Une démarche engagée

Auteur : Jacques Rollin

La politique peut-elle ignorer la démarche de production de savoir qui se nourrit d’une énigme : celle qui a trait avec « qu’est-ce qui se noue et se joue dans l’activité humaine », dans cette activité que nous déployons toutes et tous au quotidien souvent sans y porter attention.

Avec la politique telle qu’elle est aujourd’hui, ne ratons-nous pas l’essentiel en prétendant penser et organiser la vie en commun sans nous donner les moyens de nous interroger sur ce que nous faisons dans les séquences les plus infimes de notre activité ? Ne gâchons-nous pas des avenirs, des potentialités, en oubliant que nous sommes des « êtres d’activité » qui n’exécutent jamais strictement l’histoire que d’autres programment pour nous ? Pourquoi s’en remettre à la fiction de la rationalité du sujet apte à contractualiser en vertu de son libre arbitre, alors que les choix de notre « corps-soi » se nouent dans des valeurs, dans des projets, dans des héritages…?

Ces questions, après lecture de l’ouvrage Yves Schwartz, Travail et politique l’apport de la démarche ergologique textes réunis et présentés par Christine Castejon et Jacques Rollin, (Titre provisoire, ouvrage à paraître aux Editions La Dispute ) ne devraient plus paraître étranges !

Ces questions, je ne les aurai jamais formulées, si je n’avais pas pu être, durant plusieurs décennies, un des compagnons de route de « l’aventure ergologique ». Aujourd’hui, je les formule à voix plus haute parce que je ressens de plus en plus l’urgence de poser la question politique autrement.

Cela va faire trente ans que j’ai rencontré Yves Schwartz, l’auteur de ces textes. Je ne cache pas les difficultés que j’ai pu rencontrer pour essayer de me hisser vers cette « idée forte de la science ». S’exprimant dans un autre langage que celui que j’utilise au quotidien, j’ai pu, moi aussi, rêver à de « possibles vulgarisations ». Mais plus je comprends la portée des concepts ergologiques, et plus je suis obligé de constater qu’il ne peut pas en être autrement. Aller à l’essentiel ne peut se faire en optant pour des démarches approximatives contournant l’énigme de l’activité.

La démarche ergologique n’ignore pas la difficulté de communication entre les savoirs qui s’élaborent à l’université et les savoirs qui sont présents dans la situation d’activité. Mais au lieu de s’enfermer dans des simplifications, elle préfère contribuer (même si cela va avec un certain inconfort) à l’émergence de nouveaux savoirs avec des dispositifs qui rendent possible «  le dialogue socratique à double sens » : permettre à chacun d’admettre son inculture (pour les uns surtout dans le domaine des concepts, pour les autres devant l’activité en train de se faire) afin qu’un dialogue s’instaure permettant de dépasser nos incultures respectives. Nous avons tous à apprendre, si nous voulons changer le travail, le savoir, la vie économique et sociale. Ici, se trouve donc un point de rupture avec une conception où il y aurait d’un côté ceux qui auraient la mission de produire des concepts (des programmes, des modes opératoires, des mots d’ordre …) et de l’autre ceux qui seraient obligés de composer avec des « savoirs simplifiés pour l’action ».

