Sociologie clinique de l’activité et ergologie : convergences et débats

Marie-Anne Dujarier
Professeure à l’Université Denis Diderot, Membre du LCSP, Membre associée au LISE (UMR CNAM /CNRS)

La sociologie clinique de l’activité est débitrice de multiples filiations et disciplines, dont, par des chemins de traverse ou plus directement, l’ergologie. Dans ce texte, je propose de mettre en exergue les zones de convergence entre ces deux approches du travail et de l’activité. Trois points seront développés : le projet de recherche, la théorie de l’action et enfin l’épistémologie et la méthodologie. La conclusion ouvre sur des points de débats potentiels, à mener ensemble.

Dans le cadre étroit de cette contribution, je mobiliserai des écrits d’Yves Schwartz (et non ceux de toute l’ergologie) et les quelques miens, sachant qu’ils ne disent pas le tout de l’ergologie et de la sociologie clinique, courants heureusement eux-mêmes divers et traversés de débats théoriques.

1- Le projet de recherche : penser le travail comme activité

La sociologie clinique de l’activité est, comme l’indique littéralement son nom, une sociologie qui porte le regard sur l’activité, avec une posture clinique (Lhuilier, 2006). Ou encore, une sociologie clinique (Gaulejac et Roy, 1993 ; Gaulejac et Alii, 2007 ; Gaulejac et Alii, 2013 )  qui prend pour objet le « faire / agir ». Celui-ci peut se dérouler dans ce que la société dénomme « le travail » (c’est-à-dire dans l’emploi, essentiellement) mais aussi dans ses dehors : la consommation, les pratiques politiques, militantes, artistiques, ou familiales, par exemple. Son projet scientifique peut s’apparenter à celui de l’ergologie lorsqu’elle propose de « comprendre comment s’accomplit et se transforme la production sociale » (Schwartz, 1988, p. 23).

La sociologie clinique de l’activité partage donc au moins un objet commun avec l’ergologie : le travail. Toutes deux prennent d’ailleurs le soin de questionner cette catégorie de pensée et restent dubitatives quant à la possibilité de définir ce terme universellement[2].

Outre un objet de recherche commun, l’ergologie et la sociologie l’activité s’inscrivent pareillement dans l’héritage de l’ergonomie francophone qui souligne la présence et l’importance du « travail réel » ou encore de « l’activité » dans l’action de travailler. Loin de n’être qu’une simple exécution, qu’un froid facteur de production ou un déstockage de ressources (humaines), le travail mobilise et transforme la vie sociale et subjective.  Le terme « activité » est polysémique et fait l’objet d’approches et de théorisations multiples dans des disciplines diverses, ne serait-ce qu’en France (Barbier et Durand, 2003 ; Bidet et Alii, 2006, Dujarier et alli, 2016 ; Schwartz, 2007). Ceux qui l’utilisent comme concept, partagent un trait commun : celui de porter l’attention à ce double invisible de l’action observable, au cours duquel sont en jeu des questions de sens et de santé, c’est-à-dire de vie. L’action, et le travailler en particulier a une dimension existentielle (Gaulejac, 2009).

C’est donc non seulement un objet que nous partageons, mais aussi une certaine définition de celui-ci.

2- Théorie de l’action et anthropologie de l’activité

Ergologie et sociologie clinique de l’activité convergent également du point de vue de ce que j’appelle, en sociologue, leur « théorie de l’action ».

Ma compréhension de la théorie de l’action portée par l’ergologie d’Yves Schwartz, pourrait être ainsi (de manière trop lapidaire, sans doute) résumée : nous agissons à partir de « normes antécédentes », instituées, au premier rang desquelles la prescription. Ces normes sont hétérogènes, inscrites dans des temporalités multiples et elles médiatisent le rapport au milieu. Cette « synergie problématique des hétérogènes en nous », « condamnée à nous rester largement énigmatique », provoque un « débat de normes » (Schwartz, 2016). Elle débouche sur une reprise, une appropriation des contraintes et finalement sur une « renormalisation ». L’usage de soi par soi, et l’usage de soi par les autres (Schwartz, 1987, p. 194 et 1992, p. 53) créent des tensions, une « dramatique », où les valeurs sont convoquées. L’axiologique s’invite donc au creuset de tout agir humain. Le « corps soi », assure « les mises en synthèse des évènements et des savoirs, les mises en mémoire, en veilleuse, en pénombre, le corps sexué, postural, vigilant, mobile, disponible, parlant ». Il se trouve au « croisement du biologique, du psychique, du social, de l’historique » (Schwartz, 1998, p. 13- 14). Dans les pas de George Canguilhem, l’ergologie montre qu’il est « impossible et invivable » de n’appliquer que les normes antécédentes. Dans la renormalisation se joue, à l’inverse, la « santé au sens large » (Schwartz, 1992, p. 24), c’est-à-dire des « configurations nouvelles d’activité et de vie » (Schwartz, 1998, p. 5). L’activité est donc la « matrice d’une élaboration de la dimension proprement humaine du vivre » (Schwartz, 2016). La renomalisation fabrique l’histoire sociale et « personnelle » (corps-soi). L’acte produit et nous produit.

