Dans quelques jours, le programme du colloque

On nous demande, suite à diffusion de l’affiche, le programme de l’événement, il sera diffusé dans quelques jours.

Précisons quelques choix des organisateurs  :

  • construire un programme à partir des propositions de contributions reçues. Des intentions d’abord, répondant aux termes de l’appel à contributions , puis des confirmations qui nous arrivent en ce moment.
  • le colloque se déroulera entièrement en plénières, avec un grand nombre de contributeurs (une soixantaine) et, cependant, des temps de débat importants.
  • 5 tables rondes, une par demi-journée, dont la composition ne sera arrêtée que quelques jours avant le colloque (et connue par l’intermédiaire de ce blog) car des binômes d’animateurs ont la charge de les construire  avec les participants.
  • on y évoquera aussi l’histoire de la démarche ergologique, depuis le stage de formation continue qui a donné lieu au livre L‘homme producteur jusqu’à  la création de la Société Internationale d’Ergologie, en passant par la formation à l’Analyse Pluridisciplinaire des Situations de Travail. Des pionniers nous expliqueront quelles conditions ont répondu possible cette aventure…Ceux d’aujourd’hui raconteront le combat pour maintenir cette formation originale dans le cadre universitaire actuel.
  • une après-midi ouverte, le samedi, de discussion sur les perspectives.

Le tout dans l’actualité que nous connaissons, car trois jours de colloque ne sont pas faits pour se mettre à l’abri mais pour réfléchir ensemble  à la manière de rendre plus agissante encore la démarche ergologique.

A suivre…

Travail et numérique : ouvrons le débat

Impossible de ne pas faire une place dans le colloque à la « question du numérique » alors qu’on nous parle à corps et à cri d’une « révolution » dans ce domaine.

Quand ont pris forme, dans les années 1980, les questions que pose l’approche ergologique (sous le nom, alors, d’analyse pluridisciplinaire des situations de travail), elles venaient mettre du trouble dans un discours triomphant sur les promesses des « mutations technologiques », en posant une question rare : qu’est-ce qui change dans le travail ?

On a vu, depuis, ce qu’il en est : notamment comment l’informatisation, portée par le mot d’ordre de « modernisation », a muté elle-même en une frénésie d’indicateurs chiffrés dans laquelle le travail est plus que jamais masqué. Aujourd’hui c’est le tout-numérique qui, pour certains, relaie les mêmes promesses, mais les propos sont, disons, plus inquiets, ou plus ambivalents, comme si dominait l’impression vague que tout nous échappe.

En quoi l’approche ergologique peut-elle nous aider à penser, et pratiquer, la maîtrise des évolutions techniques ?

Nous proposons en guise d’ouverture une conférence du chercheur Alexandre Monnin, auteur d’une thèse sur la philosophie du web qui apporte un éclairage très intéressant sur la réalité de la prétendue « immatérialité » des technologies numériques.

La vidéo de la conférence :
http://www.projet-eee.ac-versailles.fr/videotheque/ii-l-avenir-du-numerique-alexandre-monnin
La thèse :
https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00879147v3/document)