Mutations de la professionnalité et usages de soi. Le cas des métiers relationnels au Québec

Marie-Chantal Doucet, Ph. D. Sociologie
Professeure – Faculté des sciences humaines
Département de travail social
Université du Québec à Montréal (UQÀM)

Introduction

Je propose des pistes de réflexion issues d’une recherche sur les métiers relationnels menée ces dernières années au Québec. Le vaste domaine du travail sur autrui comprend des professions universitaires dont le cœur de métier, composé de différents outillages selon les formations, consiste à travailler le relationnel avec les sujets et entre les sujets qui consultent. On définira ces métiers comme une catégorie d’activités d’aide ou d’accompagnement de personnes en situation de vulnérabilité, que ce soit au travers de transactions visant l’adaptation, l’émancipation des personnes et des groupes ou encore d’une quête de sens. Il s’agissait de savoir comment les praticiens pensent leur métier et comment ils en parlent.

Les perspectives psychosociologiques qui contribuent à affiner la compréhension des mécanismes du travail et de l’organisation y repèrent surtout des difficultés. Celles-ci seraient essentiellement redevables à des causes organisationnelles, elles-mêmes liées à la productivité. Il y aurait selon ces analyses que, l’on peut désormais considérer comme classiques, une continuité avec les procédures de contrôle taylorien, incorporant dans des visées utilitaristes, la subjectivité et la créativité des sujets au travail. Ce point de vue ayant été largement démontré, il est proposé d’examiner ces enjeux sous un éclairage quelque peu différent, en déplaçant le regard, d’une approche usinière du travail concentrée sur la productivité et ses antagonismes, aux figures des « usages de soi » dans l’activité, un concept mis au point par Yves Schwartz, cet auteur de l’ergologie[1]. Malgré la déploration généralisée de la réduction des espaces pour penser et agir, on constate au contraire que, ces espaces se sont considérablement élargis. Les usages de soi, s’ils doivent être considérés comme une faculté de l’esprit humain au travail ont pris une forme particulière aujourd’hui. L’investissement subjectif que suscitent les métiers relationnels, du fait d’un engagement personnel marqué peut constituer un cas de figure d’un usage de soi complexe dans le monde du travail.

L’activité et le langage en milieu de travail

La recherche dont il est question s’inscrit dans les liens entre une sociologie de la connaissance des praticiens et une analyse de leur travail. L’interrogation des savoirs et des règles de cette activité a rendu possible d’une part, le repérage d’un discours plus large lié au contexte contemporain qui conduit à de nouvelles formes de socialisation de l’individu où les métiers relationnels sont des acteurs de premier plan. Il s’agissait d’exposer les liens réciproques que la grammaire de ces métiers entretient avec une grammaire de l’individualité et les savoirs sociaux implicites au travers desquelles cette dernière se traduit.  D’autre part, elle permettait la mise en relief de quelques pistes d’explication sur les épreuves du travail des praticiens qui y sont engagées. Je me suis donc intéressée tant à leur connaissance du métier et à leur conception des problèmes dans lesquels ils interviennent qu’à leurs épreuves du travail dans différents encadrements organisationnels. Mon travail a consisté à repérer un langage commun à ces métiers, au-delà des distinctions professionnelles.

J’ai utilisé un cadre conceptuel plus près de l’analyse de l’activité langagière et de l’ergologie française qu’il ne l’était à l’origine. Les notions d’activité et de pratiques langagières ont donc été davantage mobilisées car elles permettaient une appréhension plus fine des données du terrain. Il s’agissait en effet au départ, d’investir une zone où s’effectuait un travail plus complexe que ne l’affirmaient les « approches critiques » du travail sur autrui. Celles-ci ne distinguaient pas suffisamment les définitions ou prescriptions officielles inscrites dans les Ordres professionnels, les organisations du travail ou même les universités, de ce qui se passe effectivement dans les situations d’intervention, ce qui avait pour effet soit, de transformer les praticiens en véhicules idéologiques plus ou moins conscients du « discours dominant » ou encore, comme c’est le cas dans certaines approches psychosociologiques du travail, en travailleurs souffrants et contraints, dans une organisation-machine.

Sans nier complètement ces perspectives, quelque chose de « plus » et de difficilement formalisable expliquait pourtant, le travail des praticiens, ce qui constituait à l’époque et en d’autres mots, une hypothèse de départ. En outre, sur le plan méthodologique, l’approche par l’activité et le langage rendait possible l’analyse de contenu d’entretiens individuels et collectifs d’une manière plus systématisée en accordant au langage un statut de centralité dans la modélisation des savoirs d’action et en reconnaissant le caractère actif et réflexif des conduites humaines. Ce courant est un peu moins connu au Québec, si l’on compare aux travaux de psychodynamique du travail ou de sociologie clinique. Si tous ces travaux permettent l’articulation des dimensions individuelle et sociale du travail, la notion d’activité et plus particulièrement son inscription dans le cadre d’une ergologie au sens strict ouvre des pistes encore en friche pour essayer de penser « cet usinage en pénombre entre travail prescrit et travail réèl » selon la belle expression de Yves Schwartz (2016).

