Le colloque, et après ?

A l’orée de cette nouvelle année, nous sommes enfin en mesure de nous adresser à vous pour évoquer les suites du colloque.

En conclusion de nos 3 journées du mois d’octobre, il a été dit que ce colloque avait été totalement atypique.

Nous avions fait le pari –presque impossible en effet- d’un colloque international de 3 jours, sans ateliers thématiques, sur deux lieux successifs différents -l’un plus connu des milieux académiques, l’autre du mouvement social-, dans lequel prendraient la parole, à égalité de conditions et d’écoute, des intervenants d’horizons professionnels et géographiques différents. Nous avons reçu l’appui financièrement décisif du DIM-Gestes et le soutien d’autres partenaires en France et à l’étranger (à retrouver sur ce site ), qu’ils en soient vivement remerciés car ils ont rendu le pari crédible.

Nous avons le sentiment, et de nombreux échos nous le confirment, que ce pari a été pour une grande part réussi. Nous le devons à votre implication à un moment ou un autre du processus et nous vous en remercions chaleureusement. Ensemble nous avons vérifié que la démarche ergologique est source d’intérêt, de curiosité, de débat, d’expérience(s), et qu’elle est porteuse de perspectives pour qui s’interroge sur la transformation du travail. Nous avons montré les prémisses de ce que peut être un dialogue des savoirs, tel que la démarche ergologique s’emploie à le définir et à l’exercer.

Il y avait 352 inscrits, près de 40 personnes se sont en outre inscrites sur place. Le manque de formalisme du colloque, qui avait ses vertus, nous empêche d’être très précis sur le nombre de personnes qui ont effectivement participé, demi-journée par demi-journée, à la rencontre. Mais tous ceux et celles qui y étaient peuvent témoigner d’une participation importante – environ 200 personnes pour chaque séquence- qui ne s’est pas affaiblie au fil des 3 journées, incluant la belle soirée consacrée à l’actualité de Jacques Duraffourg.

La quasi-totalité des intervenantes et intervenants annoncés tant dans les tables rondes que dans les varia (interventions hors tables rondes) étaient bien présents. Le foisonnement du programme a pu parfois gêner le déploiement d’un propos et deux contributions n’ont pas pu être prononcées. Nous demandons de nouveau aux auteurs de nous en excuser, tout en ayant la conviction que les choix structurant le colloque ont été compris.

Le débat continue. Les propositions de contributions restent à disposition sur le carnet de recherche (blog) toujours actif, et nous allons nous employer à recueillir les textes rendus « définitifs » par leurs auteurs. Plus largement, nous envisageons de poursuivre les discussions engagées en construisant un site qui prendrait le relai de ce premier outil, dont le rôle a été important dans le mois précédent le colloque.

D’autres propositions se dessinent et nous avons pris la décision de structurer une Société Française d’Ergologie (SFE) qui aura mission d’être relai de ces futures initiatives.

Nous conclurons ce retour par un double appel :

  1. à  nous envoyer vous-mêmes des points de vue sur le colloque : comment vous l’avez vécu, apprécié plus ou moins, quelles suites vous souhaiteriez lui voir donner.
  2. à faire part de votre intérêt éventuel pour la SFE, ce qui nous permettra de vous envoyer toutes les informations sur sa création.

Espérant poursuivre avec vous les échanges, et vous souhaitant une année de belles surprises,

Bien cordialement,

Les organisatrices et organisateurs du colloque