Tous les articles par muriel

Transformer collectivement l’activité enseignante de l’enseignement de l’oral : une mise en tension des normes individuelles, collectives et institutionnelles

Aline Zurn Grillon
Patrick Chapuis

Coordinateurs pédagogiques au Département de l’Instruction Publique
Genève, Suisse

Présentation

Comme le soulignent Ria et Leblanc (2011), « la conception de la formation des enseignants peine à sortir de deux approches opposées : l’une « descendante », c’est-à-dire structurée à partir de savoirs disciplinaires, didactiques et pédagogiques qu’il faudrait appliquer dans les classes, l’autre « ascendante » se concrétisant dans de nombreux dispositifs d’analyse de pratiques (…). » (p. 155). Les modalités expérimentées et mises en discussion s’inscrivent
dans l’évolution actuelle de la formation des adultes, qui voit émerger de nouvelles pratiques proposant une proximité toujours plus grande avec les situations réelles du travail, qui luimême
se transforme continuellement , tant au niveau de ses formes, de ses conditions et de ses normes (Durand, 2009). En partant du principe que les professionnels en formation possèdent de nombreuses connaissances de différentes natures et que leurs savoirs exercent
une influence sur le système de formation, il s’agit donc de mobiliser les savoirs d’expérience pour favoriser le développement de compétences nouvelles, ouvrant sur l’émergence d’une
praxéologie collective entre savoirs scientifiques et savoirs pratiques.

Continuer la lecture de Transformer collectivement l’activité enseignante de l’enseignement de l’oral : une mise en tension des normes individuelles, collectives et institutionnelles

Activité, valeurs et savoirs au fil d’une trajectoire : contributions de Yves Schwartz et de l’ergologie aux études sur travail et éducation au Brésil

Wanderson Ferreira ALVES
Université Fédérale de Goiás-Brésil

Introduction

Le but de ce texte est de mettre en évidence certains aspects des contributions de l’ergologie au champs d’études sur travail et éducation au Brésil. Pour cela, dans un première moment, je vais présenter le parcours et quelques caractéristiques du champs d’études sur travail et éducation à partir de la réalité Brésilienne ; ensuite, dans un deuxième temps, je vais aborder la question à partir des trajectoires de trois chercheuses brésiliennes qui ont entamé le dialogue avec Yves Schwartz et l’approche ergologique dans les anées 1990. Par fin, je vais présenter quelques débats actuallement en cours dans le champs travail et éducation au Brasil e signaler le place et la pertinence de l’approche ergologique dans ce domaine.

Continuer la lecture de Activité, valeurs et savoirs au fil d’une trajectoire : contributions de Yves Schwartz et de l’ergologie aux études sur travail et éducation au Brésil

Temporalités imposées par les horaires de travail : quel temps reste-t-il pour penser l’activité et ses alternatives ?

Liliana Cunha
Centro de Psicologia da Universidade do Porto, Portugal
Denise Alvarez
Programa de Pós-Graduação em Engenharia de Produção da Universidade Federal Fluminense (UFF),
Rio de Janeiro, Brésil
Marianne Lacomblez
Centro de Psicologia da Universidade do Porto, Portugal

Résumé
Certains changements dans les horaires du travail posté, et notamment ceux qui tendent à remplacer une organisation en 3×8 heures par un roulement en 2×12 heures, réaniment aujourd’hui des polémiques concernant les horaires atypiques, les longues journées de travail et le travail nocturne. Des études de cas menés au Portugal (e.a. : Bessa & Lacomblez, 2012 ; Scheller, Cunha, Nogueira & Lacomblez, 2013) et au Brésil (e.a. : Alvarez, Figueiredo &
Rotenberg, 2010 ; Figueiredo & Alvarez, 2011 ; Barbosa & Alvarez, 2016) mettent en dialogue plusieurs niveaux d’analyse de ces transformations, en engageant la contribution de l’approche
ergologique.

