L’activité théorique : « c’est pas facile » !

Marc Guyon
Chercheur associé au Conservatoire National des Arts et Métiers – Centre  de Recherche sur le Travail et le Développement
Sandro De Gasparo
Ergonome, chercheur intervenant – Laboratoire d’intervention et de recherche ATEMIS

Ce projet de communication prend pour point de départ un commentaire d’Yves Baunay sur l’activité théorique à l’occasion de l’anniversaire des 10 ans du chantier travail de la FSU. Yves Baunay reprenant les interventions d’Yves Clot et d’Yves Schwartz d’un côté et  les difficultés des syndicats de se saisir de la question du travail au sens de l’activité s’interrogeait sur l’activité théorique, à quoi pouvait bien servir l’activité des chercheurs pour lutter contre les inégalités sociales dans notre monde ? Cette interrogation faisait écho à d’autres commentaires sur les exposés notamment l’exposé d’Yves Schwartz. Il semblerait que l’exposé d’Yves Schwartz apparaisse comme parfois difficile d’accès, en réalité exigeant, et Yves Schwartz ponctue régulièrement ses exposés par un « c’est pas facile » ce qui ne manque pas d’être commenté.

L’activité théorique, c’est un terme qui dérange en tant que chercheur car il dénote une représentation péjorative des activités intellectuelles et notamment de ceux qui font profession de chercher. Le mépris et la méconnaissance des activités intellectuelles, au premier rang desquelles la recherche, sont une inclinaison qui s’est de nouveau accentuée ces dernières années. Cela se traduit par exemple par la désaffection des valeurs liées à la connaissance et à sa quête au profit des valeurs marchandes. Cela traduit aussi un rapport du politique au réel essentiellement dominé par le combat guerrier avec l’ennemi plutôt que par l’élucidation de ce avec quoi l’activité nous amène à composer. Cette orientation est d’autant plus dangereuse que notre époque troublée appelle plutôt le débat, la controverse réfléchie et l’esprit critique… A l’opposé de ces attentes cette orientation péjorative rappelle que Goebbels se plaisait à dire qu’au mot culture, il sortait son révolver. Les livres – la raison, la pensée en général – bien qu’étant des instruments dérisoires parfois utilisés au service de la violence et de l’horreur sont probablement les seuls à même de faire reculer durablement la violence. Même si la science officielle est bien trop souvent au service du pouvoir pour justifier l’injustifiable, comme l’eugénisme ou la craniologie, qu’on ne s’y trompe pas d’Averroès à Galilée en passant par Giordano Bruno, les chercheurs et les intellectuels font partie des cibles privilégiées des régimes despotiques.

Par ailleurs c’est pour le moins surprenant de parler d’activité  théorique parce que cela laisse entendre qu’il y aurait d’un côté la pratique, en relation avec le monde réel, et de l’autre la théorie, exilée dans le monde des belles idées inutiles. Cela laisse entendre aussi, en jouant sur les mots, que l’activité intellectuelle, celle des chercheurs est une théorie, perdue dans le monde des idées, très éloignée du monde réel des praticiens. C’est une paresse intellectuelle qu’il faut combattre car elle est nuisible nous l’avons rappelé, mais aussi car elle est erronée. La théorie est un résultat et non un processus alors que l’activité théorique est bien une pratique (Latour, 1989) !

Dans ce projet de communication nous nous proposons de revenir sur trois erreurs que nous avons identifiées à propos de l’activité théorique, pour rappeler que la pratique d’Yves Schwartz, la recherche, est une pratique respectable, utile à la compréhension du travail, y compris du travail syndical, et utile à l’action pour la reconnaissance du travail. Au passage nous discutons sur certains points la théorie de Schwartz à partir de l’activité théorique elle-même, des dispositifs d’intervention, et des savoirs institués. C’est pour cela que nous aimons bien l’exigence d’Yves Schwartz qui dit « c’est pas facile » quand bien même cela ne serait vraiment pas facile l’activité théorique !

