La rencontre d’une Accompagnatrice socio-professionnelle des Compagnons-Bâtisseurs avec l’ergologie

Marie-Josée Fresneda
Rémy Bernardi

Introduction : un tournant

J’ai pratiqué durant de longues années le métier d’accompagnatrice socio-professionnelle dans le cadre de chantiers d’insertion. J’ai travaillé avec des salariés toxicomanes, des détenus … Une expérience riche, intense. Et puis, dans mon parcours s’est produit en 2010 un tournant : je suis recrutée chez les CB et je découvre quelque chose qui s’appelle l’ergologie.

Je vais essayer de vous raconter cette histoire, mais ce n’est pas très facile … Je suis tellement dedans …

Avant : une certaine pratique, un certain regard sur le public « en insertion ».

Avant 2010, j’accompagne des salariés en insertion  afin de les aider à réintégrer le marché de l’emploi.

Ça consiste à utiliser des outils pour les aider à réaliser des CV, des lettres de motivation, pour se préparer à des entretiens d’embauche. Ça consiste à travailler avec eux dans une salle de cours. Ça consiste à leur rappeler les normes, le comportement attendu dans le milieu du travail. Et surtout à « travailler sur leurs freins. »

J’essaie de placer le salarié en insertion au centre du dispositif ; cela se traduit concrètement par une individualisation : choisir le bon outil pour le besoin repéré pour tel individu à tel moment.

Avec mon expérience chez les CB, la question centrale n’est plus de placer le stagiaire au centre mais tout simplement lui donner une vraie place. Ce qui va changer, ce n’est pas seulement ma pratique mais c’est le regard que je porte sur les salariés en insertion et sur moi-même.

Pour vous en parler, je vais me focaliser sur deux éléments originaux du dispositif CB : les réunions avec les partenaires et les Ateliers de Travail sur le Travail.

Des réunions avec les partenaires

Normalement, lors des réunions sur le dispositif d’insertion, on parle avec les partenaires des salariés en insertion en leur absence. Chez les CB, il est décidé de faire participer systématiquement tous les salariés en insertion à toutes ces réunions. Le principe est le suivant : on ne parle pas de ces salariés sans eux. Mieux : on ne parle pas à leur place.

Qu’est-ce que cela va produire ?

Les partenaires vont changer de rôle : ils se mettent à discuter directement avec les salariés, les écoutent avec beaucoup d’attention. Je me souviens d’un délégué du préfet qui, en écoutant un jeune exposer son projet, sort sa carte de visite  et dit : « Téléphonez de ma part à … ». Le partenaire devient partenaire du jeune tout en étant partenaire institutionnel.

Le salarié en insertion devient du même coup un personnage central, consistant, reconnu. Il est un peu surpris au début d’être pris au sérieux, mais très vite,  il parle de lui et de son travail, de son projet avec confiance, et c’est un véritable dialogue qui s’engage, des arguments qui sont échangés d’égal à égal.

Pour ce qui me concerne, c’est la première fois que j’entends ces personnes en insertion parler de leur travail avec tant de chaleur, de leurs difficultés et de leurs joies avec autant d’authenticité, de force. C’est mon regard sur eux qui change : ce ne sont plus des personnes qui ont des freins, mais des travailleurs avec leur potentiel et leurs difficultés, leurs espoirs et leurs frustrations.

Du coup, ma place change tout comme celle de mon collègue encadrant technique. Si l’on est honnête, quand, en réunion, nous parlons à leur place, on parle en fait de nous, de notre travail. C’est nous qui sommes au centre de l’histoire. Il est indispensable de les laisser raconter pour qu’ils deviennent le héros de leur histoire, comme dirait Ricœur.

C’est pourquoi, nous commençons chaque réunion partenariale en donnant la parole aux salariés du chantier : ils ne parlent pas seulement de l’avancée des travaux, ils parlent de leur activité concrète, comment ils s’y prennent, qu’est-ce que ça leur fait.

