Tous les articles par Equipe de coordination

Une démarche engagée

Auteur : Jacques Rollin

La politique peut-elle ignorer la démarche de production de savoir qui se nourrit d’une énigme : celle qui a trait avec « qu’est-ce qui se noue et se joue dans l’activité humaine », dans cette activité que nous déployons toutes et tous au quotidien souvent sans y porter attention.

Avec la politique telle qu’elle est aujourd’hui, ne ratons-nous pas l’essentiel en prétendant penser et organiser la vie en commun sans nous donner les moyens de nous interroger sur ce que nous faisons dans les séquences les plus infimes de notre activité ? Ne gâchons-nous pas des avenirs, des potentialités, en oubliant que nous sommes des « êtres d’activité » qui n’exécutent jamais strictement l’histoire que d’autres programment pour nous ? Pourquoi s’en remettre à la fiction de la rationalité du sujet apte à contractualiser en vertu de son libre arbitre, alors que les choix de notre « corps-soi » se nouent dans des valeurs, dans des projets, dans des héritages…?

Ces questions, après lecture de l’ouvrage Yves Schwartz, Travail et politique l’apport de la démarche ergologique textes réunis et présentés par Christine Castejon et Jacques Rollin, (Titre provisoire, ouvrage à paraître aux Editions La Dispute ) ne devraient plus paraître étranges !

Ces questions, je ne les aurai jamais formulées, si je n’avais pas pu être, durant plusieurs décennies, un des compagnons de route de « l’aventure ergologique ». Aujourd’hui, je les formule à voix plus haute parce que je ressens de plus en plus l’urgence de poser la question politique autrement.

Cela va faire trente ans que j’ai rencontré Yves Schwartz, l’auteur de ces textes. Je ne cache pas les difficultés que j’ai pu rencontrer pour essayer de me hisser vers cette « idée forte de la science ». S’exprimant dans un autre langage que celui que j’utilise au quotidien, j’ai pu, moi aussi, rêver à de « possibles vulgarisations ». Mais plus je comprends la portée des concepts ergologiques, et plus je suis obligé de constater qu’il ne peut pas en être autrement. Aller à l’essentiel ne peut se faire en optant pour des démarches approximatives contournant l’énigme de l’activité.

La démarche ergologique n’ignore pas la difficulté de communication entre les savoirs qui s’élaborent à l’université et les savoirs qui sont présents dans la situation d’activité. Mais au lieu de s’enfermer dans des simplifications, elle préfère contribuer (même si cela va avec un certain inconfort) à l’émergence de nouveaux savoirs avec des dispositifs qui rendent possible «  le dialogue socratique à double sens » : permettre à chacun d’admettre son inculture (pour les uns surtout dans le domaine des concepts, pour les autres devant l’activité en train de se faire) afin qu’un dialogue s’instaure permettant de dépasser nos incultures respectives. Nous avons tous à apprendre, si nous voulons changer le travail, le savoir, la vie économique et sociale. Ici, se trouve donc un point de rupture avec une conception où il y aurait d’un côté ceux qui auraient la mission de produire des concepts (des programmes, des modes opératoires, des mots d’ordre …) et de l’autre ceux qui seraient obligés de composer avec des « savoirs simplifiés pour l’action ».

