personnel des normes, au moment de se confronter à la réalité, de manière à atteindre les buts assignés. Un certain nombre d’organisateurs ont cependant longtemps entretenu l’idée que les plans, les programmes, les procédures, les méthodes, etc. auraient le pouvoir de modéliser parfaitement une action, de la penser à l’avance et ‘sans reste’ – ce qui veut dire de façon exhaustive, car rien ne leur échapperait de la réalité. Or c’est impossible puisque, étant en désadhérence donc à distance de l’ici et maintenant, l’organisation opère nécessairement une réduction de la réalité. Le manager dirigeant a forcément une vision plus large que profonde des situations de travail, qu’il supervise de loin.

Continuer la lecture de « Quelle est la spécificité d’un Groupe de rencontre du travail (GRT) ? », par Louis Durrive

En quoi le travail ouvre-t-il de nouvelles perspectives au mouvement syndical ? par Yves Baunay

C’est le fil rouge qui a été déroulé lors du colloque-séminaire pour les dix ans du chantier travail de l’Institut de recherche de la FSU, les 1er et 2 février 2017 à Paris.

Quatre ateliers ont débattu et confronté des réflexions de militant-e-s à partir d’expériences de recherches sur le travail, d’expériences d’activité syndicale notamment en CHSCT, sur les lieux de travail… Il s’agissait de mettre en évidence des questions vives relatives aux difficultés et/ou potentialités des mobilisations syndicales et des engagements de chercheur-e-s, de syndicalistes, de travailleurs et travailleuses, d’organisations syndicales, dans la transformation du travail.

Continuer la lecture de En quoi le travail ouvre-t-il de nouvelles perspectives au mouvement syndical ? par Yves Baunay