Une démarche engagée

Auteur : Jacques Rollin

La politique peut-elle ignorer la démarche de production de savoir qui se nourrit d’une énigme : celle qui a trait avec « qu’est-ce qui se noue et se joue dans l’activité humaine », dans cette activité que nous déployons toutes et tous au quotidien souvent sans y porter attention.

Avec la politique telle qu’elle est aujourd’hui, ne ratons-nous pas l’essentiel en prétendant penser et organiser la vie en commun sans nous donner les moyens de nous interroger sur ce que nous faisons dans les séquences les plus infimes de notre activité ? Ne gâchons-nous pas des avenirs, des potentialités, en oubliant que nous sommes des « êtres d’activité » qui n’exécutent jamais strictement l’histoire que d’autres programment pour nous ? Pourquoi s’en remettre à la fiction de la rationalité du sujet apte à contractualiser en vertu de son libre arbitre, alors que les choix de notre « corps-soi » se nouent dans des valeurs, dans des projets, dans des héritages…?

Ces questions, après lecture de l’ouvrage Yves Schwartz, Travail et politique l’apport de la démarche ergologique textes réunis et présentés par Christine Castejon et Jacques Rollin, (Titre provisoire, ouvrage à paraître aux Editions La Dispute ) ne devraient plus paraître étranges !

Ces questions, je ne les aurai jamais formulées, si je n’avais pas pu être, durant plusieurs décennies, un des compagnons de route de « l’aventure ergologique ». Aujourd’hui, je les formule à voix plus haute parce que je ressens de plus en plus l’urgence de poser la question politique autrement.

Cela va faire trente ans que j’ai rencontré Yves Schwartz, l’auteur de ces textes. Je ne cache pas les difficultés que j’ai pu rencontrer pour essayer de me hisser vers cette « idée forte de la science ». S’exprimant dans un autre langage que celui que j’utilise au quotidien, j’ai pu, moi aussi, rêver à de « possibles vulgarisations ». Mais plus je comprends la portée des concepts ergologiques, et plus je suis obligé de constater qu’il ne peut pas en être autrement. Aller à l’essentiel ne peut se faire en optant pour des démarches approximatives contournant l’énigme de l’activité.

La démarche ergologique n’ignore pas la difficulté de communication entre les savoirs qui s’élaborent à l’université et les savoirs qui sont présents dans la situation d’activité. Mais au lieu de s’enfermer dans des simplifications, elle préfère contribuer (même si cela va avec un certain inconfort) à l’émergence de nouveaux savoirs avec des dispositifs qui rendent possible «  le dialogue socratique à double sens » : permettre à chacun d’admettre son inculture (pour les uns surtout dans le domaine des concepts, pour les autres devant l’activité en train de se faire) afin qu’un dialogue s’instaure permettant de dépasser nos incultures respectives. Nous avons tous à apprendre, si nous voulons changer le travail, le savoir, la vie économique et sociale. Ici, se trouve donc un point de rupture avec une conception où il y aurait d’un côté ceux qui auraient la mission de produire des concepts (des programmes, des modes opératoires, des mots d’ordre …) et de l’autre ceux qui seraient obligés de composer avec des « savoirs simplifiés pour l’action ».