Les textes écrits par des auteurs contribuant à l’ergologie, ceux d’Yves Schwartz en particulier, parce qu’ils refusent des simplifications sur « l’énigme de l’activité humaine » m’aident à penser mon quotidien (dans le microscopique) comme les aventures de l’humanité sous l’angle le plus macroscopique. J’ai pu m’en rendre compte dans mon métier d’animateur de dispositifs formatifs pour les cadres d’une grande entreprise en quête d’amélioration des pratiques managériales. Si je n’avais pas eu cette proximité avec l’aventure ergologique, aurais-je eu la même capacité à composer avec les « nouveautés » qui se sont succédées ciblant tantôt de «le  mieux communiquer », tantôt le «le  mieux être à l’écoute », ou encore «le mieux piloter la performance », si ce n’est «le mieux manager par les valeurs », etc. ? Aurais-je pu aussi bien comprendre pourquoi « ces nouveautés », mobilisant de belles théories, allaient vite s’avérer embarrassantes pour celles et ceux qui allaient essayer de les appliquer en faisant comme si l’activité de leurs équipiers  (et la leur) pouvait être totalement anticipée par de la théorie ? En tout cas, je n’aurais pas eu la même obstination à proposer, passant outre à de nombreuses incompréhensions, des dispositifs où pouvaient se penser les débats de valeurs, les débats de normes, « les dramatiques d’usage de soi » (j’évitais cette formulation car elle aurait demandé trop de temps pour être comprise dans un milieu où les sciences du management se calquent sur les sciences de l’ingénieur !)… Et sans cette obstination, un grand nombre de cadres n’auraient pas eu l’occasion de renouveler leur compréhension de ce que l’entreprise leur demandait tout en se construisant de nouveaux repères sur leur activité. Se construire de nouveaux repères, en prenant conscience que les êtres au travail sont des êtres normatifs, n’efface en rien les contraintes, les contradictions, les rapports de forces ; mais cela aide à pouvoir mieux les prendre en compte, et surtout cela ouvre des possibilités d’agir et d’arbitrer sur les « normes antécédentes » que soi-même et d’autres vont rencontrer. Ne plus regarder les autres comme de simples ressources, mais comme des êtres qui font « usage de soi », c’est déjà affirmer ses préférences pour le monde à construire.

Dans le même temps, mon expérience développée dans les formations que j’ai dispensées pendant près de vingt ans avec Marcelle DUC à l’IEP de Toulouse, et aussi celle dans l’animation du café ergologique toulousain,… n’ont fait que me confirmer la fécondité du patrimoine ergologique. Au fil de mon activité dans divers lieux, j’ai beaucoup appris en me rendant compte des limites des conceptions que j’avais acquises en baignant dans une culture peu soucieuse des « dramatiques d’usage de soi ». Voir autrement l’activité humaine dans les situations de travail (et en dehors) m’aura permis de mieux comprendre pourquoi les « orientations », les « stratégies », les « programmes », les « pensées »… qui se construisent sans porter attention aux renormalisations qu’effectuent sans cesse les êtres d’activité que nous sommes devant des « normes antécédentes », ratent toujours, au moins en partie, leurs prétentions initiales. Pour le dire vite, c’est vers l’apprentissage d’autres rapports au savoir, à l’éthique, au politique que m’a conduit mon cheminement avec l’ergologie. Mieux comprendre, mais aussi être dans la recherche de normes qui soutiennent les avancées vers le « mieux-vivre », cela me semble désormais impossible à faire en restant sur des schémas de pensée qui mettent entre parenthèse l’énigmatique « usage de soi ». Il faut changer de paradigme !

Même si j’ai beaucoup appris en nourrissant le cheminement de mon expérience du patrimoine ergologique, je ne cache pas que j’ai souvent éprouvé qu’il est difficile de se glisser dans une position de « passeur » de ce nouveau savoir et de cette posture intellectuelle. Toutefois,  j’ai pu constater que ce n’est pas une mission impossible. J’ai souvent été surpris de voir comment mes interlocuteurs pouvaient s’approprier la démarche ergologique pour trouver des pistes, dans leur propre situation de travail pour « faire autrement » et aussi pour « penser autrement » la construction du bien commun. 

En invitant à l’effort de lecture des textes de cet ouvrage, j’exprimerai une certitude : Si l’ergologie en tant que démarche de production de savoir ne peut nous dessaisir des choix politiques, elle peut soutenir le débat démocratique en l’invitant à s’éclairer des « réserves d’alternatives »[1].


Jacques Rollin, avril 2020

[1] Voir le texte Yves Schwartz, Où se trouvent les réserves d’alternatives ? Travail et ‘Projets –Héritages’  dans l’ouvrage à paraitre aux Editions La Dispute.