Il est indéniable que pour le mouvement syndical ce serait une erreur de prendre le risque de disqualifier la pratique de ceux qui comme Yves Schwartz se sont engagés dans une pratique rigoureuse de recherche, surement avec moins de raccourcis que d’autres. C’est une vraie pratique que le métier de chercheur et leur activité de recherche au sens où nous en parlons dans les sciences du travail est effectivement présente au cœur de toute activité qui nécessite de résoudre des énigmes (Dejours, 2008 [1980]) ou de « renormaliser » les normes antécédentes (Schwartz, 1997). Ainsi, non seulement le travail manuel relève avant tout d’une activité intellectuelle, mais le travail des chercheurs dit quelque chose du travail des ouvriers. Le travail des chercheurs dit probablement aussi quelque chose du travail des syndicalistes ne serait-ce que parce que le scientifique est pour Latour le représentant des objets actants (vivants) du monde (2001) comme le syndicaliste a pu être dans le passé le représentant des travailleurs. Nous verrons dans la partie qui suit que ce rôle est probablement en train d’évoluer, au bénéfice de la prise en compte du travail vivant.

Ce serait une double erreur car bien évidemment si des chercheurs participent à la construction de rapports de force qui permettent à des inégalités et à des discriminations sociales de perdurer, d’autres chercheurs participent à la déconstruction de ces rapports de force-là, voire à la construction de rapports de force pour un monde que nous souhaitons plus juste. Pour Michel Serres (1989), c’est bien la science qui est l’instrument qui permet l’inversion des rapports de force. Pour l’action de transformation sociale dans les entreprises, nous pouvons montrer que le travail théorique qui consiste à produire de la prescription mais aussi de la doctrine est un enjeu majeur pour la reconnaissance du travail réel et l’émergence des réserves d’alternatives (Schwartz, 2014) ou le développement des capacités d’agir (Clot, 2008) sur les situations de travail et les organisations de travail. C’est bien l’activité des chercheurs scientifiques et des ingénieurs qui est à l’origine de la première anticipation en préalable à la seconde anticipation liée au métier (Schwartz, 2013). Nous définirions la doctrine comme un champ intermédiaire entre expérience et théorie dans lequel se déploie l’activité de conceptualisation. Elle est production de concepts utiles à l’action, ancrée dans l’expérience. Nous pouvons aussi la caractériser par un rapport au réel situé, conditionné par la situation de travail et mobilisant des concepts de la théorie et des disciplines, en particulier dans le champ des sciences humaines et sociales. De nouvelles manières de voir, pour pouvoir agir autrement (Maggi, 2003), naissent du travail vivant des concepts. Il transforme à la fois les protagonistes d’une expérience que le concept cherche à rendre intelligible et les protagonistes du savoir scientifique dont le travail se trouve alors ré-interpellé par la re- singularisation de leurs concepts. Aussi, la posture d’« inconfort intellectuel » concerne tout travailleur habité par l’exigence d’une pensée capable de faire culture, y compris le chercheur.

La doctrine est alors une activité intellectuelle qui réintroduit dans le travail un espace politique, pour rendre possible l’exercice du politique. Dans le monde du travail, le taylorisme a été porteur d’un projet politique, dans la continuité du projet de la modernité occidentale, qui a trouvé son aboutissement dans ce qu’on appelle le « modèle fordiste », qui a fait l’objet d’un compromis entre les forces sociales (patronales et syndicales). L’activité des uns s’imposant à l’activité des autres au nom d’un modèle de progrès social et économique légitimé par des savoirs scientifiques. Ce compromis traversé par une contradiction profonde, que Schwartz (2007), qui s’inspire de Canguilhem, désigne par l’expression impossible-invivable, a nécessité de négocier des contreparties.

Ce compromis est aujourd’hui en crise. D’un point de vue social et économique, certes, Mais, on peut y voir également une crise d’ordre « scientifique » ou « épistémologique », la fin d’un cycle, qui donne tout son sens à la démarche ergologique. En effet, les  dynamiques productives contemporaines créent une rupture d’avec l’idée d’un centre de savoir unique, relativement homogène, en mesure de « piloter » l’action du plus grand nombre pour un progrès général de la société.