Les textes écrits par des auteurs contribuant à l’ergologie, ceux d’Yves Schwartz en particulier, parce qu’ils refusent des simplifications sur « l’énigme de l’activité humaine » m’aident à penser mon quotidien (dans le microscopique) comme les aventures de l’humanité sous l’angle le plus macroscopique. J’ai pu m’en rendre compte dans mon métier d’animateur de dispositifs formatifs pour les cadres d’une grande entreprise en quête d’amélioration des pratiques managériales. Si je n’avais pas eu cette proximité avec l’aventure ergologique, aurais-je eu la même capacité à composer avec les « nouveautés » qui se sont succédées ciblant tantôt de «le  mieux communiquer », tantôt le «le  mieux être à l’écoute », ou encore «le mieux piloter la performance », si ce n’est «le mieux manager par les valeurs », etc. ? Aurais-je pu aussi bien comprendre pourquoi « ces nouveautés », mobilisant de belles théories, allaient vite s’avérer embarrassantes pour celles et ceux qui allaient essayer de les appliquer en faisant comme si l’activité de leurs équipiers  (et la leur) pouvait être totalement anticipée par de la théorie ? En tout cas, je n’aurais pas eu la même obstination à proposer, passant outre à de nombreuses incompréhensions, des dispositifs où pouvaient se penser les débats de valeurs, les débats de normes, « les dramatiques d’usage de soi » (j’évitais cette formulation car elle aurait demandé trop de temps pour être comprise dans un milieu où les sciences du management se calquent sur les sciences de l’ingénieur !)… Et sans cette obstination, un grand nombre de cadres n’auraient pas eu l’occasion de renouveler leur compréhension de ce que l’entreprise leur demandait tout en se construisant de nouveaux repères sur leur activité. Se construire de nouveaux repères, en prenant conscience que les êtres au travail sont des êtres normatifs, n’efface en rien les contraintes, les contradictions, les rapports de forces ; mais cela aide à pouvoir mieux les prendre en compte, et surtout cela ouvre des possibilités d’agir et d’arbitrer sur les « normes antécédentes » que soi-même et d’autres vont rencontrer. Ne plus regarder les autres comme de simples ressources, mais comme des êtres qui font « usage de soi », c’est déjà affirmer ses préférences pour le monde à construire.

Dans le même temps, mon expérience développée dans les formations que j’ai dispensées pendant près de vingt ans avec Marcelle DUC à l’IEP de Toulouse, et aussi celle dans l’animation du café ergologique toulousain,… n’ont fait que me confirmer la fécondité du patrimoine ergologique. Au fil de mon activité dans divers lieux, j’ai beaucoup appris en me rendant compte des limites des conceptions que j’avais acquises en baignant dans une culture peu soucieuse des « dramatiques d’usage de soi ». Voir autrement l’activité humaine dans les situations de travail (et en dehors) m’aura permis de mieux comprendre pourquoi les « orientations », les « stratégies », les « programmes », les « pensées »… qui se construisent sans porter attention aux renormalisations qu’effectuent sans cesse les êtres d’activité que nous sommes devant des « normes antécédentes », ratent toujours, au moins en partie, leurs prétentions initiales. Pour le dire vite, c’est vers l’apprentissage d’autres rapports au savoir, à l’éthique, au politique que m’a conduit mon cheminement avec l’ergologie. Mieux comprendre, mais aussi être dans la recherche de normes qui soutiennent les avancées vers le « mieux-vivre », cela me semble désormais impossible à faire en restant sur des schémas de pensée qui mettent entre parenthèse l’énigmatique « usage de soi ». Il faut changer de paradigme !

Même si j’ai beaucoup appris en nourrissant le cheminement de mon expérience du patrimoine ergologique, je ne cache pas que j’ai souvent éprouvé qu’il est difficile de se glisser dans une position de « passeur » de ce nouveau savoir et de cette posture intellectuelle. Toutefois,  j’ai pu constater que ce n’est pas une mission impossible. J’ai souvent été surpris de voir comment mes interlocuteurs pouvaient s’approprier la démarche ergologique pour trouver des pistes, dans leur propre situation de travail pour « faire autrement » et aussi pour « penser autrement » la construction du bien commun. 

En invitant à l’effort de lecture des textes de cet ouvrage, j’exprimerai une certitude : Si l’ergologie en tant que démarche de production de savoir ne peut nous dessaisir des choix politiques, elle peut soutenir le débat démocratique en l’invitant à s’éclairer des « réserves d’alternatives »[1].


Jacques Rollin, avril 2020

[1] Voir le texte Yves Schwartz, Où se trouvent les réserves d’alternatives ? Travail et ‘Projets –Héritages’  dans l’ouvrage à paraitre aux Editions La Dispute.

Travail et philosophie

Bernard Bourgeois

La question de savoir comment le travail est devenu un objet de la philosophie est une particularisation de celle, générale, de la genèse du contenu philosophique. Un contenu devient-il philosophique en raison d’une nécessité de sa pleine réalité, plongée dans l’aporie et par là poussée à s’interroger sur elle-même, ou en raison d’une liberté accrue de la philosophie dans la maîtrise de ses conditions d’exercice ? Est-ce le travail qui s’élève à la philosophie ou la philosophie qui s’enracine dans le travail ? Yves Schwartz, réfléchissant sur la rencontre de la philosophie et du travail, en date l’inauguration à l’intervention de Hegel. Il est vrai que celui-ci, dans la Phénoménologie de l’esprit, insère le travail, comme travail matériel socialement servile, dans la suite rationnellement nécessaire des figures de la subjectivité humaine aspirant à la liberté, et, dans l‘Encyclopédie des sciences philosophiques, en fait un moment objectif de la société civile, pré-étatique.

