Renforcer son positionnement professionnel ou l’apport du retravail des valeurs par l’ergologie : l’exemple des stagiaires préparant la certification MJPM

Mickaël Wanègue
MJPM = Mandataire judiciaire à la protection des majeurs

La loi n°2007-308 du 5 mars 2007 a porté réforme de la protection des majeurs vulnérables. Les mandataires judiciaires à la protection (MJPM) en charge de cette population interviennent par décision d’un juge des tutelles et doivent avoir suivi une formation de 300 heures théoriques visant l’obtention du certificat national de compétence (CNC) qui leur permet d’exercer des mesures de curatelle ou de tutelle après avoir prêter serment. La formation les sensibilise à la dimension cadrée juridiquement et au versant relationnel, puisqu’il convient d’associer les personnes aux décisions les concernant, de rechercher leur consentement et de favoriser leur autonomie au titre de leurs droits fondamentaux [Cod civil, art. 415]. Responsable de cette formation, je travaille avec les groupes les questions éthiques et les positionnements professionnels appuyés sur des valeurs en ayant recours à la démarche ergologique.  Ce cadre introduit, nous développons les apports et limites de la démarche ainsi que la nécessaire articulation conceptuelle pour appréhender la dimension d’interaction langagière inhérente à la mission de protection dans le cadre actuelle. Enfin, nous montrerons comment nous lions l’une et l’autre et en tirons le profit nécessaire, tout en précisant là encore sa limite autant que la réflexion à engager pour plus de pertinence.

Le MJPM intervient pour protéger en fonction d’un dispositif légalisé, donc valable pour tout MJPM. On parlera de normes antécédentes anticipant la situation à vivre où il faut protéger, laquelle sollicitera toutes les renormalisations en tant qu’auteur inexpugnable pour révéler la façon dont il « se choisit ». Il n’y a pourtant pas de débat sans corps-soi, centre névralgique de l’activité, « opérateur synthétique » traversé de ces débats de normes avec leurs valeurs. Le corps-soi, corps biologique, sensible, psychique, historique, va procéder aux arbitrages nécessaires et corrélatifs à son interprétation du milieu à vivre. C’est dire qu’il est par ce fait «  centre de référence ». L’agir que cette philosophie développe est du registre normatif, mais elle prend pour point de départ l’humain avant la société génératrice de normes, d’institutions et de systèmes autorégulés selon la philosophie critique de l’école de Francfort. L’ergologie se classe dans un courant critique mais aussi anthropologique que Rousseau  a ouvert, postulant pour sa part une caractéristique de l’humain avec son « état de nature ». Sous cette aune nous comprenons que tout débat de normes prend sa source dans le corps-soi et non dans les attentes normatives du partenaire de l’interaction, puisqu’il faut incorporer dans ce modèle l’interactionnisme de Mead. Le recentrement autour de soi avec la notion de milieu montre certes la force qu’a le vivant à ne pas être le jouet de son environnement mais il ne porte pas sur autrui une ouverture, une reconnaissance encore suffisante pour couvrir tout ce que peut offrir une situation d’interaction langagière[1].

La théorie de l’agir communicationnelle contribue à cette articulation par des présuppositions normatives que sont la nécessité de convaincre et d’obtenir l’assentiment, d’achever le débat par un « accord rationnellement motivé » et de fonder des arguments dignes d’une prétention à la validité.  Ceci traduit veut dire des énoncés, des impératifs, et des expressions qui rendent possible une intercompréhension en vue d’une action, coopérative selon Habermas. À chacune s’adosse une valeur : des énoncés vrais répondant à des présuppositions d’existence et non problématiques, des énoncés justes qui renvoient tant aux normes qu’à leur légitimité, et enfin, à une intention langagière qui engage la sincérité du locuteur.