Message d’un syndicaliste à l’adresse du colloque

A quoi peut servir ce colloque ?  Par Grégoire MUNCK

Militant syndical et politique je répondrais par une autre question. Une personne qui reconnaît travailler fait-elle de l’ergologie sans le savoir ? Oui répondrait sûrement quelqu’un qui s’intéresse à l’ergologie car étant, dans son activité, au cœur des contradictions que porte aujourd’hui le travail, il résout quotidiennement et dans la pratique les sujets d’études de l’ergologie. Non répond le militant que je suis car faire pleinement quelque chose passe d’abord par une prise de conscience. Je peux éparpiller des graines et cueillir des légumes cela ne fait pas de moi un jardinier si je ne prends pas conscience du processus qui doit se dérouler.

Continuer la lecture de Message d’un syndicaliste à l’adresse du colloque

Dans quelques jours, le programme du colloque

On nous demande, suite à diffusion de l’affiche, le programme de l’événement, il sera diffusé dans quelques jours.

Précisons quelques choix des organisateurs  :

  • construire un programme à partir des propositions de contributions reçues. Des intentions d’abord, répondant aux termes de l’appel à contributions , puis des confirmations qui nous arrivent en ce moment.
  • le colloque se déroulera entièrement en plénières, avec un grand nombre de contributeurs (une soixantaine) et, cependant, des temps de débat importants.
  • 5 tables rondes, une par demi-journée, dont la composition ne sera arrêtée que quelques jours avant le colloque (et connue par l’intermédiaire de ce blog) car des binômes d’animateurs ont la charge de les construire  avec les participants.
  • on y évoquera aussi l’histoire de la démarche ergologique, depuis le stage de formation continue qui a donné lieu au livre L‘homme producteur jusqu’à  la création de la Société Internationale d’Ergologie, en passant par la formation à l’Analyse Pluridisciplinaire des Situations de Travail. Des pionniers nous expliqueront quelles conditions ont répondu possible cette aventure…Ceux d’aujourd’hui raconteront le combat pour maintenir cette formation originale dans le cadre universitaire actuel.
  • une après-midi ouverte, le samedi, de discussion sur les perspectives.

Le tout dans l’actualité que nous connaissons, car trois jours de colloque ne sont pas faits pour se mettre à l’abri mais pour réfléchir ensemble  à la manière de rendre plus agissante encore la démarche ergologique.

A suivre…

Connaître et étudier le travail – un article de Yves Schwartz

Demandons-nous ce que peut bien vouloir dire, à propos du
travail, l’expression « chercher à le connaître ». Cette
question est préoccupante, car on ne peut raisonnablement
parler du travail sans supposer que sa connaissance est possible, que
nous savons donc de quoi nous parlons. Sans un minimum de définition du travail, pouvons-nous être sûrs de ce que signifie « le connaître ? ».
http://www.cairn.info/revue-le-philosophoire-2010-2-page-71.htm

Le programme du colloque est en cours d’élaboration

L’heure est  à la réflexion sur la dynamique générale du colloque. Un pré-programme sera diffusé à la fin de l’été.

Nous voulons  produire  un colloque dans lequel les participants acquièrent à la fois une vision élargie des problématiques auxquelles touche la démarche ergologique  et la possibilité de poursuivre rencontres et approfondissements à partir des débats soulevés tout au long de ces 3 jours.

Nous avons organisé les propositions de contributions reçues en 8 thématiques dont les titres sont pour l’instant :

  • Comprendre le travail comme une question de démocratie
  • Histoires de rencontres
  • Mutations : de quoi parle-t-on ?
  • Qu’apporte l’approche ergologique à une pratique ?
  • La co-production de savoirs (entre porteurs d’expériences et de connaissances issues de parcous différents)
  • Mise à l’épreuve des concepts ergologiques (le « corps-soi », le « débat de normes », de quoi s’agit-il ?)
  • Proximités, confrontations (avec des approches qui ont des préoccupations similaires)
  • Interfaces Ergologie-disciplines épistémiques (ou disciplines du savoir telles qu’elles sont instituées).

