COMMENT LA FSU BOURGOGNE EN EST ARRIVEE A ORGANISER DES STAGES SUR LE TRAVAIL SYNDICAL

Philippe Dormagen
ancien secrétaire régional

Les débats sur le travail syndical ne sont pas venus spontanément. Il a fallu auparavant s’intéresser aux problèmes de stress et de santé au travail pour aller ensuite vers des notions de pouvoir d’agir sur son métier. Les réflexions issues des stages de la FSU Bourgogne ont débouché sur l’idée que repenser le travail devait passer par repenser le syndicalisme…

Les prémices

Ma connaissance des problèmes concernant les conditions de travail a débuté à l’ANPE avec les travaux de l’observatoire des conditions de travail, pilotés par Muriel Prevot-Carpentier sous la direction d’Yves Schwartz. Ces travaux réalisés en 2004 ont été le support d’une thèse présentée et soutenue publiquement le 12 décembre 2013 à l’Université d’Aix-Marseille : Les « conditions de travail » : proposition de modélisation pour l’usage.

La Direction Générale n’a pas exploité ce rapport car il mettait en cause beaucoup trop de choses (voir page 91 de la thèse).

J’étais un des agents de la formation-action (investigation des situations de travail par des agents de l’ANPE formés à l’analyse de l’activité). Elle m’a appris comment être mieux dans mon travail. Mais comment faire profiter mes collègues de ces connaissances ? J’ai cherché, avec l’aide  du  « chantier  travail » de l’Institut de Recherches de la FSU.

Le premier forum

Il s’intitulait « travail et syndicalisme », organisé en 2008 par l’Institut de recherches de la FSU avec la participation de la FSU et de ses syndicats nationaux, de la CGT, de Solidaires, de la CFE-CGC, de la CFDT et de nombreux chercheurs…

Les axes de travail de ce forum étaient :

  • coopération entre syndicalistes et chercheurs,
  • amener les salariés à reprendre la main sur le travail,
  • transformer les situations de travail et transformer le syndicalisme

Deux choses m’ont frappé dans ce forum :

  • L’humiliation ressentie par les techniciens de France-télécom que l’on mutait sur les plates-formes téléphoniques.
  • Les conséquences des changements de l’activité syndicale chez Renault- Guyancourt : plus de résultats, plus de syndicalisation, mais départ d’un certain nombre d’anciens militants qui ne se reconnaissent plus dans ce nouveau syndicalisme.

Le 1er stage FSU Bourgogne

Ce forum et de nombreux échanges avec Yves Baunay ont débouché sur l’organisation en avril 2009 d’un stage intitulé « STRESS ET SANTE AU TRAVAIL ET FONCTIONNEMENT DES CHS » avec l’aide  du  « chantier  travail ». Question : comment le syndicalisme pourrait aider les salariés à faire face aux risques psycho-sociaux qui découlent des relations entre le salarié et ses supérieurs hiérarchiques dans l’organisation du travail ?

 Quelques remarques d’une des stagiaires, agent de Pôle emploi, suite à ce stage : « …discussions profondes, habiles et précautionneuses qui tentent de répondre à une question lancinante : comment attraper le réel ?…J’ai eu l’impression que je me déchargeais d’un poids coupable. Mon incompétence ne dépend donc plus de moi…Il m’a semblé que le mouvement syndical s’éveillait tout juste à ce type d’approche… Comme si la parole syndicale parlait fort sans se faire entendre car trop loin de nos maux. »

Historique des stages suivants en Bourgogne

  • SNES, mars 2011 : « retrouver du pouvoir d’agir sur son métier ».
  • FSU,   mai   2011 :   « travail,   métier   et   santé,   comment   repenser  le syndicalisme ? ».
  • SNUIPP89, février 2012 : « comment reprendre la main et faire autorité sur le métier pour transformer l’école ».
  • SNES, avril 2012 : « nos métiers ».
  • SNUIPP21, novembre 2012 : « analyser son travail pour mieux le vivre au quotidien ».
  • FSU, novembre 2013 : « activité syndicale et travail ».
  • FSU, avril 2014 : « Accueil syndical : quel accompagnement des nouveaux militants ? Quelles transmissions ? »

La conclusion du stage de 2009 avait été de se dire que le syndicalisme doit évoluer pour prendre en compte cette dimension du travail évoquée par les stagiaires et les intervenants. Comment lutter contre la culture syndicale descendante ; comment ne pas penser à la place des salariés, comment les faire s’exprimer, sans oublier de porter des revendications collectives ?

Le stage de 2011 devait donc faire évoluer notre syndicalisme en regardant comment des salariés agissent : face à des consignes contestées individuellement et par les syndicats, ils acceptent, mais aussi ils transforment ce qu’on leur demande de faire. Nous avons constaté que les militants ont du mal pour aller à la rencontre des collègues, qu’ils ont tendance à rejeter tous les problèmes sur les supérieurs hiérarchiques. Ne faut-il pas sortir du statut de victime pour devenir acteur de notre travail ? D’autre part, le débat n’a pas été mené sur le rôle des membres des CHSCT qui peuvent être accusés de collaboration avec la hiérarchie, ni sur les injonctions syndicales issues de ces travaux. Ne sont-elles pas aussi paradoxales que celles vécues quotidiennement par les salariés ? Comment sont-elles perçues ?

