Le corps-soi mutilé: quelles sont les renormalisations possibles?

Laís Di Bella Castro Rabelo
Vanessa Andrade de Barros

Universidade Federal de Minas Gerais

Cette proposition vise à réfléchir sur les possibilités du concept de « corps-soi» dans un domaine de recherche spécifique, à savoir: l’impact psychosocial des accidents invalidants subis par les travailleurs sous-traités dans le secteur de l’électricité dans l’état de Minas Gerais, au Brésil. La sous-traitance en tant que processus d’externalisation des relations de travail, en raison de la logique de travail flexible sous le capitalisme néo-libéral, est largement
associée à une détérioration des conditions de travail et de la violation des acquis sociaux des travailleurs, ce qui implique une augmentation significative de la vulnérabilité en matière de santé et de sécurité des travailleurs (Coura, 2011, Franco, Druck & Seligmann-Silva, 2010, Coutinho, 2015), ce qui entraîne de fréquents accidents.


Le secteur de l’électricité, en particulier, qui se distingue dans ce panorama de précarité agrégée par la sous-traitance, est marqué par un taux élevé d’accidents. Le taux d’accidents mortels typiques de tous les travailleurs brésiliens a été estimé à 5,8 pour 100 000 travailleurs en 2011, parmi les salariés des entreprises d’électricité, ce taux a atteint 16,7 pour 100.000 travailleurs. La situation est encore plus grave dans les entreprises sous-traitées, où le taux était de 44,3 décès pour 100.000 travailleurs (Diesse, 2013). Dans l’analyse des données recueillies entre 2001 et 2013 dans le secteur
électrique brésilien par Fundação Coge (2013), il y a eu 183 accidents mortels parmi le personnel salarié des entreprises, alors que dans le cadre des entreprises sous-traitées il y a eu 748 décès, ce qui représente un écart d’environ 400%. Quand ils ne sont pas fatals, il est fréquent que les accidents subis par les travailleurs
sous-traités causent des dommages graves à la santé, provoquant une invalidité permanente. Les accidents sont directement liés à la précarité que ces travailleurs doivent gérer dans leur routine de travail, tels que de longues journées de travail, des contraintes de temps et d’objectifs, des bas salaires, la réduction du personnel, les heures supplémentaires excessives, le manque de pauses suffisantes pour les repas, l’absence de jours de repos et de vacances régulières à cause de la rotation élevée des contrats de travail, l’inexistence de prime de risque, de remboursement de frais de transport, d’alimentation, et de complément d’assurance maladie, le manque d’entretien des outils, des uniformes et des équipements de protection individuelle (EPI) et collective (EPC), la formation insuffisante et inadéquate, de mauvaises conditions de logement liées à la présence d’égouts à ciel ouvert, le manque d’eau potable et les aliments stockés dans des endroits malsains, entre autres.

Depuis janvier 2015, nous suivons sept ouvriers électriciens de Minas Gerais, qui ontsubi un accident de travail impliquant un choc électrique à haute tension qui a abouti à de graves brûlures, entraînant nécroses et mutilations des jambes et/ou des bras. Les
conséquences de ces accidents sont accablantes et concernent: le développement de maladies associées telles que la scoliose, des problèmes cardiaques, la dépression, le cancer de la peau et des troubles du membre fantôme; la limitation des possibilités
d’autonomie et la projection dans l’avenir; les altérations dans la structure familiale tant dans sa dimension sociale que financière; la production de la stigmatisation sociale et la détérioration de l’estime de soi.

Dans cet essai, en particulier, l’objectif est de discuter du corps dans le travail précaire qui devient corps inapte au travail. Lorsqu’un travailleur perd ses bras et ses jambes, il subit une mutilation au-delà du physique, il se voit retirer ses instruments de transformation du monde les plus importants. Non seulement son contrat de travail a été extériorisé par la sous-traitance, mais son corps ne lui est plus propre. Le travail comme élément central de la sociabilité humaine permet à l’homme de se créer, de construire son identité sociale, de rendre objectif sa subjectivité et de créer des liens sociaux (Lima, 2003, Antunes, 2000). En ce sens, les accidents de ces travailleurs
leur blessent le corps et leur mutilent non seulement les membres mais également leur retire leur possibilité d’exister en tant que travailleurs, comme individus qui contribuent à la société. «D’efficace à handicapé» après l’accident, d’électricien actif, Paulo a
commencé à se sentir déconnecté, sans fonction: « Je me sens comme le neutre du réseau électrique, inutile.» Paulo1
Concernant le sentiment d’inutilité sociale, il est exprimé en jargon propre au travail d’électricien, montrant encore une fois la relation de ce métier avec son identité. Paulo se considère toujours électricien, sa routine de travail lui manque, il aime retrouver ses
confrères et parler de son ancien travail et raconte avec une grande tristesse l’impossibilité de continuer à exercer sa profession.
De même, João, en dépit d’être dans l’incapacité de réaliser de nombreuses activités quotidiennes, affirme que le travail, c’est ce qui lui manque le plus. Après l’accident, d’électricien actif, João a commencé à se sentir inutile, « Ce qui me manque c’est de
travailler (…) Je me sentais bien au travail. » « Je voulais vivre le reste de ma vie professionnelle pour survivre, vous savez. Vous avez du bonheur dans ce que vous faites, vous savez? Mais tu te dis: non, maintenant je suis blessé et je vais changer de vie. Je ne changerai jamais de vie, l’argent ne vous donne pas de bras ne vous donne
pas … ce qui vous donne de la dignité, c’est le travail”

