Archives de catégorie : Contributions thème table ronde n°1

Activité de travail et démocratie : un pragmatisme de l’ergologie ?

Alexandra Bidet
CNRS, Centre Maurice Halbwachs

Quelques citations du philosophe pragmatiste John Dewey pour alimenter les discussions de la table ronde :

« Philosophy which does not take into account the economic enterprise and its human consequences is an escapist intellectual gymnastic » (‘Re-Introduction to Experience and Nature’, LW 1: 360).

« Dans ce qu’on appelle la politique, l’organisation sociale démocratique prévoit cette participation directe au contrôle ; dans le secteur économique, ce contrôle demeure externe et autocratique » (Démocratie et éducation, 310, MW 9: 269).

Continuer la lecture de Activité de travail et démocratie : un pragmatisme de l’ergologie ?

Changer simultanément le travail, les savoirs et la vie économique et sociale : la co-production dans les espaces intermédiaires normatifs

Coutellier Jérôme
Directeur adjoint formation initiales ESPE Toulouse Midi-Pyrénées
jerome.coutellier@univ-tlse2.fr
Duc Marcelle
MCF Sociologie, laboratoire Certop, Université Toulouse Jean Jaurès
duc@univ-tlse2.fr
Rollin Jacques
Ancien responsable de dispositifs de formation pour l’encadrement chez Orange ; Président de l’Observatoire et Rencontres du Travail entre 2005 et 2011

jrrollin@orange.fr

Avec l’évolution des modes managériaux, après l’intérêt porté au participatif, mais aussi dans les pratiques induites par l’économie du partage ou collaborative, il est désormais de plus en plus souvent question de co-production de savoirs.

Après avoir séjourné dans l’étude du travail et découvert l’activité en train de se faire, essayer de comprendre ce qui se joue dans la vie économique et sociale ne saurait s’envisager en établissant des cloisons entre le travail, les savoirs et la vie économique et sociale. Au contraire, il faut surtout s’employer à saisir les « circulations » qui s’y effectuent, en partant de la quête du vivre en santé et/ou de l’effort pour échapper à ce que Y Schwartz nomme « l’impossible/l’invivable ».

Continuer la lecture de Changer simultanément le travail, les savoirs et la vie économique et sociale : la co-production dans les espaces intermédiaires normatifs

La « numéritude » volontaire ?

Christine Eisenbeis
Maxence Guesdon
FSU, Inria

Le numérique est un outil qui doit permettre de travailler mieux. Il augmente la productivité, c’est-à-dire qu’il permet de produire plus en moins de temps. Il devrait donc être l’occasion de diminuer le temps de travail, d’accorder plus de temps à des activités choisies, et de partager les richesses ainsi produites. Sinon, à quoi bon ?

Continuer la lecture de La « numéritude » volontaire ?

Micro de l’activité versus enjeux sociaux : expérience et questions d’un syndicaliste

Gilles Blanchard

C’est au niveau professionnel et syndical que j’ai observé la difficulté d’articuler une action de transformation[1] de ce que l’on nomme « offre de service » avec ce qui se « travaille » en permanence au niveau micro de l’activité du conseiller au sein des collectifs de travail. Cette coupure de la pensée dans le domaine ici des services aux demandeurs d’emploi entre une définition centrale de l’organisation et les débats incessants  au cœur de l’activité pose de profondes questions de démocratie.

Continuer la lecture de Micro de l’activité versus enjeux sociaux : expérience et questions d’un syndicaliste

Qu’est-ce qu’un Groupe de Rencontre du Travail (GRT) ? Un exemple à l’AP-HM

Marie-Hélène Dassa
Ingrid Dromard
Stéphanie Mailliot
Sophie Marchand
Muriel Prévot-Carpentier
Patrick Sangay
Lidwine Ropert-Dumoulin
Cécile Alphand

Qu’est-ce qu’un Groupe de Rencontre du Travail (GRT) ?

Objectif principal : produire un savoir inédit sur le travail afin de retravailler les différentes composantes des milieux de travail.

Participants : entre 6 et 15 environ, prêts à travailler sur une thématique ancrée dans des situations de travail concrètes.

Nombre de réunions : entre 5 et 10 nécessaires pour entrer dans un processus de formalisation progressive des savoirs issus des différentes séquences de travail.

Matériau de travail : pour accéder au vécu du travail, le matériau est recueilli par l’observation, par des récits de situations de travail, par du recueil d’éléments documentaires de l’organisation, par des photos des situations, des séquences filmées, par les synthèses de débats des séances précédentes, etc.

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un Groupe de Rencontre du Travail (GRT) ? Un exemple à l’AP-HM