Les textes écrits par des auteurs contribuant à l’ergologie, ceux d’Yves Schwartz en particulier, parce qu’ils refusent des simplifications sur « l’énigme de l’activité humaine » m’aident à penser mon quotidien (dans le microscopique) comme les aventures de l’humanité sous l’angle le plus macroscopique. J’ai pu m’en rendre compte dans mon métier d’animateur de dispositifs formatifs pour les cadres d’une grande entreprise en quête d’amélioration des pratiques managériales. Si je n’avais pas eu cette proximité avec l’aventure ergologique, aurais-je eu la même capacité à composer avec les « nouveautés » qui se sont succédées ciblant tantôt de «le  mieux communiquer », tantôt le «le  mieux être à l’écoute », ou encore «le mieux piloter la performance », si ce n’est «le mieux manager par les valeurs », etc. ? Aurais-je pu aussi bien comprendre pourquoi « ces nouveautés », mobilisant de belles théories, allaient vite s’avérer embarrassantes pour celles et ceux qui allaient essayer de les appliquer en faisant comme si l’activité de leurs équipiers  (et la leur) pouvait être totalement anticipée par de la théorie ? En tout cas, je n’aurais pas eu la même obstination à proposer, passant outre à de nombreuses incompréhensions, des dispositifs où pouvaient se penser les débats de valeurs, les débats de normes, « les dramatiques d’usage de soi » (j’évitais cette formulation car elle aurait demandé trop de temps pour être comprise dans un milieu où les sciences du management se calquent sur les sciences de l’ingénieur !)… Et sans cette obstination, un grand nombre de cadres n’auraient pas eu l’occasion de renouveler leur compréhension de ce que l’entreprise leur demandait tout en se construisant de nouveaux repères sur leur activité. Se construire de nouveaux repères, en prenant conscience que les êtres au travail sont des êtres normatifs, n’efface en rien les contraintes, les contradictions, les rapports de forces ; mais cela aide à pouvoir mieux les prendre en compte, et surtout cela ouvre des possibilités d’agir et d’arbitrer sur les « normes antécédentes » que soi-même et d’autres vont rencontrer. Ne plus regarder les autres comme de simples ressources, mais comme des êtres qui font « usage de soi », c’est déjà affirmer ses préférences pour le monde à construire.

Dans le même temps, mon expérience développée dans les formations que j’ai dispensées pendant près de vingt ans avec Marcelle DUC à l’IEP de Toulouse, et aussi celle dans l’animation du café ergologique toulousain,… n’ont fait que me confirmer la fécondité du patrimoine ergologique. Au fil de mon activité dans divers lieux, j’ai beaucoup appris en me rendant compte des limites des conceptions que j’avais acquises en baignant dans une culture peu soucieuse des « dramatiques d’usage de soi ». Voir autrement l’activité humaine dans les situations de travail (et en dehors) m’aura permis de mieux comprendre pourquoi les « orientations », les « stratégies », les « programmes », les « pensées »… qui se construisent sans porter attention aux renormalisations qu’effectuent sans cesse les êtres d’activité que nous sommes devant des « normes antécédentes », ratent toujours, au moins en partie, leurs prétentions initiales. Pour le dire vite, c’est vers l’apprentissage d’autres rapports au savoir, à l’éthique, au politique que m’a conduit mon cheminement avec l’ergologie. Mieux comprendre, mais aussi être dans la recherche de normes qui soutiennent les avancées vers le « mieux-vivre », cela me semble désormais impossible à faire en restant sur des schémas de pensée qui mettent entre parenthèse l’énigmatique « usage de soi ». Il faut changer de paradigme !

Même si j’ai beaucoup appris en nourrissant le cheminement de mon expérience du patrimoine ergologique, je ne cache pas que j’ai souvent éprouvé qu’il est difficile de se glisser dans une position de « passeur » de ce nouveau savoir et de cette posture intellectuelle. Toutefois,  j’ai pu constater que ce n’est pas une mission impossible. J’ai souvent été surpris de voir comment mes interlocuteurs pouvaient s’approprier la démarche ergologique pour trouver des pistes, dans leur propre situation de travail pour « faire autrement » et aussi pour « penser autrement » la construction du bien commun. 

En invitant à l’effort de lecture des textes de cet ouvrage, j’exprimerai une certitude : Si l’ergologie en tant que démarche de production de savoir ne peut nous dessaisir des choix politiques, elle peut soutenir le débat démocratique en l’invitant à s’éclairer des « réserves d’alternatives »[1].


Jacques Rollin, avril 2020

[1] Voir le texte Yves Schwartz, Où se trouvent les réserves d’alternatives ? Travail et ‘Projets –Héritages’  dans l’ouvrage à paraitre aux Editions La Dispute.