La théorie de l’action de la sociologie clinique de l’activité peut, à son tour, être résumée ainsi[3]. L’action est inscrite dans des déterminations sociales multiples, que l’on peut regrouper sous trois grandes dimensions : l’Histoire (singulière, mais aussi culturelle, technique, langagière, organisationnelle…), les rapports sociaux institutionnalisés (le salariat, le rapport marchand, les rapports de genre, etc) et enfin, les situations qui offrent (et limitent simultanément) des relations avec certains Hommes et certains objets. Les déterminations historiques, institutionnelles et situationnelles sont si nombreuses et hétérogènes qu’elles créent une indétermination (De Gaulejac, 2009) dont l’action doit répondre. Elle résulte alors d’un processus d’élaboration invisible et pourtant bien réel, que, dans la tradition de l’ergonomie francophone, nous dénommons « activité ». Celle-ci est tendue par la production d’une orientation et donc aussi une adresse à l’action en comptant sur le corps et ses sensations. Elle vise à produire des significations pour les sujets liés à cette action : une histoire qui tienne et qui les tienne. L’activité est donc un processus de subjectivation qui construit un sens, entendu dans ces trois acceptions : orientation, sensations et significations. Et ce sens est vécu comme opérateur de santé.

Ces deux théories comportent donc de nombreux points et ennemis communs. Contre les robinsonnades anhistoriques qui sévissent dans le champ pluridisciplinaire des théories de l’action, l’ergologie et la sociologie clinique de l’activité soulignent ses dimensions historiques et sociales. Elles questionnent radicalement les conceptions dichotomiques routinières souvent ruineuses, qui opposent « corps et esprit », « individu et société », « déterminisme et liberté », « action et valeurs », « praxis et poesis ». Contre une vision purement instrumentale du travail, elles montrent le caractère indissociable du « faire matériel », du « faire société » (production de normes) et du « faire sens ».

3- Épistémologie et méthodologie

L’ergologie et l’approche clinique partagent un postulat commun, selon lequel celui qui agit est expert de sa pratique, quand bien même il ne l’aurait pas théorisée formellement. La connaissance est liée à l’expérience et comporte donc une dimension épistémologique fondamentale.

La recherche sur le travail peut alors compter sur la connaissance et l’intelligence des travailleurs. Idéalement, elle est une recherche qui leur est aussi adressée dans une visée émancipatoire. Ergologie et sociologie clinique favorisent alors une coproduction de savoirs, qui fait dialoguer concepts scientifiques et expérience vécue. Le dialogue transforme le rapport au travail (du praticien comme du chercheur) et par conséquent, le travail lui-même. Il me semble qu’ergologie et sociologie clinique partagent donc avec d’autres courants cliniques, l’épistémologie de la recherche-action, pour laquelle il s’agit de « comprendre pour transformer et transformer pour comprendre ».

Leur enjeu est alors de produire des connaissances « micro » avec les travailleurs qui puissent être plus générales (« macro »). Pour cela, l’attention est portée sur les processus à l’œuvre, et sur les conditions sociales et psychiques de leur déploiement. Plutôt qu’une grande théorie unifiée de l’action et du travail, ergologie et sociologie clinique tentent plutôt de fournir des concepts et méthodologies qui puissent outiller la pensée de chacun sur son expérience.

Conclusion

Cette contribution, élaborée de manière trop solitaire et par conséquent un peu audacieuse, est une invitation à penser et à débattre avec les ergologues. Si le projet scientifique, la théorie de l’action comme l’épistémologie ont des « airs de famille » importants, ils ne doivent pas mener à un mou consensus. Ces deux courants ont leur singularité et ne peuvent être assimilés trop rapidement comme un « même ». Les différences de disciplines (philosophie vs sociologie) induisent des normes antécédentes différentes dans notre activité de chercheurs. Nous n’avons pas les mêmes « hétérogènes » en nous. Il faut donc accepter que les mots, renvoient – ou pas- à des concepts parfois différents, au risque de produire de faux accords ou d’inutiles indignations. Il faut y regarder de plus près, donc.