Continuer la lecture de Temporalités imposées par les horaires de travail : quel temps reste-t-il pour penser l’activité et ses alternatives ?

Le corps-soi mutilé: quelles sont les renormalisations possibles?

Laís Di Bella Castro Rabelo
Vanessa Andrade de Barros

Universidade Federal de Minas Gerais

Cette proposition vise à réfléchir sur les possibilités du concept de « corps-soi» dans un domaine de recherche spécifique, à savoir: l’impact psychosocial des accidents invalidants subis par les travailleurs sous-traités dans le secteur de l’électricité dans l’état de Minas Gerais, au Brésil. La sous-traitance en tant que processus d’externalisation des relations de travail, en raison de la logique de travail flexible sous le capitalisme néo-libéral, est largement
associée à une détérioration des conditions de travail et de la violation des acquis sociaux des travailleurs, ce qui implique une augmentation significative de la vulnérabilité en matière de santé et de sécurité des travailleurs (Coura, 2011, Franco, Druck & Seligmann-Silva, 2010, Coutinho, 2015), ce qui entraîne de fréquents accidents.

Continuer la lecture de Le corps-soi mutilé: quelles sont les renormalisations possibles?

Mettre les « compétences de base » au travail

Patrice Bride
Formateur, Coopérative Dire Le Travail.

La vogue des compétences dans les milieux professionnels a abouti, pour les bas niveaux de qualification, à la définition d’un « socle de connaissances et de compétences professionnelles ». Ce socle a fait l’objet d’une certification intitulée « CléA », mise en place à l’initiative des partenaires sociaux depuis 2015. Ce référentiel est structuré en sept domaines1, chacun composé de trois ou quatre sous-domaines, eux-mêmes divisés en quelques items, présentés sous la forme de « résultats attendus observables » et « critères d’évaluation ».

Continuer la lecture de Mettre les « compétences de base » au travail

De l’usage du corps-soi comme assise de la professionnalité

Mickaël Cormier
Exploitant Transport-Malherbe-Est ; mickael-cormier@laposte.net

Sont-ils fous ? cria une voix sur notre pont, cherchent-ils leur ruine ?

Thomas de Quincey[1]

« Un conducteur routier, c’est une image de marque. C’est essayer de faire plus que ce que l’on doit faire, c’est ça être un professionnel ». Mais maintenant « on n’est plus des professionnels, on est des numéros, des choses placées là » (CORMIER, 2015). Triste bilan que celui dressé par ce conducteur. Reste que cette rhétorique nous interpelle, et fait, au-delà de traduire un basculement ontologique, émerger  un certain nombre d’interrogations : quelle est la portée du dire de ce conducteur ? Comment dès lors interprète-t-il les signes de son emploi? Quelle valeur accrédite-il au terme de professionnel? Comment se positionne-t-il dans le temps de son activité salariée ? Et enfin, pourquoi parler de personnes chosifiées ?

Continuer la lecture de De l’usage du corps-soi comme assise de la professionnalité

Quand une organisation de travail devient apprenante dans un contexte de réorganisation et de conduite du changement : quelle approche de l’activité ?

Martine POULIN 
Ingénieure de recherche – chercheure associée au Centre de recherche sur le travail et le développement (CRTD)

Résumé

Quand les organisations de travail font l’objet de changements, de transformations, les premières réactions des personnels qui les composent sont le doute, la crainte, la méfiance voire la peur pour certains, car ces situations sont vécues comme des situations non choisies et viennent d’emblée toucher leur registre identitaire au travail. « Qu’allons-nous devenir ? Allons-nous être capable de nous adapter aux évolutions ? »

Continuer la lecture de Quand une organisation de travail devient apprenante dans un contexte de réorganisation et de conduite du changement : quelle approche de l’activité ?