Le stage de 2013 posait ces questions : Quel est le sens et l’efficience du travail militant dans une organisation syndicale ? Quelle articulation entre les préoccupations quotidiennes des militants et les débats sur les revendications générales ? Comment les syndicats peuvent-ils s’adapter à cette nouvelle situation d’individualisation du travail ? A partir de ces questions nous voulions faire une pause dans la course à « ce qu’il faudrait faire », pour discuter du « comment on fait ». La très grande diversité de tâches permet une complémentarité dans l’activité des militants : certains aiment ce que d’autres détestent. La technique de l’instruction au sosie nous a permis d’analyser finement deux éléments de l’activité militante (le traitement des mails et la préparation d’une audience). Bien que cette méthode ai généré pas mal de débats, elle n’a pas satisfait un certain nombre de stagiaires et ne sera pas renouvelée dans les stages Bourguignons. Paradoxalement, la “souffrance des militants” n’a pas été abordée. Le constat de la difficulté rencontrée par les syndicats pour former les nouveaux militants et développer leurs compétences a déterminé le thème du stage suivant.

Le stage de 2014 devait donc interroger les manières d’accompagner les nouveaux militants pour qu’ils déploient une activité satisfaisante pour eux et pour l’organisation, et qu’ils prennent des responsabilités. Ce stage n’a réunis qu’une douzaine de participants, principalement des responsables de syndicats. Une des stagiaire a résumé le bilan : « on a exprimé nos désaccords, ça nous fait avancer. C’était une bonne journée. »

SNU Pôle emploi et travail

En parallèle, j’ai participé avec mon syndicat aux Etats généraux des conditions de travail organisés en mars 2012 avec le soutien de l’Institut de Recherches, puis avec le SNU Pôle Emploi Bourgogne à un groupe de travail sur  le même sujet, pour construire un modèle d’intervention à partir d’une compilation d’écrits et interventions dans des colloques de Yves Schwartz, bien sûr, mais aussi de Cécile Briec, Christine Castejon, Dominique Cau-Bareille, Yves Clot, Delphine Corteel, Damien Cru, François Danet, François Daniellou, Philippe Davezies, Christophe Dejours, Bernard Doray, Eugène Enriquez, Francis Jeanson, Guy Jobert, Patrick Légeron, Stéphane Le Lay, Danièle Linhart, Marc Loriol, Dominique Lhuilier, Marie Pezé, Pierre Roche, Florent Schepens, Gilbert de Terssac, Laurence Théry, Corinne Védrine. Cet outil a été testé dans 3 agences, dans le cadre des heures mensuelles d’information syndicale. Participation inégale, suivi difficile, ce fut un demi échec.

Par contre, une collègue qui avait participé à ces réunions, puis qui s’était mise en disponibilité pour devenir intermittente du spectacle (théâtre, mise en scène…) a lancé un projet de théâtre forum sur le principe du « théâtre de l’opprimé », pour agir contre l’individualisme, mieux vivre au travail, gérer les conflits… Les responsables du personnel de Pôle emploi Bourgogne ont été intéressés par le projet, mais des mutations internes l’ont fait capoter. Plus tard, il a été mis en application dans une mission locale.

Voici quelques expressions de stagiaires récoltées par une enquête
réalisée par mail le 13 décembre 2016 :

Mon travail syndical doit être organisé (avec des limites horaires). Mes pratiques ont évolué, y compris dans la gestion des conflits. J’ai pris du recul sur le stress que je vivais. J’ai mieux vécu au travail. Je me suis orienté vers le CHS-CT. Ça m’a donné un autre éclairage sur ce que ressentent mes collègues dans le service dont j’ai la responsabilité. Ça m’a donné des billes pour argumenter auprès des collègues. J’ai vu que dans d’autres professions on souffre des même problématiques, ça m’a aidé dans mon rôle de médiateur. J’ai relativisé les difficultés rencontrées et j’ai évité le surbooking intellectuel. J’ai pris conscience que j’étais légitime à parler de mon métier et à assumer la manière dont je le pratique. J’ai déculpabilisé face à un certain nombre d’échecs ou de manques. J’ai appris à affronter des situations difficiles. J’ai pris conscience que les situations se ressemblent et peuvent trouver des solutions collectives plus qu’individuelles. Mon engagement syndical a été modifié, laissant l’espace vide si personne ne se décide à remplir la chaise. J’ai pris du recul pour analyser mon propre travail et mon comportement ; je m’autorise aussi une résistance passive…

Conclusion

C’est donc à partir d’une expérience d’observation du travail sous l’impulsion d’Yves Schwartz que j’ai redonné du sens à mon travail, développé l’envie de partager ce qu’elle m’a apporté. Elle m’a donné de la force contre les injonctions contradictoires. Elle a orienté ma réflexion sur le travail, l’activité syndicale, elle a été un moteur dans mon implication à la FSU et l’organisation de ces stages sur le travail.

En mai 2017, la FSU 71 a remis le couvert. Un stage « travail et santé » a mis en évidence que les syndicats ne se sont jamais penché sur le contenu du travail des AVS, alors que celui-ci impacte directement le fonctionnement des classes avec la gestion des élèves « difficiles ».

A suivre, la vie syndicale continue.