La complexité des systèmes productifs d’une part et l’essor de la dynamique servicielle – la centralité de la coopération dans la création de valeur – d’autre part, créent une rupture dans la conception classique de l’organisation du travail, du rapport entre la science et la « technique ». Plus que jamais, l’initiative et la « capacité à porter la responsabilité de ses actes » dans l’activité sont des composantes essentielles du travail, qui demandent à chaque individu engagé dans une activité de se former un « point de vue » pour agir en responsabilité. Le travailleur contemporain doit savoir ce qu’il fait, pour assumer l’autorité de son acte vis-à-vis d’autrui et aussi vis-à-vis de soi-même. Il est essentiel – dans un cadre de travail socialisé et soumis à des exigences collectives – que le travailleur trouve le chemin lui permettant de construire des repères symboliques permettant de penser et dire son travail. C’est la condition pour que celui qui est l’auteur de son activité de fait puisse le devenir aussi dans le regard des autres. La reconnaissance est aussi le nom du passage d’une connaissance portée dans le corps à une connaissance portée par la parole, pouvant alors être adressée et pouvant en tirer une juste rétribution. La doctrine est cet espace intermédiaire, entre le mouvement des connaissances incorporées et le répertoire symbolique offert par la culture (la science, mais aussi les arts, les traditions), permettant de créer les conditions de la reconnaissance du travail, dans un espace social, professionnel et culturel déterminé.

Des dispositifs tels que les Groupes de Rencontre du Travail (GRT) apparaissent alors remplir une fonction non seulement professionnalisante, mais véritablement politique. Apprendre à dire ce qui se passe dans une activité de travail à la fois très dense et très opaque devient indispensable pour pouvoir penser ce qui s’y joue, le partager et le débattre, et délibérer d’une part sur sa valeur (l’utilité, le service rendu, les effets induits), d’autre part sur les formes les plus pertinentes d’organisation du travail. C’est la condition pour construire un nouveau projet social prenant en charge les enjeux du moment, du développement durable à la précarité et aux problèmes de santé au travail. La rencontre entre l’effort épistémologique du travail de  recherche et l’effort expressif à l’œuvre dans l’activité, que l’approche ergologique cherche à amplifier, doit aboutir à un effort conjoint, c’est-à- dire une activité commune, spécifique : l’élaboration d’une doctrine, base d’une véritable culture locale du travail vivant, nourricière et témoignant des acquis du temps. Schwartz a œuvré à sa manière pour faire se rencontrer ces deux mouvements de production de la connaissance. Néanmoins,  il  existe  un  double  risque.  Tout  d’abord  le  risque   de l’« usurpation » d’un savoir en aplomb, écrasant la réalité de l’activité et celui de la désaffection (réactionnelle) de la connaissance. Le risque de  l’« usurpation » d’un savoir en aplomb rappelle trop l’établissement de ce compromis et fait le lit du risque de la désaffection des savoirs par le commun des mortels sur laquelle les régimes despotiques prospèrent. Le GRT n’est alors fidèle à son ambition que dans la mesure où il se donne les moyens d’organiser une confrontation rigoureuse entre sa production et les autres formes de connaissance, plus particulièrement celles qui prédominent dans les pratiques entrepreneuriales et managériales dominantes. Reste alors à discuter la forme des dispositifs à mettre en place pour mener cette confrontation. Si les institutions représentatives restent centrales dans notre modèle social, d’autres espaces de confrontation sont à élaborer et à promouvoir, pour tenir compte des transformations du travail et des aspirations sociales. La prise en charge des enjeux politiques du travail ne peut plus être le seul apanage des partenaires sociaux traditionnels, d’autres acteurs ayant à en assumer une responsabilité conjointe.