Mutations de la professionnalité et usages de soi. Le cas des métiers relationnels au Québec

Marie-Chantal Doucet, Ph. D. Sociologie
Professeure – Faculté des sciences humaines
Département de travail social
Université du Québec à Montréal (UQÀM)

Introduction

Je propose des pistes de réflexion issues d’une recherche sur les métiers relationnels menée ces dernières années au Québec. Le vaste domaine du travail sur autrui comprend des professions universitaires dont le cœur de métier, composé de différents outillages selon les formations, consiste à travailler le relationnel avec les sujets et entre les sujets qui consultent. On définira ces métiers comme une catégorie d’activités d’aide ou d’accompagnement de personnes en situation de vulnérabilité, que ce soit au travers de transactions visant l’adaptation, l’émancipation des personnes et des groupes ou encore d’une quête de sens. Il s’agissait de savoir comment les praticiens pensent leur métier et comment ils en parlent.

Continuer la lecture de Mutations de la professionnalité et usages de soi. Le cas des métiers relationnels au Québec

La conception du travail dans le Coworking : trois discours croisés pour comprendre l’activité

Gislene Feiten Haubrich
FEEVALE/BR et UNISTRA/FR
Louis Durrive
UNISTRA/FR
Ernani Cesar de Freitas
FEEVALE/BR
Contact : gisleneh@gmail.com

Remarques Préalables

Le monde n’a jamais cessé de changer. Le plus commun est de reconnaître les grands changements parce qu’ils sont les plus visibles et les plus abruptes. Mais qui est à l’origine de ces changements ? Si nous sommes attentifs aux situations quotidiennes, nous percevons que tout change tout le temps et nous nous rendons compte que c’est nous qui sommes les auteurs du changement. Mais comment appréhender ce mouvement ? Notre hypothèse a comme point de départ la question langagière et ses différentes manifestations. Le langage permet que chaque être humain se représente la réalité de son propre point de vue, conforté par ses expériences et ses savoirs. Chaque personne crée ainsi ses propres représentations, mais elle ne le fait pas seule parce qu’elle vit en communauté, c’est-à-dire qu’elle partage du sens avec les autres. On adoptera donc ici une perspective sur le monde compris comme une construction permanente, redéfinie par les interactions que l’être humain engage avec les autres, dans chacune des dimensions de sa vie.

Continuer la lecture de La conception du travail dans le Coworking : trois discours croisés pour comprendre l’activité

Trabalho em Coworkings: entrelaçamento teórico-reflexivo a partir da concepção de atividade

Gislene Feiten Haubrich
Universidade Feevale
Ernani Cesar de Freitas
Universidade Feevale
Contato: gisleneh@gmail.com

Considerações Iniciais

As sociedades têm se transformado. Ancoradas nas mais diferentes abordagens discursivas, constituem-se como elementos complexos, heterogêneos e ativos. A complexidade remete a multiplicidade de seres e de seus pontos de vista, que se conectam e se afastam a todo tempo. Tal dinâmica é um dos componentes do grande agregado de significados disponíveis no contexto coletivo e está diretamente vinculado ao hibridismo identitário do corpo-si. Essa característica é cada vez mais evidente pela possibilidade de manifestar a si mesmo a partir de diferentes plataformas, num processo de proliferação mensageira que envolve tanto o global, mas, sobretudo, reforça os vínculos locais, junto às tribos. Por fim, o espaço coletivo que envolve os sujeitos é, inegavelmente, impactado por todas as tomadas de ação por eles efetivadas, posto que culminam com o compartilhamento de experiências e de saberes. Assume-se, então, uma perspectiva que percebe o mundo como uma construção permanente, ressignificada mediante as interações do ser com cada uma das dimensões que envolve sua vida.

Continuer la lecture de Trabalho em Coworkings: entrelaçamento teórico-reflexivo a partir da concepção de atividade

Expériences et connaissances du bénévolat: travail gratuit ?