Les « valeurs » et les « normes » sont des concepts majeurs en ergologie. Il en est de même dans la discipline sociologique, notamment durkheimienne. Aussi, reste à explorer, à quel point, derrière les mots, et en dépit de cheminements intellectuels distincts, les concepts se recoupent. Il faudrait également penser le rapport du concept de « norme » avec celui de « règles » utilisé dans la sociologie du travail (Reynaud, et De Terssac, 1992). De même, les théories du « soi », du « je » ou du « sujet » (ou de la « subjectivation ») pourraient être confrontées, tout en identifiant  les emprunts faits aux théories psychologiques et à la psychanalyse. La place des institutions, dans ce que l’on pourrait reformuler sociologiquement comme une dialectique « institué / instituant » au cœur de l’activité, peut aussi avoir des sens et des enjeux distincts selon nos disciplines :ce pourrait être également un objet de réflexion croisée. Ensuite, les méthodologies d’intervention ergologique, d’une part, et clinique d’autre part, pour s’inscrire dans des héritages distincts, comportent sans doute des nuances importantes, jusque dans les pratiques discursives au moment d’exposer les résultats de recherche.

Références

Barbier, J.-M., Durand M., 2003, “L’activité : un objet intégrateur pour les sciences sociales ? », Recherche & Formation, Vol. 42, N° 1, pp. 99-117.

Bidet A., Borzeix A., Pillon T., Rot G, Vatin F., 2006. Sociologie du travail et activité. Octarès Editions, « Travail en débat- Série colloques et congrès ».

Dujarier M-A., 2015, « Sociologie de l’activité : une clinique du travail », in Les Cahiers du Laris, N°2. Le travail, analyses et perspectives. Revue de l’IESTS /Nice, p. 25-40.

Dujarier, M.-A., 2016, « Apports d’une sociologie de l’activité pour comprendre le travail », in Dujarier, M.-A., Gaudart C., Gillet A. et Lénel P (2016), L’activité en théories – Regards croisés sur le travail, Octarès Editions. p. 97-130.

Dujarier, M.-A., Gaudart C., Gillet A. et Lénel P., 2016, L’activité en théories – Regards croisés sur le travail, Octarès Editions.

Gaulejac V.(de), Roy S. (dir), 1993, Sociologies Cliniques Hommes et Perpectives, REConnaissances,

Gaulejac, V. de, Hanique, F. Roche, P. (dir.), 2007, La Sociologie clinique. Enjeux théoriques et méthodologiques, Erès, Paris.

Gaulejac, V. de, 2009, Qui est « je » ? Sociologie clinique du sujet, Le Seuil, Paris.

Gaulejac V (de), Guist Deprairies F., Massa A., 2013. La recherche clinique en sciences sociales. Erès.

Lhuilier, D., Cliniques du travail, Erès, Paris, 2006.

Reynaud, J.D., Terssac, G. de, 1992, « L’organisation du travail et les régulations sociales », in Terssac G. de & Dubois, P. (dir publ.)., Les nouvelles rationalisations de la production, Toulouse, Cépaduès

Schwartz, Y., 1987, « Travail et usage de soi », in JE sur l’individualité, Paris, Mesidor-Editions sociales, p. 183-207.

Schwartz, Y., 1988, Expériences et connaissance du travail, Éditions sociales, Paris.

Schwartz, Y., 1994, Travail et philosophie, convocations mutuelles, Toulouse, Octarès

Schwartz, Y. (dir.), 1998, Reconnaissances du travail. Pour une approche ergologique.PUF, Le Travail Humain, Paris.

Schwartz Y., 2007, « Un bref aperçu de l’histoire culturelle du concept d’activité », @ctivités, vol. 4, n° 2.

Schwartz Y, 2016, « L’activité peut-elle être l’objet d’analyse » ? », in Dujarier, M.-A., Gaudart C., Gillet A. et Lénel P (2016), L’activité en théories – Regards croisés sur le travail, Octarès Editions. P. 159-186.

 


[2] Yves Schwartz pose la convention que le « travail » s’entend au sens contemporain dans un Etat marchand, de droits. Pour ma part, en prenant appui sur la sociohistoire du mot, et sa géographie, je montre que les usages sociaux et scientifiques du mot « travail » renvoient soit à une anthropologie universaliste et anhistorique (qui tente de saisir « ce que c’est que faire ») soit à une institution historique contingente aux contours sans cesse débattus. Tout travail salarié suppose donc une activité, mais pas l’inverse, comme le signifie également la thèse des « 4 cercles » (Schwartz, 2016).

[3] Pour une version plus dépliée, voir Dujarier (2015 et 2016).