Le corps rompu au travail, bien au-delà du biologique, est une entité énigmatique qui est traversée par le social, l’intellectuel, le psychique, c’est un “corps-soi” (Schwartz &
Durrive 2003, 2008) qui a été mutilé. Le sujet qui travaille transforme le monde et lui-mêmeavec son corps, mais il a des extensions qui vont au-delà de l’individu, il est une structure en chair et en os qui agrège et synthétise tout le débat des normes et des
valeurs exigées par l’activité. En ce sens, le corps, du point de vue ergologique est une matrice, qui accumule et classe les connaissances pour agir dans le monde avec les obscurités et l’objectivité constitutive de l’histoire, du stockage du patrimoine,
(Schwartz & Durrive, 2003; Schwartz, 2010; Athayde & Brito, 2011):
«Le corps-soi c’est l’histoire, l’histoire de la vie, du genre, de la personne, c’est l’histoire des rencontres toujours renouvelées entre un être en équilibre plus ou moins instable et une vie, sociale, avec ses valeurs, ses sollicitations, ses drames. Le corps-soi est histoire, histoire comme mémoire sédimentée, organisée dans la myriade des circuits de la personne; mais aussi histoire comme matrice, énergie productrice d’inédit» (Schwartz, 2000, p. 664).

Le corps-soi est alors un lieu d’accumulation de connaissances et s’inscrit comme ressource dans les frontières indéfinies du sujet, du sensoriel à la culture. Il est une puissance créatrice et de transformation (Cunha, 2007 Schwartz, 1998), il est une
structure qui répond en permanence aux débats des normes (Schwartz, 2011). Le sujet, à travers le corps-soi est construit face à la réalité et multiplie ainsi les possibilités de jouissance de la vie, fait l’histoire (Schwartz, 2011). À son tour, la mutilation du corps
interrompt le cours de l’histoire, de la vie: Je me souviens d’avoir pris le choc et crié : ne me laissez pas mourir, j’ai encore beaucoup de choses à faire! J’avais 23 ans … (…) Quand je suis né j’avais des jambes et des bras mais à ma mort je ne les aurai pas (…) Quand je me suis vu sans le bras ça m’a désespéré, j’allais me marier 25 jours après, suite à ça j’ai quitté ma future femme.” José

L’intégralité du corps est vulnérable aux situations sociales dont elle fait partie (Cunha, 2007 Schwartz, 1998). Comme l’explique Judith Butler (2016): «Comme quelque chose qui, par définition, est soumis à la capacité et à la force sociale, le corps est vulnérable. Il n’est cependant pas simplement une surface sur laquelle sont
inscrites les significations sociales, mais également qui souffre, aime et répond à l’extériorité du monde, un extérieur qui définit sa passivité et son activité» (p. 58).

Les vulnérabilités, à leur tour, ont un cadre spécifique. Toute vie n’est pas susceptible de se battre (Butler, 2014), ni tous les corps sont exposés à la mutilation. Le cadre social se rapporte aux exclusions imposées par le capitalisme, qui est amplifié par des formes
de travail précaire tel que la sous-traitance dans le secteur de l’électricité. La classe qui vit dans le travail précaire est à la merci de la violation de la vie, « dans ce service ou vous mourez ou vous êtes estropié » dit Fernando. Le cadre du travail précaire dicte
quelles vies sont destinées à être systématiquement négligées et endommagées, et celles qui ne sont pas susceptibles de reconnaissance (Butler, 2016).

« C’est donc une histoire que personne ne connaît, un peuple que personne ne connaît» « L’entreprise sous-traitée, c’est un truc étrange, une chose qui n’existe pas, nous n’existons pas, nous existons pour [le donneur d’ordres]. Nous sommes des doublures
(…) Donc, nous n’existons pas.» Paulo.

Dans ce scénario, les questions sont: La sous-traitance du travail permet-elle l’exposition du corps à la mutilation? Qu’est-ce que la mutilation du corps causée par des accidents de travail interrompt-elle? Le corps qui accumule les savoirs, mais qui est limité à transformer le monde en l’absence de membres comme outils essentiels, est comme la métaphore d’un orchestre sans chef d’orchestre? Comment l’histoire est-elle transformée par la mutilation des membres? Le corps-soi est mutilé comme l’est le
corps biologique? Comment la notion de corps-soi aide à comprendre l’impact desmu tilations? Quelles sont les renormalisations (im)possibles pour le corps mutilé?


1 Tous les noms sont fictifs