Dan Ferrand-Bechmann
Professeure émérite université de Paris 8

Les mutations du bénévolat[1]

Le travail ne se niche pas seulement au sein du salariat ni même parmi les personnes qui ont une rémunération. Regardons des jeunes enfants remonter inlassablement du sable de la plage pour faire une digue, des bénévoles infatigables accueillir des personnes en détresse  dans la rue, avec lesquelles ils ont des liens de sollicitude et de compassion, des militants de la cause écologique nettoyer les chemins…
Le bénévolat entre travail et engagement? Défini comme une action sans rémunération, sans obligation et pour autrui qu’il s’agisse d’une personne ou d’une communauté, le bénévolat touche près de 14 millions de personnes.

Continuer la lecture de Expériences et connaissances du bénévolat: travail gratuit ?

Activité de travail et démocratie : un pragmatisme de l’ergologie ?

Alexandra Bidet
CNRS, Centre Maurice Halbwachs

Quelques citations du philosophe pragmatiste John Dewey pour alimenter les discussions de la table ronde :

« Philosophy which does not take into account the economic enterprise and its human consequences is an escapist intellectual gymnastic » (‘Re-Introduction to Experience and Nature’, LW 1: 360).

« Dans ce qu’on appelle la politique, l’organisation sociale démocratique prévoit cette participation directe au contrôle ; dans le secteur économique, ce contrôle demeure externe et autocratique » (Démocratie et éducation, 310, MW 9: 269).

Continuer la lecture de Activité de travail et démocratie : un pragmatisme de l’ergologie ?

Changer simultanément le travail, les savoirs et la vie économique et sociale : la co-production dans les espaces intermédiaires normatifs

Coutellier Jérôme
Directeur adjoint formation initiales ESPE Toulouse Midi-Pyrénées
jerome.coutellier@univ-tlse2.fr
Duc Marcelle
MCF Sociologie, laboratoire Certop, Université Toulouse Jean Jaurès
duc@univ-tlse2.fr
Rollin Jacques
Ancien responsable de dispositifs de formation pour l’encadrement chez Orange ; Président de l’Observatoire et Rencontres du Travail entre 2005 et 2011

jrrollin@orange.fr

Avec l’évolution des modes managériaux, après l’intérêt porté au participatif, mais aussi dans les pratiques induites par l’économie du partage ou collaborative, il est désormais de plus en plus souvent question de co-production de savoirs.

Après avoir séjourné dans l’étude du travail et découvert l’activité en train de se faire, essayer de comprendre ce qui se joue dans la vie économique et sociale ne saurait s’envisager en établissant des cloisons entre le travail, les savoirs et la vie économique et sociale. Au contraire, il faut surtout s’employer à saisir les « circulations » qui s’y effectuent, en partant de la quête du vivre en santé et/ou de l’effort pour échapper à ce que Y Schwartz nomme « l’impossible/l’invivable ».

Continuer la lecture de Changer simultanément le travail, les savoirs et la vie économique et sociale : la co-production dans les espaces intermédiaires normatifs

La « numéritude » volontaire ?

Christine Eisenbeis
Maxence Guesdon
FSU, Inria

Le numérique est un outil qui doit permettre de travailler mieux. Il augmente la productivité, c’est-à-dire qu’il permet de produire plus en moins de temps. Il devrait donc être l’occasion de diminuer le temps de travail, d’accorder plus de temps à des activités choisies, et de partager les richesses ainsi produites. Sinon, à quoi bon ?

Continuer la lecture de La « numéritude » volontaire ?

Micro de l’activité versus enjeux sociaux : expérience et questions d’un syndicaliste

Gilles Blanchard

C’est au niveau professionnel et syndical que j’ai observé la difficulté d’articuler une action de transformation[1] de ce que l’on nomme « offre de service » avec ce qui se « travaille » en permanence au niveau micro de l’activité du conseiller au sein des collectifs de travail. Cette coupure de la pensée dans le domaine ici des services aux demandeurs d’emploi entre une définition centrale de l’organisation et les débats incessants  au cœur de l’activité pose de profondes questions de démocratie.

Continuer la lecture de Micro de l’activité versus enjeux sociaux : expérience et questions d’un syndicaliste