Activité, valeurs et savoirs au fil d’une trajectoire : contributions de Yves Schwartz et de l’ergologie aux études sur travail et éducation au Brésil

Wanderson Ferreira ALVES
Université Fédérale de Goiás-Brésil

Introduction

Le but de ce texte est de mettre en évidence certains aspects des contributions de l’ergologie au champs d’études sur travail et éducation au Brésil. Pour cela, dans un première moment, je vais présenter le parcours et quelques caractéristiques du champs d’études sur travail et éducation à partir de la réalité Brésilienne ; ensuite, dans un deuxième temps, je vais aborder la question à partir des trajectoires de trois chercheuses brésiliennes qui ont entamé le dialogue avec Yves Schwartz et l’approche ergologique dans les anées 1990. Par fin, je vais présenter quelques débats actuallement en cours dans le champs travail et éducation au Brasil e signaler le place et la pertinence de l’approche ergologique dans ce domaine.

La singularité des études sur travail et éducation au Brésil

Quand on considere sa genèse, penser la thématique travail et éducation au Brésil signifie rencontrer les études et recherches de auteurs responsables pour ouvrages seminaux dans le champ des sciences de l’éducation, comme Miguel Arroyo, Acácia Zeneida Kuenzer, Paolo Nosella, Gaudêncio Frigotto, Lucília Machado, etc ; penser la themátique travail et éducation signifie rencontrer quelques revues especialisées, comme la revue Trabalho & Educação et la revue Trabalho Necessário; signifie aussi rencontrer une importante presence du marxisme, Antonio Gramsci à la tête.  La themátique a gagné expression dans le millieu academique brésilien, comme temoigne la création  en 1981 d’un Groupe de Travail sur le thème dans l’ ANPEd[1], la plus importante association de recherche scientique dans le domaine des sciences de l’éducation au Brésil.

Ainsi, le champs d’études travail et éducation, par définition pluridisciplinaire et plus large que le Groupe de Travail Themátique de l’ANPEd, à partir de ce moment dispose avec cette dernier d’une sorte de centre de référence qui confere les bases theóriques, méthodologiques et épistémologiques de beaucoup qui será elaboré en sciences de l’éducation au Brésil, notamment en matière de Travail et Éducation.

Cette niveau de coesion on ne trouve pas facilment dans les outres pays. La question peut avoir gagné cette caractéristique par deux motifs principaux : le première est liée au dévelopement  d’un regard large sur l’éducation, le deuxième est liée au rôle actif des chercheurs et des gens impliqués avec le drapeau du travail et éducation (formateurs en éducation professionnelle, entités répresentatifs etc) dans la constitution de ce champs d’études ; sans oublier le cadre historique national de la periode marqué pour la lutte contre la ditature, le travail sindical et l’émergence des mouviments sociaux. Il me semble pertinente remarquer le travail du filosophe marxiste Dermeval Saviani –  à ce moment lá professeur de la Pontificie Université Catolique de São Paulo (PUC/SP) – responsable pour la formation des plusiers chercheurs dans la deuxième moitie des années 1970 e annés 1980, une part de ces étudiantes de doctorat seront juste les pionniers du Groupe de Travail Themátique de l’ANPEd mentionné précédemment.

Mais, que s’est-il passé dans ce domaine ? Quelles sont les enjeux et les lacunes de ces plus de 35 ans dans lesquelles le travail et l’éducation se sont établis comme themátique dans le domaine académique brésilien?  Je ne vais pas ici effecteur un inventaire de ces enjeux et lacunes, pour attaquer la question je vais prendre un autre chemin : encore que de façon résumée, je vais présenter trois parcours biographiques de quelques chercheuses du champs travail et éducation au Brésil qui sont entre les premières à recontrer les apportes de Yves Schwartz et de la démarche ergologique. Je vais avancer l’hypothèse que ces parcours revèlent l’inconfort intelectuelle – mais aussi, par voie indirect, les enjeux et lacunes du champs d’étude travail et éducation – des auteurs, comme aussi un rapport de savoir et valeurs. Je parle de Eloisa Helena Santos, Maria Inês Rosa et Daisy Moreira Cunha. Dans le texte qui suit, les mots entre guillemets corresponde à l’entretien qui a été realisé avec les mentionné chercheuses. Je leur réitère mes remerciements.

