L’entrée de l’ergologie à l’Institut Universitaire de France

Jean-Claude Pariente

Disons-le tout de suite pour éviter au lecteur un contre-sens, nous ne nous proposons pas ici de revenir sur la profondeur et la richesse de l’œuvre d’Yves Schwartz, et en particulier de sa thèse de doctorat d’Etat, Expérience et connaissance du travail (1988, rééditée en 2012). Il ne s’agira pas de refaire en quelque sorte la soutenance, qui avait en elle-même été un événement philosophique, sur lequel de grandes voix ont dit tout le nécessaire. Non, nous voudrions seulement rappeler en quelques mots la façon, ou plutôt l’une des façons dont l’ergologie a usé pour s’insérer dans la vie philosophique en passant par la voie que lui offrait l’Institut Universitaire de France pour obtenir la reconnaissance de son statut authentiquement philosophique. Les quelques souvenirs que j’évoquerai ici concerneront l’histoire d’une institution plutôt qu’une œuvre singulière.

L’Institut Universitaire de France (ci-après IUF) fut créé en 1991, alors que Lionel Jospin était ministre de l’éducation nationale. Il lui fut assigné pour objectif fondamental de renforcer le niveau de la recherche dans les Universités en y développant une recherche de haut niveau, susceptible de parvenir à l’excellence sur le plan intérieur comme sur le plan international, de contribuer à la féminisation du secteur de la recherche, et de favoriser une répartition équilibrée des activités de recherche sur l’ensemble du territoire national.

Pour permettre à l’IUF d’atteindre ses objectifs, le Ministère prit diverses dispositions concernant en particulier son organisation et son recrutement.

L’IUF étant divisé en deux branches, dont l’une comprend les disciplines scientifiques et médicales, et l’autre les lettres et les sciences humaines et sociales, chacune de ces branches accueille des membres seniors et juniors. Ils demeurent dans leur Université d’appartenance, ce qui permet de lutter contre la tendance antérieure de concentrer à et autour de Paris les recherches de haut niveau. Pour leur permettre de développer leur recherche, le service statutaire d’enseignement des membres de l’IUF est allégé des 2/3, et, tout en bénéficiant de la prime d’encadrement, ils reçoivent pour leur équipe des crédits de recherche spécifiques destinés à soutenir le projet de recherche dont ils ont dû faire état dans leur dossier de candidature.

D’autres mesures, inspirées du même esprit, concernaient les conditions de recrutement. Tout d’abord 1/3 au plus des membres nommés chaque année peut appartenir à une Université parisienne. Ensuite, pour lutter contre les tentations de la cooptation, dans chaque jury (jury senior et jury junior) au moins 40% des membres doit exercer son activité dans une Université étrangère, ce qui en pratique aura pour conséquence que les représentants d’une discipline donnée seront le plus souvent un spécialiste français et un spécialiste étranger. Il faut bien s’entendre en effet sur la composition du jury : il est formé non pas des deux représentants d’une discipline donnée, mais de l’ensemble de ces représentants, c’est-à-dire d’au moins trente membres, appartenant à toutes les disciplines reconnues comme telles au sein de l’IUF. Pour être recruté comme membre, un candidat doit donc voir son travail antérieur et le projet qu’il présente pour les cinq ans à venir tenus pour valables par des universitaires de très grande valeur devant lesquels il est parvenu à se faire reconnaître, étant admis qu’il peut arriver qu’il ne se présente pas en personne devant le jury, mais que son dossier peut être exposé par l’un des représentants de la discipline à laquelle il appartient. Il semble difficile de prendre plus de précautions pour éviter les effets et les méfaits de la cooptation, et garantir la qualité scientifique des recrutements.

La première campagne de recrutement eut lieu en 1992, et, exceptionnellement, pour cette campagne à laquelle les éventuels candidats n’avaient pas le temps de se préparer, il appartint aux deux représentants de chaque discipline de proposer des candidatures. Pour la philosophie, le Ministère, qui m’avait fait l’honneur de me désigner comme un de ses représentants, m’avait associé avec le Professeur Alan Montefiore, fellow de Balliol College (Oxford), connu pour ses recherches sur l’identité, en particulier l’identité juive, mais aussi excellent connaisseur de la philosophie française dans ses expressions les plus contemporaines, à laquelle il avait consacré plusieurs écrits, et notamment le recueil de textes publié en 1983 sous le titre de Philosophy in France today. Le choix d’Alan Montefiore était tout à fait satisfaisant, vu la tâche dont nous avions à nous acquitter car, j’ai eu l’occasion de m’en assurer, il savait à peu près tout de l’activité philosophique en France. Nous avons fait connaissance quand le jury tint sa première réunion, au cours de laquelle le Président donna les informations nécessaires pour le bon fonctionnement des opérations et fit comprendre en particulier le point crucial que, compte tenu des données numériques, chaque discipline ne pouvait pas s’attendre à obtenir plus de deux recrutements, mais pouvait redouter de n’en obtenir aucun, car la compétition avait lieu entre les candidats individuels, mais aussi entre les disciplines. Forts de ces informations, nous convînmes, Alan Montefiore et moi, de nous rencontrer autant que de besoin pour mettre au point notre plan d’action, c’est-à-dire d’abord pour choisir des candidats susceptibles de recevoir l’approbation d’un tel jury, et ensuite pour déterminer la meilleure façon de présenter leur candidature en prenant appui sur les attestations favorables que nous avions jointes aux dossiers, dont celle de Georges Canguilhem. Nous avions l’un et l’autre bien conscience que nous ne pouvions pas faire fond sur la complicité qui existe entre spécialistes de la même discipline, puisque, au sein d’un jury composé d’une trentaine de membres, nous n’étions que deux philosophes ; il nous fallait donc élaborer un plan tenant compte de ces particularités.