Continuer la lecture de Travail et philosophie

Connaissance et expérience d’Yves Schwartz, une lettre de Lucien Sève

Lucien Sève a adressé au colloque le message suivant :

Dans une longue vie de recherche – la mienne dure depuis près de soixante-dix ans –, on croise bien entendu les routes suivies par nombre de voisins, on fait même parfois quelque chemin ensemble ou du moins côte-à-côte. Mais avec personne je n’ai eu depuis plus de trois décennies, en dépit des grandes différences de nos trajets, un dialogue intérieur aussi intense malgré peu de rencontres personnelles, aussi suivi par-delà de longs silences, et pour moi aussi fécond que je ne l’ai eu, et par grande chance l’ai toujours avec Yves Schwartz. Car je n’ai pas seulement fait sa connaissance dans les années 80, j’ai fait ce que je peux appeler l’expérience d’Yves, celle d’une relation marquante avec un auteur impressionnant qui était aussi pour moi un lecteur d’exceptionnelle pénétration critique dans la gratifiante sympathie. Expérience vraiment unique. Le grand âge me rend hélas difficile d’être physiquement avec vous – avec lui – en l’importante circonstance d’aujourd’hui; mais c’est une proximité de sorte plus essentielle qui me fait prendre ici la parole pour témoigner, en profonde fraternité d’esprit, de ce que peut son œuvre pour stimuler celle des autres, à en juger par la mienne. Quand on en a reçu le bienfait, on éprouve le besoin de venir dire un très profond merci.

Continuer la lecture de Connaissance et expérience d’Yves Schwartz, une lettre de Lucien Sève

L’entrée de l’ergologie à l’Institut Universitaire de France

Jean-Claude Pariente

Disons-le tout de suite pour éviter au lecteur un contre-sens, nous ne nous proposons pas ici de revenir sur la profondeur et la richesse de l’œuvre d’Yves Schwartz, et en particulier de sa thèse de doctorat d’Etat, Expérience et connaissance du travail (1988, rééditée en 2012). Il ne s’agira pas de refaire en quelque sorte la soutenance, qui avait en elle-même été un événement philosophique, sur lequel de grandes voix ont dit tout le nécessaire. Non, nous voudrions seulement rappeler en quelques mots la façon, ou plutôt l’une des façons dont l’ergologie a usé pour s’insérer dans la vie philosophique en passant par la voie que lui offrait l’Institut Universitaire de France pour obtenir la reconnaissance de son statut authentiquement philosophique. Les quelques souvenirs que j’évoquerai ici concerneront l’histoire d’une institution plutôt qu’une œuvre singulière.

Continuer la lecture de L’entrée de l’ergologie à l’Institut Universitaire de France

COMMENT LA FSU BOURGOGNE EN EST ARRIVEE A ORGANISER DES STAGES SUR LE TRAVAIL SYNDICAL

Philippe Dormagen
ancien secrétaire régional

Les débats sur le travail syndical ne sont pas venus spontanément. Il a fallu auparavant s’intéresser aux problèmes de stress et de santé au travail pour aller ensuite vers des notions de pouvoir d’agir sur son métier. Les réflexions issues des stages de la FSU Bourgogne ont débouché sur l’idée que repenser le travail devait passer par repenser le syndicalisme…

Les prémices

Ma connaissance des problèmes concernant les conditions de travail a débuté à l’ANPE avec les travaux de l’observatoire des conditions de travail, pilotés par Muriel Prevot-Carpentier sous la direction d’Yves Schwartz. Ces travaux réalisés en 2004 ont été le support d’une thèse présentée et soutenue publiquement le 12 décembre 2013 à l’Université d’Aix-Marseille : Les « conditions de travail » : proposition de modélisation pour l’usage.

