La conception du travail dans le Coworking : trois discours croisés pour comprendre l’activité

Gislene Feiten Haubrich
FEEVALE/BR et UNISTRA/FR
Louis Durrive
UNISTRA/FR
Ernani Cesar de Freitas
FEEVALE/BR
Contact : gisleneh@gmail.com

Remarques Préalables

Le monde n’a jamais cessé de changer. Le plus commun est de reconnaître les grands changements parce qu’ils sont les plus visibles et les plus abruptes. Mais qui est à l’origine de ces changements ? Si nous sommes attentifs aux situations quotidiennes, nous percevons que tout change tout le temps et nous nous rendons compte que c’est nous qui sommes les auteurs du changement. Mais comment appréhender ce mouvement ? Notre hypothèse a comme point de départ la question langagière et ses différentes manifestations. Le langage permet que chaque être humain se représente la réalité de son propre point de vue, conforté par ses expériences et ses savoirs. Chaque personne crée ainsi ses propres représentations, mais elle ne le fait pas seule parce qu’elle vit en communauté, c’est-à-dire qu’elle partage du sens avec les autres. On adoptera donc ici une perspective sur le monde compris comme une construction permanente, redéfinie par les interactions que l’être humain engage avec les autres, dans chacune des dimensions de sa vie.


L’ergologie parcoure ces différents chemins de la réalité quotidienne d’une manière très efficace parce qu’elle ne considère pas uniquement ce qui est prévu, ce qui est proposé par les autres, par la société, mais elle prend en compte aussi ce qui est créé par chaque être humain, notamment par le travailleur. Dit autrement, l’ergologie considère les significations qui existent déjà, mais elle juge que le plus important est de comprendre comme le travailleur se les approprie et les transforme dans l’ici et maintenant. L’approche est basée sur l’interdisciplinarité et elle favorise la compréhension générale de problèmes qui traversent le monde du travail à travers les générations. Même si ce sont les technologies qui en général caractérisent les grandes transformations sociales, ce qui les rend réellement viables, c’est l’adhésion à la proposition idéologique incorporée dans la technologie : c’est elle qu’il s’agit véritablement de comprendre pour transformer la conception du travail, en sachant que les deux, la technologie et l’idéologie, sont également produites par les êtres humains.
On soulignera qu’une telle adhésion découle des interactions et des pratiques communicationnelles entre les individus. Ainsi la connexion entre le travail et le langage passe par la production de significations et de connaissance qui sont partagées entre les sujets dans l’activité. Le type de norme qui nous intéresse ici est la normalisation produite par les sens qui se construisent en permanence dans les échanges entre les gens. C’est la raison pour laquelle nous utilisons le terme de « discours » pour caractériser les trois points de vue que nous avons sélectionnés pour réfléchir à cet article : le discours théorique de l’ergologie, le discours théorique du Cercle de Bakhtine et enfin le discours disponible sur le portail « Coworking Wiki 1» produit par les travailleurs qui ont fixé une certaine définition à la notion de « Coworking », le terme le plus souvent utilisé pour décrire un nouveau mode de travailler.
Ces propositions conduisent à la réflexion envisagée dans notre étude, qui vise à comprendre comment l’interface entre les trois discours (ergologique, du Cercle de Bakhtine et du portail « Coworking Wiki») contribue à interpréter le travail dans le contexte des coworkings. Cette question nous permettra de comprendre le travail de coworking à partir du discours des travailleurs et à la lumière des approches ergologiques et bakhtiniennes sur la notion d’activité.