Je fus ravi de voir Montefiore tomber tout de suite d’accord avec cette façon de poser le problème. Aussi avons-nous pu établir sans tarder une brève liste de noms, en tête de laquelle nous avions placé les deux auxquels nous tenions le plus, ceux de philosophes dont les travaux antérieurs, les talents et les projets d‘avenir nous apparaissaient comme les plus prometteurs. Nous sommes tombés d’accord pratiquement tout de suite sur leur identité : il s’agissait d’une femme et d’un homme dont les recherches relevaient de secteurs très différents, mais qui présentaient ce trait commun d’allier à une rare perspicacité philosophique une référence soutenue à un domaine de la réalité, biologique et médical pour l’une, social et ergologique pour l’autre, dans lequel ils avaient acquis par des travaux antérieurs une authentique compétence, reconnue par les spécialistes du secteur.

Le président du jury ouvrit la session en demandant qu’un des représentants de chaque discipline présente les propositions faites en son nom en les accompagnant de leur justification. Montefiore avait préféré ne pas prendre la parole à cette étape de la sélection. C’est donc à moi qu’il revint d’exposer – et je disposais de peu de temps pour le faire – les mérites de la candidate que nous avions, d’un commun accord, décidé de présenter en tête. Quand le tour de table fut achevé, eut lieu une discussion générale, au cours de laquelle Montefiore appuya fermement notre proposition. La chose était importante : du fait que le jury était pratiquement composé pour moitié de collègues étrangers, il n’était pas souhaitable que les propositions qu’on lui soumettait apparaissent comme trop « hexagonales ». Le vote qui suivit apaisa nos inquiétudes, car notre première proposition fut honorée pour notre plus grande satisfaction.

La procédure reprit pour attribuer les éventuels seconds postes. Je fis un second exposé pour justifier l’attribution d’un second poste à la philosophie par l’intérêt de l’ergologie et par les qualités de son défenseur. Mais j’échouai à en convaincre le jury, non qu’ait été contestée la valeur du dossier présenté – ce ne fut à aucun moment le cas, comme le confirmera du reste la suite de l’histoire – mais parce que le jury considérait que d’autres disciplines pesaient tellement plus lourd que la philosophie en nombre d’emplois qu’il n’aurait pas été juste de lui accorder un second poste. La session de 1992 se termina donc sur ce résultat qui ne nous satisfaisait pas complètement : la philosophie obtenait un seul poste ; mais peut-être avions-nous en même temps posé les bases pour la suite.

C’est du moins ce qu’on peut penser quand on évoque la session suivante, celle de 1993. Les conditions de recrutement avaient un peu varié, car, pour cette seconde session, les candidats avaient eu la possibilité de faire eux-mêmes acte de candidature au lieu d’être proposés par le jury. Nous avions, Montefiore et moi, convaincu Yves Schwartz de se maintenir candidat malgré la déception éprouvée l’année précédente. Il lui revenait maintenant de constituer lui-même un dossier comportant un bilan de ses travaux antérieurs et un projet de recherche pour les cinq ans à venir. Il s’acquitta avec brio de cette tâche, car personne en France, à cette époque, n’était mieux armé que lui pour donner une analyse des relations complexes qui se jouent entre l’expérience du travail que fait le travailleur et les conceptualisations diverses qui en ont été proposées. La philosophie se voyait ainsi invitée à pénétrer dans un domaine qu’elle avait jusqu’alors plutôt négligé, si important qu’il soit pour l’humanité. Quant à nous, je veux dire Montefiore et moi, en nous appuyant sur ce dossier, nous n’eûmes aucune difficulté pour convaincre le jury à la fois de l’intérêt philosophique de l’ergologie et de l’apport d’Yves Schwartz à son développement, deux conditions qui justifiaient totalement sa nomination comme membre de l’IUF.

L’ergologie obtenait ainsi une consécration universitaire éclatante, et Yves Schwartz pouvait installer dans l’Université de province à laquelle il appartenait, celle d’Aix-Marseille, les enseignements et les diplômes qui lui assuraient un plein épanouissement. On le voit, conformément à la vocation de l’IUF, il n’avait pas tenté de rejoindre Paris et la réussite ultérieure de son entreprise a totalement justifié les objectifs assignés à l’IUF.