Le vrai, le juste et la véracité fondent trois valeurs pouvant recueillir le potentiel rationnel d’une situation communicationnelle. Néanmoins, ce modèle a ses propres limites. La première, méthodologique, et qui peut être réfutée. On ne peut que difficilement s’assurer de la sincérité du locuteur, pouvant se décrire idéalement et agir différemment, d’où une observation répétée et dans des situations variées. De plus, dans l’interaction, il importe d’évaluer le sens qu’un énoncé recouvre pour l’interlocuteur, les attentes étant réciproques. Ceci fait dire qu’il faut porter une attention particulière aux énoncés en interaction, utiliser la double écoute. Enfin, la critique adressée au modèle habermassien est que « le processus social déployant les règles langagières de l’entente » se passe à l’insu des sujets pour Honneth, dépassant leurs intentions et leur degré de conscience. Autrement dit, ils ne s’y retrouvent pas dans leur expérience quotidienne.

Ce modèle a néanmoins pour mérite d’apporter des garanties à la communication par ces valeurs, que sont le vrai, le juste et la sincérité ou véracité qui se synthétisent au travers des énoncés, telles des effigies ou synthèses de la renormalisation opérée, et qui met en avant le recours plus ou moins fréquent du MJPM à l’une ou l’autre de ces valeurs.

Voyons maintenant comment nous les convoquons dans notre approche de l’activité en articulation avec l’ergologie, et ce sur la question de la façon dont le MJPM se légitime auprès de la personne à protéger pour intervenir et construire une relation qui est souvent à long terme. Rappelons à ce stade que le MJPM vient intervenir avec un mandat de justice, mais cela suffit-il pour faire passer de la contrainte à l’acceptation ? Nous enchainons à des entretiens compréhensifs des observations de temps d’échange MJPM-majeur protégé et nous travaillons le retour avec nos groupes de stagiaires en ayant recours à des scénarios.

1ère valeur : Le vrai

Si l’on admet que le couple problème-solution renvoie au « vrai » dans le sens d’incontestable : si j’ai 100 euros, je ne peux en dépenser 200, nous retrouvons un MJPM qui déclarera en entretien : « Si j’ai le choix, je vais me porter sur la difficulté la plus facile à régler, et rapidement. Pour lui prouver mon efficacité, et que donc la mesure peut lui être utile… ».

2e valeur : Le juste

C’est par une référence quasi exclusive au mandat de justice que le MJPM se légitimera. L’exemple est probant dans ce sens quand il dit que : « C’est une mesure qui s’impose à eux, encore une fois. Comme elle s’impose aussi à nous. Comme j’vous dis, on l’a pas choisi et… Mais on a aussi ce rôle d’accompagnant. » Bien qu’il fasse valoir une mission d’accompagnement la mesure regarde la loi et ainsi s’impose. Nous verrons comment dans l’observation l’accompagnement est relégué au second plan.

3e valeur : La véracité

Cette dernière valeur est illustrée ici en étant tournée vers la le sens que met la personne protégée derrière la mesure. Le MJPM parlera d’ « un jeu de mise en situation et de mise en rôle dans le but de cerner c’qu’elles (les personnes protégées)[2] sont et ce qu’elles ont pour pouvoir ajuster notre mode d’intervention ». Nous montrerons comment le MJPM responsabilise la personne protégée en situation.

Dans le 2ème temps, il y a les observations de temps d’échange où 2 exemples succincts suffiront à comprendre l’enjeu du réel de la situation. Pour le juste, le MJPM rappelle sa qualité : « mais l’aide-ménagère, elle est là pour les tâches ménagères. Moi, j’suis une mandataire judiciaire… ». Et de conclure sur l’inventaire à faire des biens de la personne : « c’est le juge qui nous l’demande ». On ne peut que constater le renfort de la norme du mandat, de la loi, pour se légitimer à l’exclusion d’autres formes. Quant à la véracité cette fois, le MJPM au cœur de son activité n’hésite pas à inclure le partenaire de l’interaction protégé et lui demander à propos d’une demande de logement : « Vous l’avez lu un p’tit peu ça ou pas ? ». Il travaille sur le sens que prennent les événements pour cet autrui et le responsabilise aussi malgré sa vulnérabilité alors qu’il a endommagé sa porte « Là, la porte, c’est vous qui l’avez cassée ? … Ça, c’est à vos frais, unh. On peut pas demander qu’ce soit à la charge du, du propriétaire. »

Ces exemples proposés aux stagiaires donnent l’occasion de faire remonter ce qui être à leur insu et de leur montrer l’intérêt de travailler les valeurs par lesquelles ils se mobilisent dans leur intervention et qui peuvent motiver leurs façons de renormaliser.