Trois chercheuses brésiliennes et l’ouvragre de Yves Schwartz

Parmi les chercheurs et chercheuses dans le champs travail et éducation au Brésil, la première à dialoguer avec l’ouvrage de Yves Schwartz a été, peut-être, Eloisa Helena Santos, encore pendant la periode d’études de son doctorat à l’Université de Paris sous la direction de Bernard Charlot, entre 1987 et 1991. Dans sa thèse de Doctorat les questions apportes par Yves Schwartz, notamment dans l’ouvrage Expérience et connaissance du travail, son incorporées et occupent un place central. Selon les mots de Eloisa : « quand j’ai pu lire le livre de Yves Schwartz, l’Expérience et connaissance du travail, il m’a impacté beaucoup, il allais juste au dans la direction de ce que j’etais entrain de faire à ce moment lá ». Mais, pour compreendre ce qu’elle nous dit il faut remonter dans le temps. Engagé avec les mouvements d’éducation populaire et formation des travailleurs aux années 1970, Eloisa Santos et quelques amis ingénieurs conduisent des cours destinées aux ouvriers peu scolarisés. La question du rapport entre travail et savoir est déjà présent : « Moi et mes amis ingénieurs – raconte Eloisa Santos – nous avons tous été stupéfiés avec ceux travailleurs, avec les choses que ils nos disait, ils on disait choses formidables sur le travail ». Selon lui, cela est la question que l’amene au cours du master en sciences d’éducation à Université Fédérale de Minas Gerais entre la période de 1979 et 1985. Dans cette période elle vas étudier le cotidien des ouvriers d’une industrie brésilienne. Mais, comme elle raconte dans un texte publié plusieurs années aprés, son étude portait des limites : l’étude consagre peu place à la richesse de la vie dans la fábrique, d’ailleurs « la vie dans tout sa dimention est absorbé par le pouvoir de l’interesse du Capital »[2].  À partir de ce cadre on peut compreendre la pertinence des reflexions  de Yves Schwartz pour la recherche que Eloisa Santos a realisé dans la période de son doctorat:  encore une fois elle faisait des recherches sur les travailleurs, à ce moment lá en analysant les dévelopments des projects mis en ouvre ensemble pour les ouvriers et les engeniers. La lecture d’Expérience et connaissance du travail a été un moment décisif por lui : « il m’a permis de voir les choses beaucoup mieux», elle raconte. La thèse a été sutenue en 1991, quelques années après, en 1996, elle présent une communication sur cette recherche au GT Travail et Éducation de l’ANPEd. Dans le texte figure une citation emblematique de ce que Yves apportait aux réflexions d’Eloisa et de ce que était nouveau dans son façon de penser : « Parce que le travail réel ne peu s’identifier au prescrit, le travail abstract ne peux recouvrir, annuler l’exercice des activités concrétes» (p.3). Maria Inês Rosa a fait un parcours different. Chercheuse dont les origines sont dans la sociologie du travail, sous supervision de Michel Thiollent elle a realisé entre 1976 e 1982 une recherche dans son master à l’Université de Campinas (UNICAMP) dont les buts etaitent comprendre l’industrie brésilien et les transformations du travail dans les années 1960. Cette sociologie pratiqué pour Maria Inês Rosa – une sociologie que je appelerais d’une sociologie du travail standard, selon une expression aprécié pour François Vatin – trouverá un changement importante dans les annés suivants de son parcours professionnelle.  Entre 1987 et 1991 elle suive le doctorat à l’Université de São Paulo sous la direction de Sérgio Adorno, ce que lui apporte un cadre theórique et methodologique dont les bases sont chez Michel Foucault.  Cette étude intitulé Trabalho, subjetividade e poder a été paru en 1994,  son object est le travail ouvrière, précisement la subjetivité, le corp, les rapports de pouvoir dans un contexte où l’entreprise ne souhaite plus ses salariés.  La recherche décrit au-dessus ne parle pas sur l’ergologie, ce qu’existe est le profonde l’intéresse en analyser à la lupe ce que se passe avec les travailleurs. Cette tendence de l’auteure semble présent même quando on considere des travaux plus enciens, travaux dont la question du corps accupe déjà un place importante dans ses reflexions, comme par exemple dans le article : «A produção da violência no corpo do trabalhador, publié en 1992. Cependant, la période des études post-doctorales à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, entre 1994 et 1996, et la réalisation d’un stage au Départment d’Ergologie da Université d’Aix-Marseille, semblent avoir agregué nouvelles ancrages à Maria Inês Rosa.   