Proposition du premier discours : l’ergologie

La notion d’activité est au coeur de l’approche ergologique. Le point de départ est la vie humaine et le point culminant est la reconnaissance du travail comme partie fondamentale de la vie, en tant qu’activité humaine. Schwartz (2007) souligne que la fonction, le sens et le but du concept d’activité dans la proposition ergologique est de surmonter la scission entre deux points de vue, celui qui est basé uniquement sur la méthode scientifique et celui qui reconnaît le travail comme énigmatique, jamais répétitif et historiquement défini. À partir de cette prémisse, la conception de l’activité se développe comme « débat de normes » entre l’être humain et son environnement. Dans ce contexte, c’est le travailleur qui prend la décision, qui arbitre dans sa propre vie (Schwartz, 2011). Dans un monde saturé de normes antécédentes, il faut que le travailleur engage une action en réponse à la situation actuelle, car pour lui, il est impossible et invivable de se conformer entièrement aux normes établies précédemment (Schwartz, 2007, 2011).
Durrive (2011) souligne que, bien que l’objectif soit de caractériser la norme comme une disposition préliminaire, l’étymologie du mot affecte sa définition : la nécessité d’établir des limites. En d’autres termes, la norme est définie après une transgression. La société inverse cet ordre efficacement, afin de garantir le prestige de la disposition préalable. L’être humain, “[…] se déplaçant dans un univers de normes” (Durrive, 2011, p. 49), est conduit à une double évaluation. Les normes exogènes viennent explicitement des autres, de l’environnement, tandis que les normes endogènes se réfèrent aux éléments de l’agir qui sont appréhendés d’une manière singulière. Durrive (2011) présente également quelques considérations pour comprendre le débat des normes : d’abord, en commençant par reconnaître la manifestation dialectique de la distance entre le prescrit et le réel ; ensuite le fait de percevoir l’organisation de l’environnement en fonction de soi, comme centre d’évaluation et de décision ; enfin, la reconnaissance de la vie qui est basée sur la confrontation de soi avec le monde normatif.
Proposition du deuxième discours : Cercle de Bakhtine
Bakhtine (2010) dans ses études initiales élabore une notion complexe qui imprègne tout le travail du Cercle. L’acte éthique se réfère à l’agir dans une situation concrète, dans une imbrication dialectique entre l’unité objective de la culture et la singularité irréversible de l’existence, deux dimensions incompatibles hors de ce lien. L’acte est imprégné, dans cette perspective, d’une double responsabilité, spéciale et morale, qui dépend de la présence de l’autre et implique un non-alibi. Pour le Cercle, le soi et l’autre sont deux centres de valeur en réciprocité dont la relation est dialogique. Cette relation est mentionnée par Faraco (2003, p. 66) “comme espaces de tension entre les déclarations”. C’est, selon le point de vue bakhtinien, que le soi et l’autre, en tant que centres de valeur, ne cessent pas d’interagir à travers le langage, dans une chaîne continue d’énoncés qui actualise les significations qui constituent la réalité partagée par eux.
Le lien dialectique mis en évidence par l’acte éthique repose sur des relations dialogiques entre différentes voix sociales exprimées par des énoncés concrets. C’est en ce sens que Volóchinov (2017, p.106) souligne que « le mot participe littéralement à toutes les interactions et à tous les contacts entre les gens ». Cette participation n’est pas neutre mais dérive de la communication sociale d’une collectivité organisée à partir de différents horizons sociaux résultant des processus de réflexion et de réfraction d’un objet dans un contexte et une situation sociale, historique et localement déterminée. A partir de ces brèves considérations, on peut déduire que l’acte éthique est soutenu dans la relation entre soi et l’autre, dont la connexion est l’interaction verbale guidée par des évaluations réactives et responsables de la constitution idéologique d’une collectivité.

Proposition du troisième discours : Coworking Wiki

Selon Jones et al. (2009, p.8), “le mot coworking a trois significations différentes : […] un nom propre pour un mouvement, un verbe pour décrire une activité ou un adjectif pour caractériser un espace”. Dans le sens actuel, le terme de coworking a été utilisé pour la première fois en 2005 par l’Américain Brad Neuberg, qui a décidé de quitter son entreprise parce qu’il était insatisfait des modalités de travail (règles, pressions), mais en même temps il n’a pas voulu travailler dans un environnement moins structuré, tel que le travail à la maison ou dans un café. Dans son blog, Neuberg affirme que son but était de combiner “la liberté et l’indépendance, travailler pour moi-même dans la structure et avec la communauté en travaillant avec les autres”. Sur la base de ces considérations et de la portée macroéconomique des structures de travail existantes, le coworking peut être compris comme une renormalisation, une réponse au débat sur les règles qui imprègne l’activité de nombreux travailleurs.
Ce principe est ancré dans les constructions discursives élaborées par des travailleurs qui font partie de la communauté virtuelle appelée Coworking Wiki. Des personnes issues de différents pays utilisent ce dispositif pour échanger des idées et partager des documents, des connaissances académiques et utilitaires sur les pratiques qu’ils mènent dans les espaces où ils travaillent. Deux textes publiés dans le portail se distinguent. Le premier porte sur la question de savoir ce que le coworking. “L’idée est simple : grâce à la flexibilité du lieu de travail, les professionnels indépendants travaillent mieux qu’en étant seul. Les espaces de coworking se réfèrent à la construction communautaire et à la durabilité. Les participants acceptent de soutenir les valeurs présentées par les fondateurs du mouvement, ainsi que d’interagir et de partager les uns avec les autres. Nous créons de meilleurs lieux de travail et, par conséquent, nous avons une meilleure façon de travailler” (Coworking wiki, 2017). Le deuxième extrait sélectionné décrit les valeurs de la communauté : collaboration, disponibilité, communauté, accessibilité et durabilité.

