PENSER ET ACCOMPAGNER LA TRANSFORMATION DU TRAVAIL ENSEIGNANT

Hélène CROCE-SPINELLI
Maître de conférences en Sciences de l’éducation, Institut des Sciences et des Pratiques d’Éducation et de Formation (ISPEF), Laboratoire Éducation, cultures et politiques, Université Lyon 2.
helene.croce-spinelli@univ-lyon2.fr

Annemarie DINVAUT
Maitre de conférences en Sciences du Langage, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse (UAPV), Laboratoire Identité Culturelle, Textes et Théâtralité (ICTT)
annemarie.dinvaut@univ-avignon.fr

Dans le contexte de la réforme du collège engagée depuis mai 2015, qui fait suite à la conférence de consensus de 2014 ainsi qu’à la loi pour l’orientation et la refondation de l’école de juillet 2013, les formateurs d’enseignants des premier et second degrés sont fortement sollicités, depuis la rentrée 2016, pour des missions d’accompagnement de la refondation de l’évaluation scolaire. Formateur.rice.s et enseignant.e.s sont invité.e.s à « éviter une “notation-sanction” à faible valeur pédagogique et [à] privilégier une évaluation positive, simple et lisible, valorisant les progrès, encourageant les initiatives et compréhensible par les familles » (Loi pour la refondation de l’école, juillet 2013).

Dans cette proposition de communication, nous nous intéressons au travail de formateur.rice.s d’enseignant.e.s des premier et second degré en REP qui accompagnent les transformations des pratiques évaluatives des enseignant.e.s.

D’un point de vue méthodologique nous avons filmé les situations de formation conduites en 2016-2017, autour de ces questions, par trois formatrices – une formatrice DAFOP du second degré, deux conseillères pédagogiques du premier degré, avec des enseignant.e.s dans deux contextes de Réseau d’Education Prioritaire. Nous avons de plus complété ce premier recueil d’entretiens d’auto-confrontation de ces formatrices. Le visionnement des situations de formation filmées permet d’accéder, dans une démarche ergologique, au sens et aux valeurs qu’elles donnent à leur travail.

Ce dispositif vise moins des connaissances immédiates sur l’activité de formation que des « étonnements autour d’événements difficiles à interpréter dans les canons du discours convenu » (Clot & Duboscq, 2010). IL a moins pour objectif le seul recueil d’informations sur l’activité de formation que la mise en place d’un dialogue à visée transformatrice ; en effet, elle révèle des différences de « grammaire de formation » chez ces formatrices et montrent des traces d’une nouvelle réflexion sur leur approche et leur conception des possibilités d’intervention sur les mutations du travail de leurs collègues enseignant.e.s.