Les hommes et femmes qui travaillent, ses corps, la subjetivité, thèmes plusieurs fois revisités par Maria Inês Rosa depuis les annés 1980 sont maintenant situés – sans quitter son l’intéresse por Michel Foucault et Norbert Elias – dans un univers conceptuel de nouvelles mots : corps-si, renormalisation, usages de soi, habitent désormais son pensée e ses recherches. Cela est franchement visible dans un ouvrage que je considere incontournable à tous les intéressés pour le travail ouvrière au Brésil à partir du point de vue de ceux qui le font. Je parle de « Usos de si e testemunhos dos trabalhadores », ouvrage publié en 2004.  L’ergologie avait beaucoup à apporter aux réfléxions de notre l’auteure, elle s’est aperçue : avec le financement du CNPq[3], Maria Inês Rosa a été responsable pour amener Yves Schwartz pour la première fois au Brésil en 1997. À ce moment-lá, Yves Schwartz va visiter pour la  première fois Belo Horizonte où il va rendre visite à Universidade Federal de Minas Gerais (UFMG) et à l’École Sindical 7 Octubre. La question sindical nous conduit à notre dernière interlocutrice, Daisy Cunha.  Daisy Moreira Cunha, professeur à l’Université Fédéral de Minas Gerais, a um longue lien avec les mouviments syndicaux, notamment sur la formation syndical prepare à partir de la « Central Única dos Trabalhadores » (CUT). Cette trajectoire remonte au fin des annés 1980, en tant diretrice syndical, et comme conseillère à l’École Syndical 7 Octobre pendant les annés 1990. Mais, les syndicats, comme soulignent Renato di Ruzza et Yves Schwartz dans un texte memorable[4], son des institutions qui luttent pour autres usages de la force de travail, une force de travail qui est plus que simplement dépense d’énergie parce que le travai vivant est vivant (Yves Schwartz), il est vie, santé,liens sociaux, identité, constrution de soi et de la societé. Contre une forme social que voi le travailleur comme res (chose), une question pour les syndicats est d’affirmer les travailleurs comme sujets. « Les syndicats ont ça comme valeur », dit Daisy.  En tant que responsable en formation syndical dans les annés 1990, Daisy Cunha remarque les formateurs à ce moment lá avait très dificulté de trouver références et approches qui pourraient aider à penser d’autre façon le travailleur et le travailler : Selon Daisy, «La literature disponible  n’a pas aidé, alors nous allons chercher chez Paulo Freire». Or, pourquai Paulo Freire, je demande à Daisy ? Elle explique : « Dans les syndicats, dans les mouviments sociaux, la question du savoir/valeur est forte, pour cela l’ergologie va comme un gant ». Ici est visible quelques des motifs que faisent l’ergologie disposer d’une important réception au Brésil : les questions de fond que l’ergologie porte ne sont pas étrangeres au pays de Paulo Freire.  Daisy Cunha etais une des enseignants de l’UFMG à Belo Horizonte qui on reçu Yves Schwartz à l’occasion de sa première visite au Brésil. Elle va suivre le doctorat avec Yves Schwartz à Université d’Aix-Marseille entre 2000 et 2005. Les travaux de recherche et les interventions de Daisy après cette période montrent les marques de sa formation et signalent la pertinence de l’approche ergologique pour penser et intervenir dans les millieux de travail, comme par exemple le project « Conexões de saberes sobre o trabalho », conduit pour Daisy et une equipe pluridisciplinaire après les ouvrières du sector de mineration à Minas Gerais.  Presentées ici de façon assez résumée, ces trois biographies évoquent trajectoires professionelles et memoires des situations qui ont été vécues, elles aident à comprendre certains aspects concernant les lacunes et les insuffisances dans les études sur le travail et l’éducation au Brésil. Il était nécessaire, selon l’expression d’Eloisa Santos, de considérer «le savoir en travail»; il était importante de faire avancer la compréhension du travailleur, de sa parole, de l’ÊTRE, selon les termes de Maria Inês Rosa; il fallait faire des ouvertures afin de rendre visible et avancer la question des valeurs et des connaissances construites par les travailleurs, selon Daisy Cunha.