La Direction Générale n’a pas exploité ce rapport car il mettait en cause beaucoup trop de choses (voir page 91 de la thèse).

J’étais un des agents de la formation-action (investigation des situations de travail par des agents de l’ANPE formés à l’analyse de l’activité). Elle m’a appris comment être mieux dans mon travail. Mais comment faire profiter mes collègues de ces connaissances ? J’ai cherché, avec l’aide  du  « chantier  travail » de l’Institut de Recherches de la FSU.

Continuer la lecture de COMMENT LA FSU BOURGOGNE EN EST ARRIVEE A ORGANISER DES STAGES SUR LE TRAVAIL SYNDICAL

DESVENDANDO O INVISÍVEL, COSTURANDO POSSIBILIDADES: LABORATÓRIO DE MUDANÇA NO COMBATE A TRABALHO ESCRAVO E SITUAÇÕES DE TRABALHO PRECÁRIO NA CADEIA DE VALOR DA CONFECÇÃO NA REGIÃO METROPOLITANA DE SÃO PAULO, BRASIL

Ana Yara Paulino
Vínculo institucional: Doutoranda na Faculdade de Saúde Pública/ Universidade de São Paulo (FSP/USP), Brasil (anayara@usp.br)
Orientador: Prof. Dr. Rodolfo Andrade de Gouveia Vilela,
FSP/USP (ravilela@usp.br)

Condições análogas a trabalho escravo e outras formas de trabalho precário infelizmente não são raras no plano de negócios do setor têxtil e da confecção na Região Metropolitana de São Paulo (RMSP). Caracterizam-se pela invisibilidade, propiciadas pela terceirização, informalidade e pelo trabalho escravo, desrespeitando os direitos do trabalho e os princípios dos direitos humanos e do trabalho decente. Esse é o cenário também da maioria das oficinas de costura pelo mundo. Trabalho escravo é crime no Brasil e, por isso, os contratantes o ocultam. Uma linha de risco à  exploração, necessidade de sobrevivência (principalmente imigrantes – bolivianos, coreanos, haitianos, mas também nacionais), falta de informação, visões culturais sobre a atividade do trabalho (compromisso com a palavra dada, preocupação de saldar uma dívida, trabalhar muito e vencer). Onde tantos ocultamentos existem, as doenças e acidentes de trabalho não são prevenidos, registrados, tratados.

Continuer la lecture de DESVENDANDO O INVISÍVEL, COSTURANDO POSSIBILIDADES: LABORATÓRIO DE MUDANÇA NO COMBATE A TRABALHO ESCRAVO E SITUAÇÕES DE TRABALHO PRECÁRIO NA CADEIA DE VALOR DA CONFECÇÃO NA REGIÃO METROPOLITANA DE SÃO PAULO, BRASIL

YVES SCHWARTZ E O DIEESE: PASSAGEM E PRESENÇA NO MOVIMENTO SINDICAL BRASILEIRO

Ana Yara Paulino
Clóvis Scherer
DIEESE

Em primeiro lugar, quero agradecer o convite, para participar desse importante colóquio em nome do DIEESE, refletindo sobre a Ergologia e homenageando o Prof. Yves Schwartz.

Em segundo lugar, quero agradecer o grande esforço de pessoas como a Profa. Daisy Cunha e do corpo do CNAM que tornaram possível minha presença aqui.

É um prazer imenso estar com todos vocês!

Como foram as aproximações entre o DIEESE e Yves Schwartz e a Ergologia? Como tudo começou? O que aprendemos? Nossa intenção com essa apresentação é resgatar na historicidade dos momentos conjuntos, a trajetória percorrida e o que permanece em construção.

Continuer la lecture de YVES SCHWARTZ E O DIEESE: PASSAGEM E PRESENÇA NO MOVIMENTO SINDICAL BRASILEIRO

Yves Schwartz et le DIEESE : Rencontre et présence dans le mouvement syndical brésilien

Ana Yara Paulino
Clovis Scherer
DIEESE

Tout d’abord, je voudrais vous remercier de l’invitation à participer au nom du DIEESE à cet important colloque, qui réfléchit sur l’Ergologie et rend hommage au Prof. Yves Schwartz.