Savoir parler de son activité de travail, ça ne va pas de soi. Pour eux comme pour tout un chacun. Et c’est là où il me faut vous présenter un second élément du dispositif compagnon : les Ateliers de Travail sur le Travail

Les Ateliers de Travail sur le Travail

C’est un dispositif assez simple : je vais sur le chantier, je regarde, je note, je pose des questions. Une accompagnatrice qui va sur le chantier, ça surprend les salariés en insertion, ça les inquiète un peu, mais très vite ça leur plait. Ce déplacement de ma salle de cours au chantier poussiéreux et bruyant, ce déplacement de posture (de formatrice je deviens apprenant de leur travail), ça me convient bien aussi.

Je rédige un compte rendu que je leur lis et que l’on discute ensemble. C’est là que nous apprenons tous ensembles à parler du travail tel qu’on le vit. Je dis « tous ensembles » car nous partageons une expérience humaine commune.

Je me souviens … souvent il y a avait conflit entre les normes imposées par l’encadrant technique et le jeune. Par exemple, sur la manière de tenir le pinceau, le couteau pour l’enduit. Les jeunes me racontent leur difficulté à respecter une consigne, une contrainte. Ça me rappelait quand ma grand-mère m’imposait de tenir les aiguilles d’une certaine façon pour tricoter. Ma manière à moi, elle fonctionnait pour moi. Je n’étais donc pas convaincu par les conseils de ma grand-mère. Après tout, je savais tricoter et là, en suivant la manière de faire nouvelle, j’étais mal à l’aise, gauche de mes doigts. Avec les jeunes, j’ai partagé cette expérience commune : accepter de désapprendre pour mieux apprendre. Leur difficulté à entrer dans le bon geste devenait un objet de récit, une histoire personnelle mais aussi l’histoire tellement humaine de nos apprentissages.

Donner une vraie place / avoir un point de vue

C’est l’association des réunions avec les partenaires et des séances de travail sur le travail  qui a donné un souffle, une ampleur à ces salariés en insertion. Donner des mots pour parler de son travail, de son expérience, de son projet ; donner une vraie tribune pour être entendu, pour débattre. Tout cela, je crois, va donner au dispositif d’Insertion par l’Activité Economique un sens inédit et puissant.

Donner une vraie place, c’est créer une situation qui favorise la construction et l’expression d’un point de vue sur son travail. Exprimer un point de vue, c’est sortir de la plainte et se positionner comme un acteur. Du coup, le regard des autres change. Oui, c’est puissant !

C’est aussi le regard qu’ils vont se porter entre eux qui change : un regard complice. Ils sont dans le même bateau de découverte et d’expérimentation. De parler de leur travail ensemble, à partir de situations qu’ils ont partagées, ça les rend bienveillants entre eux. Ça crée, ça solidifie un collectif. Ça rend confiant en soi et envers les autres. Et ça, cette mise en récit du travail, c’est mille fois plus efficace que n’importe exercice sur les compétences professionnelles !

En conclusion : déplacement et dernier mot…

Que de déplacements ! Il y a la place des jeunes en CTS, dans leur  construction professionnelle. Il y a la place des partenaires. Et il y a ma place à moi, qui forcément bouge. Il me faut « travailler à mon inutilité » (Bonniol). En fait, mon travail va consister à leur donner la place. C’est ça ma place. Créer une situation, mettre en scène les jeunes et rester dans les coulisses.

Ce déplacement, cette conversion du regard, ça s’est fait sans douleur. Au contraire.
C’est bien plus dur de se battre pour garder une place centrale que de travailler à leur donner la place de … Les jeunes veulent exister. Si on ne leur donne pas une vraie place, ils vont lutter. A partir du moment où je me déplace de la salle de cours à leur chantier, c’est moi qui entre dans un terrain étranger, leur terrain à eux. C’est moi qui moi suis dépaysée, et pas contraire. Je deviens une exploratrice, une spectatrice, presqu’une invitée. Et eux ce sont les acteurs, les auteurs qui auront le dernier mot de leur histoire. Ensemble nous partageons du savoir, comme à l’origine les compagnons partageaient leur pain.