Ainsi en 3e temps et dans le cadre d’un scénario ou d’une situation tirée de l’expérience, le groupe est interpellé pour faire valoir comment il l’appréhende, son évaluation et sa projection quand à ce qu’il ferait ou dirait. Lors de la présence d’une infirmière préparant la certification, nous avions noté qu’elle priorisait « le vivre en santé » de la personne protégée, cette dernière étant en courant d’air, faisant la manche dans un supermarché. Elle imprimait déjà la marque de sa légitimité à intervenir dans l’adhérence avec un mandat de protection qui lui est en désadhérence.

Mais tout cela sous-entend que les valeurs aient du prix, non seulement pour soi, pour le partenaire de l’interaction et pour celui ou celle à qui l’on doit rendre compte. Cela met en question les normes de l’interaction et nous invite à saisir l’à-propos et les perspectives de la pensée d’Honneth sur le paradigme de la reconnaissance, avec d’autant plus de pertinence que le MJPM doit interagir avec la personne protégée dans le respect de ses droits. Certains travaux d’organismes supranationaux y insistent toujours plus aujourd’hui. Effectivement, comme l’auteur le déclare, lorsque : « l’on refuse à une personne la reconnaissance qu’elle mérite, elle y réagit en général par des sentiments moraux qui accompagnent l’expérience du mépris, et donc par la honte, la colère ou l’indignation ».

Bibliographie

Canguilhem, G. (1965/2009). La connaissance de la vie. Paris : Vrin.

Canguilhem, G. (1966/2010). Le normal et le pathologique. Paris : PUF.

Habermas, J. (1981/1987a). Théorie de l’agir communicationnel. Tome 1 Rationalité de l’agir et rationalisation de la société (Traduit par J.-M. Ferry). Paris : Fayard.

Habermas, J. (1981/1987b). Théorie de l’agir communicationnel. Tome 2 Pour une critique de la raison fonctionnaliste (Traduit par J.-M. Ferry). Paris : Fayard.

Kaufmann, J.-C. (2008). L’enquête et ses méthodes. L’entretien compréhensif. Paris : Armand Colin.

Lavelle, S. (2013). Dialogue et dialectique. Relations, structures et situations dans l’activité et la société humaine (Document de recherche du GSPR-EHESS, 2013-10). Paris : EHESS. Repéré à http://www.gspr-ehess.com/DdR/DdR-2013-1-SL.pdf

Mead, G. H. (1934/2011). L’esprit, le soi et la société (D. Céfaï et L. Quéré). Paris : PUF.

Rousseau, J.J. (1996). Discours sur l’origine et sur les fondements de l’inégalité parmi les hommes (texte établi, présenté et annoté par J. Starobinski). Paris : Gallimard.

Schwartz, Y. (2011, Juin). Pourquoi le concept de corps-soi ? Corps-soi, activité, expérience.

Travail et apprentissage. Revue de didactique professionnelle (7), 148-177. Repéré à http://sites.univprovence.fr/ergolog/Bibliotheque/Schwartz/Article_YS_Travail_et_apprentissage.pdf

Schwartz, Y., & Durrive, L. (2003). Travail et ergologie. Entretien sur l’activité humaine (Vol. I). Toulouse : Octarès éditions.

Schwartz, Y., & Durrive, L. (2009). L’activité en dialogue. Entretien sur l’activité humaine (Vol. II). Toulouse : Octarès éditions.

Vial, M., & Mencacci, N. (2007). L’accompagnement professionnel ? Méthode à l’usage des praticiens exerçant une fonction éducative. Bruxelles : De Boeck Université.


[1] N’oublions pas que l’ergologie part d’une analyse du taylorisme et du travail à la chaîne.

[2] C’est nous qui l’ajoutons.