L’entrelacement discursif : le travail en coworking

Les notions d’activité (Schwartz) et d’acte éthique (Bakhtine) se complètent et contribuent à la réflexion sur la centralité des choix du corps-soi dans les différentes sphères de l’action humaine. Dans le cadre de ces similitudes, il y a le lien établi entre les dimensions qui n’ont pas l’intention de converger au départ. Le prescrit et le réel se rencontrent dans la confrontation de soi avec le monde des normes. Le résultat de cette réunion implique le choix du travailleur en situation (Schwartz, 2007). L’acte éthique relie deux univers incommunicables : l’unité subjective de la culture et l’originalité irréversible de l’existence. La réponse de l’auto interagit de manière dialogique avec l’autre, qui est à la fois source et interlocuteur de l’énoncé prononcé (Bakhtine, 2010). Ainsi, la renormalisation et l’énonciation, dans cette approche théorique, dialoguent et elles sont le résultat du processus dialectique d’appréhension de la norme qui est imbriquée dans le monde de la culture. Elles font encore suite au débat de normes, le débat mené par l’évaluation des horizons sociaux évoqués par la norme – et enfin, elles représentent la prise de décision lors de l’énoncé, verbal ou non, qui exprime la renormalisation proposée.
Le discours de la communauté Wiki révèle l’investissement de la connaissance des travailleurs pour organiser le milieu en fonction d’eux-mêmes. Il cherche à répondre à la question : le coworking, c’est quoi ? – en proposant une meilleure façon de travailler et en faisant la promotion d’un profil de travailleur explicite, avec la définition des valeurs mobilisatrices d’un nouvel horizon social. Il semble que la réalisation de ce mouvement communautaire soit le résultat d’une relation dialogique entre les fondateurs, qui partagent la même insatisfaction envers les structures du travail existantes, mais qui s’inspirent de la tension entre ces modèles pour élaborer une proposition jugée plus appropriée. L’action in situ, à travers les interactions, est également mise en évidence. L’encouragement à l’accord et au soutien des actions proposées impliquent une norme, tout en organisant la réunion de différents points de vue, dont la tension montre qu’il est préférable de travailler ensemble que seul.

Références

BAKHTIN, M. (2010). Para uma Filosofia do Ato. Tradução: Valdemir Miotello e Carlos Alberto Faraco. São Carlos: Pedro & João Editores.

COWORKING WIKI. (2017). Core Values. Disponível em: http://blog.coworking.com/core-values/. Acesso em: 08 ago. 2017.

COWORKING WIKI. (2017). Manifesto Coworking. Disponível em: http://wiki.coworking.org/w/page/35382594/Coworking%20Manifesto%20(global%20-%20for%20the%20world). Acesso em: 08 ago. 2017.

COWORKING WIKI. (2017). Disponível em: http://wiki.coworking.org/w/page/16583831/FrontPage. Acesso em: 08 ago. 2017.

DURRIVE, L. (2011). A Atividade Humana, Simultaneamente Intelectual e Vital: esclarecimentos complementares de Pierre Pastré e Yves Schwartz. Tradução: Magda Duarte dos Anjos Scherer. Revista Trabalho, Educação e Saúde, v. 9, supl. 1, p. 47-67.

FARACO, C. A. (2003). Linguagem e diálogo: as ideias linguísticas do Círculo de Bakhtin. Curitiba: Criar Edições.

JONES, Drew. et al. (2009). I’m Outta Here!: How Coworking is Making the Office Obsolete. Texas: NotanMBA Press.

SCHWARTZ, Y. (2007). Un bref aperçu de l’histoire culturelle du concept d’activité. @ctivités, 4 (2), pp. 122-133. Disponível em: http://www.activites.org/v4n2/v4n2.pdf. Acesso em: 08 ago. 2017.

SCHWARTZ, Y. (2011). Pourquoi le concept de corps-soi? Corps-soi, activité, expérience. Revue Travail et Apprentissages : didactique professionnelle. N. 7, Editions Raison et Passions, junho. Disponível em: http://www.raisonetpassions.fr/index.php?id_product=33&controller=product. Acesso em: 08 ago. 2017.

VOLÓCHINOV, V. (2017). Marxismo e Filosofia da Linguagem. Tradução: Sheila Grillo e Ekaterina Américo. São Paulo: Edições 34.