Je veux également remercier le grand effort des personnes comme la Profa. Daisy Cunha et celles et ceux du CNAM qui ont rendu possible ma présence ici.

C’est un plaisir d’être avec vous tous !

Comment se sont passées les rencontres entre le DIEESE et Yves Schwartz et l’Ergologie? Comment tout a commencé ? Qu’avons-nous appris ? Notre intention avec cette présentation est de restituer l’historicité des moments communs, la trajectoire suivie et ce qui reste en construction.

Continuer la lecture de Yves Schwartz et le DIEESE : Rencontre et présence dans le mouvement syndical brésilien

La formation professionnelle comme démarche ergologique

Isabelle Fristalon
Isabelle.fristalon@iffp.swiss

Introduction

Nous souhaitons dans cette communication interroger les rapports entre ergologie et formation. Qu’apporte-t-elle à la formation ? En quoi ses concepts deviennent-ils des outils pertinents pour comprendre des processus à l’œuvre dans la formation et dans l’accompagnement des transformations expérientielles et identitaires ? Si l’ergologie n’est pas pensée au départ par rapport à la question de la formation mais par rapport à celle du travail, nous pensons cependant qu’elle est au fondement de celle-ci au prix de certaines conditions. De quelle formation peut-on parler ? Quels peuvent être les enjeux pour les dispositifs de rapprocher ergologie et formation ? Nous argumenterons notre propos à partir de ce que nous vivons dans le cadre de la formation professionnelle que nous réalisons à l’IFFP[1] dans le cadre de la formation pédagogique des enseignants d’écoles professionnelles suisse.
Continuer la lecture de La formation professionnelle comme démarche ergologique

S’éduquer à la citoyenneté en problématisant ses débats de normes

Xavier Roth
Maître de conférences, Laboratoire des sciences de l’éducation (EA 602) Université Grenoble-Alpes
xavier.roth@univ-grenoble-alpes.fr
Aline Chirouze
enseignante chargée de mission de service éducatif à la Fondation du Camp des Milles – Mémoire et éducation
aline.chirouze@ac-aix-marseille.fr
Thibault Clément
Professeur certifié de philosophie
Lycée Louis Pasteur, Hénin-Beaumont
thibault.clement@ac-lille.fr

1/ Contexte institutionnel

Le camp des Milles est un ancien camp d’internement et de déportation situé entre Aix-en-Provence et Marseille. Il abrite aujourd’hui un musée dont l’objet est de répondre à la problématique générale suivante : « par quels processus des personnes ordinaires et des sociétés démocratiques ont-elles pu se transformer à un tel point qu’elles sont très rapidement devenues capables d’actes génocidaires ? » [Chouraqui A., 2015]. Et dans le même temps, comment rendre compte des résistances dont ont fait preuve à l’inverse d’autres sociétés et des personnes non moins ordinaires ?

Continuer la lecture de S’éduquer à la citoyenneté en problématisant ses débats de normes

La pensée de Paulo Freire et l´ergologie dans l´éducation des adultes dans le domaine de la santé

Magda Scherer
Professeure au programme de spécialisation en santé collective. Faculté des sciences de la Santé, Université de Brasília. Brésil.
Wania Carvalho
Directrice de l’école de perfectionnement du Système unique de santé de la Fondation pour l’enseignement et la recherche en sciences de la santé du District fédéral. Brésil.

Introduction

À partir de l’approbation du texte constitutionnel en 1988, avec la création du Système unique de santé (SUS), et de la définition de politiques destinées à mettre en oeuvre les principes établis par le SUS, sur les plans légal et institutionnel, de grands progrès ont été réalisés. Toutefois, plusieurs études ont montré qu’il existe encore de grands défis pour réorienter le processus de travail de l’ensemble des travailleurs, gestionnaires, cadres et professionnels de l’assistance 1,2,3. (COSTA et al., 2009 ; Scherer et al., 2009, GRAZIANO et EGRY, 2012). Les niveaux de gestion jouent un rôle stratégique sur la manière avec laquelle le travail est réalisé, pouvant être soit facilitateur ou inhibiteur du développement des compétences d’individus et de groupes.
Continuer la lecture de La pensée de Paulo Freire et l´ergologie dans l´éducation des adultes dans le domaine de la santé

Vitrine des initiatives ergologiques

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search