Ce serait une triple erreur aussi de participer à une injustice car c’est aussi un engagement exigeant que celui de la recherche et Yves  Schwartz aurait surement eu une carrière plus reconnue dans le monde académique, en tous les cas à court terme, s’il avait choisi d’autres thèmes de recherche et d’autres objets de recherche, une voie plus facile dont il faut se méfier malgré la séduction qu’elle exerce. Schwartz ne prête pas le flanc à ce reproche et on ne peut pas dire que sa recherche et son œuvre ne soient pas en réalité très fortement connectés à la réalité du travail et de ses luttes. La rigueur de cet engagement traduit aussi qu’il n’y a pas d’opposition entre ceux qui agissent d’un côté et  ceux qui pensent de l’autre. Nous avons vu que le travail manuel est d’abord un travail incorporé de la pensée car la pensée est aussi une forme d’action qui nécessite un effort, sauf à revenir à une conception très ancienne de l’âme immatérielle à laquelle plus personne ne croit. Au passage ce résultat, la théorie, est produit par une pratique qui interroge dans l’œuvre de Schwartz le statut réel des savoirs théoriques qu’il nomme les savoirs de la dés-adhérence, par opposition à l’adhérence des situations de travail (1997) En effet, ces savoirs de la dés-adhérence ayant été produits par une pratique, dans l’adhérence des situations de travail de recherche, ils peuvent être potentiellement déconstruits et ne plus présenter le statut de « vérité immuable » propre aux savoirs scientifiques quand ils sont fétichisés. Nous avançons ici que, pour construire la pertinence d’une doctrine produite dans la rencontre du travail vivant, qui allie effort épistémique et effort ergologique, la pratique des chercheurs doit être constamment interpellée. Cela implique d’une part que les savoirs de la dés-adhérence eux-mêmes n’aient plus cette valeur de vérité absolue qu’on leur prête souvent, d’autre part que les seules connaissances incorporées ne soient pas considérées comme suffisantes à faire culture. Ainsi pourrait advenir une épistémologie de la situation laissant toute sa place à la subjectivité et à la validité des théories fondée sur des processus de délibération.

C’est peut-être la validité et la nature des théories, autrement dit les résultats et les objets de sa production, qui différencient la pratique de la recherche professionnelle, qui est aussi celle d’Yves Schwartz, de la pratique de la recherche intervention, qui relève elle aussi d’une pratique de recherche. Reconnaître cela, interroger le statut des savoirs de la dés- adhérence qui ont été construits dans l’adhérence, est probablement une étape supplémentaire pour remettre en cause une fausse hiérarchie de normes qui privilégie une conception de la scientificité qui fait la  part belle à des savoirs synonymes de vérités immuables sources d’autorité et de prestige pour ceux qui en sont les dépositaires. Cette remise en cause du statut des savoirs scientifiques sert l’ouverture d’un espace de travail pour la doctrine, un espace politique délibératif, reconnaissant l’égale dignité de chacun et l’égale position face à la tâche commune, aussi bien que la diversité des expériences et de savoirs… Elle sert aussi l’établissement d’une véritable écologie humaine dans laquelle la continuité des activités humaines est posée (Cazamian, 1996) sans la fétichisation de la production des uns qui légitime l’amputation, puis la péjoration de l’activité dite de travail.

 

REFERENCES
CAZAMIAN, P. (1996). A la recherche d’une science globale de l’Homme. In Cazamian P., Hubault F. & Noulin M. (Eds.) Traité d’ergonomie, pp 253-273 ?

CLOT, Y. (2008). Travail et pouvoir d’agir. Paris, Presses Universitaires de France.

DEJOURS C. (2008 [1980]). Travail, usure mentale — De la psychopathologie à la psychodynamique du travail. Paris : Bayard.

LATOUR, B. (1989). Sur la pratique des théoriciens. In Barbier J. – M. (Eds.) Savoirs théoriques et savoirs d’action, pp 131-146

LATOUR, B. (2001). Le métier de chercheur : regard d’un anthropologue. Seconde édition revue et corrigée. Paris : INRA.

MAGGI, B. (2003).De l’agir organisationnel : un point de vue sur le travail, le bien-être, l’apprentissage. Toulouse, Octarès.

SERRES, M. (1989). Gnomon : les débuts de la géométrie en Grèce. In Michel Serres (Eds.) Eléments d’histoire des sciences. Paris : Bordas, 95- 153.

SCHWARTZ Y. (1997), Les ingrédients de la compétence : un exercice nécessaire pour une question insoluble. Education permanente, n°133, 9-34.

SCHWARTZ, Y. (2007). Un bref aperçu de l’histoire culturelle du concept d’activité. @ctivités, 4 (2), pp. 122-133.

SCHWARTZ Y. (2011), Pourquoi le concept de corps-soi ? Corps-soi, activité, expérience, Travail et Apprentissages, n°7, 148-177

SCHWARTZ Y. (2013). Conceptions de la formation professionnelle et double anticipation. Education Permanente, N° 197, p. 11-28.

SCHWARTZ Y. (2014). « Où se trouvent les réserves d’alternatives ? Travail et « projet-héritage » », séminaire G. Péri, 4 avril 2014.