Conclusion

Les études sur le travail et l’éducation ont considérablement progressé depuis les années 1980. Le rencontre entre les chercheurs brésiliens et l’ergologie a été l’un des événements qui ont contribué à ce développement. Parmi les contributions de l’ergologie, on peut citer: l’affirmation d’un nouveau régime de production de savoirs sur le travail, la production et la légitimation du savoir dans les situations de travail et, enfin, le fait que la démarche ergologique favorise la perception que le chercheur est un travailleur, le chercheur est comme toute autre personne qui se trouve dans une situation de travail. Mais quand il s’agit du travail, rien n’est simple. Un débat récent dans le domaine des études sur le travail et l’éducation, en particulier par des groupes de recherche liés au GT Travail et Éducation, a souligné l’importance de considérer d’autre façon le travail et le travailleur.  Ce débat récent implique une discussion qui attire l’attention sur le fait que, même dans le cadre de la reproduction, il existe une production d’autres relations sociales et que la question de la relation entre le travail et connaissance est très importante[5]. Cette discussion attire également l’attention sur le fait que l’expérience des travailleurs et les déterminations de l’agence humaine peuvent avoir été secondarisé en privilège des mediations de la forme sociale capitaliste[6]. Tout cela importe l’ergologie. Évidemment cela ne signifie pas qu’elle puisse parler en exclusivité de ces questions. Ces thèmes ne sont pas prisonniers de personne. Ce que je dis, c’est que ces réflexions menées par plusieurs chercheurs dans le domaine du travail et de l’éducation soulignent comment la contribution d’Yves Schwartz et de l’approche ergologique est pertinente pour ceux qui s’intéressent à la compréhension et à la transformation du travail. Au Brésil, il y a une ouverture pour poursuivre la discussion ?   Si l’on considère l’émergence du débat récent mentionné auparavant, je dirais franchement que oui. Mas les choses ne sont pas simples en matière de travail. Il convient de noter à cette égard que les problèmes fondamentaux présents dans le débat actuel dans le domaine des études sur le travail et l’éducation ont été ouvertement posés il y a 21 années par Eloisa Helena Santos. Ce sont les problèmes signalés dans la communication présentée pour lui, précisément, dans le GT Travail et d’éducation lors de la réunion annuelle d’ANPEd en 1996.  À ce moment-là, Eloisa nous a apporté les mots de Yves Schwartz dans l’ Expérience et connaissance du travail. Mots forts et vivants d’Yves Schwartz, avec laquelle je ferme ce texte :

Parce que le travail réel ne peut s’identifier au prescrit, le travail abstract ne peut recouvrir, annuler l’exercice d’activités concrètes qui, quelque part, reproduisent et élargissent la personnalité globale. Et c’est en cela que l’expérience des forces productives constitue un problème tout autant qu’une exigence ; le travail socialement productif n’est pas un empire d’hommes abstraits dans un empire d’hommens concrètes[7].


[1] Associação Nacional de Pós-Graduação e Pesquisa em Educação.

[2] SANTOS, Eloisa H. Ciência e cultura: uma outra relação entre saber e trabalho. Trabalho & Educação, Belo Horizonte, n.7, jul-dez.2000, p.119-130.

[3] Conselho Nacional de Pesquisa Científica. Le CNPq est le similaire brésilien du CNRS français.

[4] DI RUZZA, Renato; SCHWARTZ, Yves. De l’acitivité militante à élaboration des savoirs. Education permanente, n.154, 1, 2003.

[5] Cf. MORAES, Carmem S.V. (2015). Trabalho e educação com pauta do GT trabalho e Educação da ANPED. Algumas considerações sobre o campo de pesquisa. Trabalho Necessário, 13 (20), p.88-118;  FRANZOI, Naira; FISCHER, Maria C.B. (2015). Saberes do trabalho: situando o tema no campo trabalho-educação. Trabalho Necessário, 13 (20), p.147-172.

[6] TIRIBA, Lia (2015). “De olho” nos sujeitos trabalhadores e suas experiências de classe: contribuições ao campo trabalho e educação. Trabalho Necessário, 13 (20), p.119-146.

[7] SCHWARTZ, Yves. Expérience et connaissance du travail. Paris : Editions Sociales, 1988, p.597.