Invitation à la lecture de Travail, ergologie et politique paru aux éditions La Dispute

Travail, ergologie et politique

Il y a plusieurs façons de s’engager dans la lecture de Travail, ergologie et politique paru en 2021 à la Dispute. Cet ouvrage, relativement court, réunit six textes du philosophe Yves Schwartz, professeur émérite d’université, membre de l’Institut Universitaire de France de 1993 à-2003 et membre correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques depuis 2017. A ces six textes, choisis parmi un grand nombre d’écrits postérieurs à la parution du Paradigme ergologique ou un métier de Philosophe en 2000[1], Yves Schwartz a ajouté une postface : « Pour un monde commun à construire ».

La façon de lire qu’il faudrait absolument éviter, ce serait d’essayer d’y trouver LA « théorie du travail » fabricatrice de concepts nouveaux (corps-soi, savoirs-valeurs, débats de normes, dispositifs dynamiques à trois pôles, etc.) afin de la positionner parmi des discours théoriques déjà connus.

La démarche ergologique n’est pas une théorie, c’est une démarche ! Par une mise en dialogue des savoirs conceptuels et des savoirs-valeurs présents dans la situation de travail, elle cherche à agrandir un patrimoine culturel où pensée objectivante et expérience industrieuse se rejoignent sur l’exigence du démocrate et sur celle du spécialiste des concepts. Quels en sont les enjeux ? Que « le faire et le vivre autrement » deviennent discernables, objets pour l’effort de connaissance et que les pratiques choisies, parce qu’elles regardent vers un « humanisme énigmatique », puissent être efficientes.

Pour éclairer ce que signifie « humanisme énigmatique », citons ce qu’écrit Yves Schwartz (P 211) « Que veut dire ici « humanisme » ? […]. En quoi son caractère énigmatique a pertinence pour cette repensée du politique ? En quoi le politique ne peut se construire, sauf à préparer des catastrophes, sur l’opposition simpliste d’un eux/nous (un « bi-humanisme », un mauvais et un bon ?), en quoi néanmoins l’occultation de l’énigmatique conduit directement aux usurpations réifiantes, aux dogmatismes aveugles, aux inégalités dans les possibles de jouissance de la vie et aux violences ? ». Et s’il est une énigme que les forces sociales aujourd’hui ont pour habitude de contourner et « d’occulter » : c’est bien l’énigme de l’activité ! Pourtant, elle est présente sans cesse dans tous les actes que font tous les humains dans le travail et aussi hors travail. De plus, cette activité avec son caractère énigmatique est motrice de transformations à plusieurs échelles (dans le microscopique de la situation comme dans des dimensions plus importantes, si ce n’est macroscopiques), et en cela elle est motrice de l’Histoire.

Parce qu’il est désormais acquis qu’il est impossible et invivable que le travail soit standardisé, parce qu’il est le lieu de renormalisations que la pensée objectivante ne peut entièrement anticiper, parce qu’il s’y produit de l’inédit, parce qu’il s’y produit de l’histoire… il faut donc que l’agir politique s’instruise de ce qui « se joue » dans l’activité.

Aussi, il nous semble préférable d’aborder la lecture de cet ouvrage comme une invitation à repenser l’agir politique en liant :

– la question des savoirs, et plus précisément la question des rapports entre les savoirs « autorisés » et les savoirs-valeurs enfouies dans le microscopique des situations de travail.

– la question des réserves d’alternatives sur les lieux où l’activité humaine s’exerce pour produire des biens et des richesses ; et pour cela en se dotant de « dispositifs dynamiques à trois pôles ».

–  aux questions multiples qui accompagnent la gouvernance mondiale des valeurs produites ; et pour cela en activant l’analyse critique des effets des circuits de l’argent, de la mondialisation des gouvernances économiques, la circulation des flux financiers, des oligarchies financières, des rapports de force dans le commerce mondial, etc. 

Zapper les deux premières questions, comme le font encore les organisations syndicales ou politiques, n’interdit pas de promouvoir des idées. Il est incontestable que certaines visions de l’idéal, certaines conceptions de la vie sociale, pour ne pas dire certaines « valeurs » sont préférables à d’autres et donc il est légitime que l’agir politique œuvre plus dans le sens de celles-ci que de celles-là. Mais quand ces « valeurs » restent coupées des situations d’activité, et plus précisément quand elles restent imperméables aux arbitrages que des corps-personnes avec leurs héritages[2] ont à faire –  pas toujours en  pleine conscience  – pour pouvoir « exécuter » un travail toujours singulier, ne risquent-elles pas  d’être dans l’incantatoire  ?  

Le travail dont on parle en extériorité n’est jamais celui qui se fait ! Il y a toujours de l’inédit ! Personne ne peut anticiper « le travail des valeurs » qui va s’y produire sans avoir installé un dispositif de connaissance adéquat. Un dispositif où les savoirs-valeurs des protagonistes du travail émoussent les certitudes des supposés spécialistes du travail, où les uns et les autres s’adonnent à un dialogue socratique à double sens. Pourquoi, ici, alors que rien ne le laissait prévoir, apparait au fil des tâches de l’attention à l’autre, de l’intérêt pour le bien commun ? Pourquoi, là, contre toute attente, c’est autre chose qui s’installe ? Il est toujours possible de rester dans le tacite et faire comme si ces « bizarreries » n’existaient pas. Mais alors, c’est gommer les « êtres d’activité » et ce qui leur est primordial pour essayer de rendre leur situation plus vivable : l’exercice de leurs capacités normatives, la prise en compte de leurs savoir-valeurs, la reconnaissance qu’ils renormalisent les situations et qu’en cela ils sont semblables à tous les êtres humains.

Quand les lieux de vie (au travail et ailleurs, sur les réseaux sociaux tout particulièrement) sont engrenés sur la logique du like, quand les « êtres d’activités » ne sont pas reconnus dans « leur dramatique d’usage de soi », l’agir politique ne peut être qu’en difficulté pour engager la transformation sociale et soutenir les authentiques désirs d’émancipation. Rien d’étonnant que surgissent, alors, des signes de désaffection pour le syndicalisme comme pour la politique.

Malgré cela, comme nous l’avons écrit avec Christine Castejon, en introduisant et présentant ces six textes : « la perspective ergologique nous montre un monde non moins dangereux mais infiniment plus ouvert que ne nous le disent bien des “ prophètes ” »

Autant lire cet ouvrage, qui peut paraitre parfois dense, en prenant le temps d’examiner si une nouvelle approche de cette énigmatique activité doit pas être mise à l’ordre du jour sur les lieux de travail (comme sur tous les lieux de vie) afin d’usiner des réserves d’alternatives pour un monde commun à construire.

Jacques Rollin, juillet 2021.


[1] Yves Schwartz, Le paradigme ergologique ou un métier de Philosophe, Octares Éditions, « Travail et activité humaine », Toulouse, 2000.

[2] Voir « L’énigme du corps au travail », le quatrième texte d’Yves Schwartz dans l’ouvrage.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search