Archives de catégorie : Et le travail est devenu matière philosophique

Travail et philosophie

Bernard Bourgeois

La question de savoir comment le travail est devenu un objet de la philosophie est une particularisation de celle, générale, de la genèse du contenu philosophique. Un contenu devient-il philosophique en raison d’une nécessité de sa pleine réalité, plongée dans l’aporie et par là poussée à s’interroger sur elle-même, ou en raison d’une liberté accrue de la philosophie dans la maîtrise de ses conditions d’exercice ? Est-ce le travail qui s’élève à la philosophie ou la philosophie qui s’enracine dans le travail ? Yves Schwartz, réfléchissant sur la rencontre de la philosophie et du travail, en date l’inauguration à l’intervention de Hegel. Il est vrai que celui-ci, dans la Phénoménologie de l’esprit, insère le travail, comme travail matériel socialement servile, dans la suite rationnellement nécessaire des figures de la subjectivité humaine aspirant à la liberté, et, dans l‘Encyclopédie des sciences philosophiques, en fait un moment objectif de la société civile, pré-étatique.

Continuer la lecture de Travail et philosophie

Connaissance et expérience d’Yves Schwartz, une lettre de Lucien Sève

Lucien Sève a adressé au colloque le message suivant :

Dans une longue vie de recherche – la mienne dure depuis près de soixante-dix ans –, on croise bien entendu les routes suivies par nombre de voisins, on fait même parfois quelque chemin ensemble ou du moins côte-à-côte. Mais avec personne je n’ai eu depuis plus de trois décennies, en dépit des grandes différences de nos trajets, un dialogue intérieur aussi intense malgré peu de rencontres personnelles, aussi suivi par-delà de longs silences, et pour moi aussi fécond que je ne l’ai eu, et par grande chance l’ai toujours avec Yves Schwartz. Car je n’ai pas seulement fait sa connaissance dans les années 80, j’ai fait ce que je peux appeler l’expérience d’Yves, celle d’une relation marquante avec un auteur impressionnant qui était aussi pour moi un lecteur d’exceptionnelle pénétration critique dans la gratifiante sympathie. Expérience vraiment unique. Le grand âge me rend hélas difficile d’être physiquement avec vous – avec lui – en l’importante circonstance d’aujourd’hui; mais c’est une proximité de sorte plus essentielle qui me fait prendre ici la parole pour témoigner, en profonde fraternité d’esprit, de ce que peut son œuvre pour stimuler celle des autres, à en juger par la mienne. Quand on en a reçu le bienfait, on éprouve le besoin de venir dire un très profond merci.

Continuer la lecture de Connaissance et expérience d’Yves Schwartz, une lettre de Lucien Sève

L’entrée de l’ergologie à l’Institut Universitaire de France

Jean-Claude Pariente

Disons-le tout de suite pour éviter au lecteur un contre-sens, nous ne nous proposons pas ici de revenir sur la profondeur et la richesse de l’œuvre d’Yves Schwartz, et en particulier de sa thèse de doctorat d’Etat, Expérience et connaissance du travail (1988, rééditée en 2012). Il ne s’agira pas de refaire en quelque sorte la soutenance, qui avait en elle-même été un événement philosophique, sur lequel de grandes voix ont dit tout le nécessaire. Non, nous voudrions seulement rappeler en quelques mots la façon, ou plutôt l’une des façons dont l’ergologie a usé pour s’insérer dans la vie philosophique en passant par la voie que lui offrait l’Institut Universitaire de France pour obtenir la reconnaissance de son statut authentiquement philosophique. Les quelques souvenirs que j’évoquerai ici concerneront l’histoire d’une institution plutôt qu’une œuvre singulière.

Continuer la lecture de L’entrée de l’ergologie à l’Institut Universitaire de France