Le tout donnera lieu à des tables rondes, des interventions courtes, des interventions appuyées ou prolongées par une publication sur le blog, des documents audiovisuels ( toujours de format court pouvant renvoyer à un complément), d’autres formats plus originaux….et bien sûr des débats formels et informels.

Et le blog s’animera dès le mois de septembre, avant le colloque, de sa préparation thématique.

En attendant de vous retrouver,  nous vous souhaitons de passer d’agréables vacances ou pour le moins une reposante période estivale !

Des nouvelles de la préparation du colloque

L’appel à contributions circule. Il commence à nous parvenir des demandes de reculer la date butoir. Les contributions sont désormais attendues jusqu’au 6 juin, mais le plus tôt est le mieux…

Car rappelons le principe : ce qui est attendu, c’est un projet de contribution, une intention argumentée, plus ou moins long à votre convenance. Sur cette base, un pré-programme sera établi et nous prendrons contact avec tout.es les auteur.es de propositions pour expliquer et discuter notre point de vue sur le mode de diffusion de la communication ou sa place dans le colloque.

A ce stade une cinquantaine de contributions nous sont annoncées, très souvent à deux ou plusieurs voix. Vous le savez maintenant, nous voulons des « formes », des modalités, qui permettent que soient entendu.es des contributeurs/trices de tous horizons professionnels et de plusieurs continents.

Pour favoriser le débat, les commentaires vont bientôt être possibles en direct sur le blog.

Tout dépend de l’étape en cours et de la décision de chacun.e de prendre la plume…

 

Prezados, prezadas,

A chamada para contribuições tem circulado.

Algumas contribuições começam a chegar, mas diante de crescente demanda por uma ampliação do prazo para submissões, decidimos aceitar contribuições até 6 de junho, impreterivelmente. Pedimos que enviem o quanto antes suas propostas para facilitar nossa organização interna e agilizar o retorno aos (as) autores (as).

Vale lembrar o princípio de que o que esperamos no momento é uma intenção argumentada que possa nos instruir sobre a pertinência da mesma e nos auxilie na organização de um pré-programa do evento. Não esperamos propostas finalizadas, esta deverá ser entregue no início de setembro. De posse deste pré-programa nós entraremos em contato com os (as) autores (as) para explicar e discutir a melhor forma para a difusão das contribuições propostas.

Até o momento várias contribuições estão anunciadas, algumas já chegaram, muito frequentemente elas são contribuições coletivas. Vocês sabem que desejamos ‘formas’, modalidades que permitam observar a diversidade de vozes, de horizontes, de continentes, e domínios disciplinares e profissionais…

Estamos também providenciando alterações no blog de modo que ele possa abrigar o debate dos interessados sobre questões relativas à temática geral do colóquio, criando, desde já, um diálogo entre nós.

Atenciosamente, 

 

 

« Quelle est la spécificité d’un Groupe de rencontre du travail (GRT) ? », par Louis Durrive

L’enjeu d’une organisation est de rendre possible et efficace l’action collective au service d’un projet. Pour cela, elle doit à la fois produire de la norme (antécédente et anonyme) et pouvoir compter sur des hommes normatifs, c’est-à-dire en mesure d’exercer leur normativité, d’effectuer un retravail personnel des normes, au moment de se confronter à la réalité, de manière à atteindre les buts assignés. Un certain nombre d’organisateurs ont cependant longtemps entretenu l’idée que les plans, les programmes, les procédures, les méthodes, etc. auraient le pouvoir de modéliser parfaitement une action, de la penser à l’avance et ‘sans reste’ – ce qui veut dire de façon exhaustive, car rien ne leur échapperait de la réalité. Or c’est impossible puisque, étant en désadhérence donc à distance de l’ici et maintenant, l’organisation opère nécessairement une réduction de la réalité. Le manager dirigeant a forcément une vision plus large que profonde des situations de travail, qu’il supervise de loin.

Continuer la lecture de « Quelle est la spécificité d’un Groupe de rencontre du travail (GRT) ? », par Louis Durrive