Parmi les résultats les plus décisifs ressortis de mes recherches, on constate que, au-delà de la constitution d’un discours généralisé de plainte sur les contraintes organisationnelles, les praticiens réaménagent bel et bien les prescriptions de tâches en y inscrivant leur style personnel. Bien qu’il ne s’agisse pas de nier les contraintes des organisations, mes recherches indiquent qu’ils usent de certaines libertés potentielles dans le but de faire leur travail en accord avec leur représentation du travail bien fait.  Mes propres observations renvoient donc au caractère incoercible de l’activité. Celle-ci peut être appréhendée comme une épreuve à la fois cognitive, affective et sociale, qui transparait dans des compositions constantes empruntant aux divers registres de langage qui sont convoqués dans le travail. Ces logiques (organisationnelles, professionnelles, théoriques, subjectives, expérientielles, représentationnelles, etc.) peuvent être opposées dans certaines injonctions paradoxales des organisations, ce qui rappelle les travaux récents de Vincent de Gaulejac sur les organisations paradoxantes (2010, 2015) ou ceux de Dejours sur la souffrance éthique des sujets au travail (2000, 2015). Cependant, par « composition », j’ai voulu mettre en avant le fait que l’activité engage la mobilisation constante d’un jeu avec les codes, ce qui entraîne une réorganisation des significations et contribue donc de façon essentielle au développement des institutions (Doucet, 2016). Cette activité de composition, on peut la définir comme une appropriation personnelle du milieu de travail par le sujet, cela, comme l’écrit Yves Clot, « au travers et pourtant au-delà de la tâche » (Y. Clot, p. 6, 2008). Ici, l’activité vient dépasser le prescrit car il s’agit de composer avec ce prescrit.  C’est à ce niveau précis que se situe selon moi, la rencontre entre l’usage de soi par soi et de l’usage de soi par les autres, ce que j’avais ailleurs nommé « l’implicite » (Doucet, 2016). Cette notion d’implicite, nouée à l’activité et au langage peut être envisagée comme une solution théorique intermédiaire entre le modèle de l’agent et celui de l’acteur; entre les contraintes et les potentialités de l’action.

Professionnalité et usages de soi

La multiplication des professions qui s’insèrent dans le travail relationnel et de service et les rapports étroits qu’entretiennent ces professions avec la personnalité conforte la thèse d’une certaine mutation du sens de la professionnalité. On peut parler d’un « éthos de la professionnalité » comme d’un ensemble de valeurs issues d’un investissement subjectif accru au travail qui tient aux principes de responsabilité et d’autonomie (Mercure et coll. 2010). Je pense par exemple aux idéaux de justice sociale que véhiculent certains travailleurs sociaux ou encore à la nécessité de « créer un lien de confiance » avec le sujet qui consulte dans la clinique. L’idée de professionnalité peut aussi être comprise au sens moral de conscience professionnelle ou de mérite professionnel où, la réalisation de soi au travail tient moins à des obédiences normative, professionnelle ou statutaire qu’à une pratique consciencieuse, imprégnées des valeurs exemplaires et qui, par le fait même souligne des traits personnels exemplaires (Doucet, 2016, Martuccelli, 2014). Elle concerne avant tout, la signification d’une activité intimement liée à l’idéal du moi.

Le concept d’usage de soi et plus spécifiquement celui d’usage de soi par soi est, à plus forte raison, indispensable à la compréhension de la professionnalité. L’idée d’usage de soi dans l’esprit de l’ergologie n’est pas forcément à assimiler à une approche sociologique ou historique puisqu’il est associé à la part ontologique de l’activité tel que le démontraient déjà certaines études des années 1970 dans des milieux où les normes de production étaient extrêmement codés. Je pense aux études de Wisner que cite Yves Schwartz sur la fabrication de composants électroniques. D’ailleurs, Yves Schwartz, pose le postulat d’un usage de soi par soi au fondement de l’ergologie : « il y a toujours usage de soi par soi » nous dit-il (2008). Tout en reconnaissant que cette virtualité s’inscrit dans le fond commun de l’humanité, on peut travailler l’hypothèse d’un investissement de soi qui aurait pris des formes différentes selon les époques. Cet investissement de soi dans le travail aurait pris aujourd’hui une importance telle que, l’on pourrait le considérer comme un vecteur central du travail contemporain. C’est donc aux modalités pratiques des usages de soi qu’il faut s’attarder pour saisir de quelles manières elles s’inscrivent dans les pratiques quotidiennes.

Les métiers relationnels : une figure des usages de soi

Les métiers relationnels sont certainement emblématiques de cet usage de soi. Ce qui demeure spécifique à ces métiers et vient en rendre l’étude intéressante concerne les dimensions particulières de cette activité, qui implique aussi un usage de soi particulier. En effet, les praticiens sont les spécialistes en même temps que les objets de leur savoir. Plus que tout autre métier, cette activité requiert un constant usage de soi.

Cela ne veut pas dire que les praticiens ne seraient pas soumis aux contraintes de leur organisation du travail et le prescrit n’est pas disparu au contraire, plusieurs auteurs observent dans les organisations contemporaines une forte tendance à la standardisation des tâches. On le voit par exemple dans l’établissement de normes explicites et la concurrences des actes professionnels au Québec (Doucet, 2016). D’ailleurs, on peut constater d’emblée dans le discours des praticiens, un vif ressentiment et une posture de rejet du modèle gestionnaire ou managérial qui viennent des hiérarchies. Au-delà de cette constatation, et malgré la déploration généralisée de la réduction des espaces pour penser, il se trouve que, le jeu implicite entre usage de soi par soi et usage de soi par les autres se vérifie pleinement. Ce dernier ouvre sur trois grandes potentialités à savoir : 1) contourner les règles ; 2) cacher ou montrer ses actions ; 3) Jouer avec les mots (Doucet 2016). De quelles manières ces potentialités s’entrecroisent dans les pratiques ? Nous n’aurons pas l’espace pour une description en profondeur de ces trois grands modèles implicites. Voyons plutôt dans le prochain exemple, comment Myriam, une praticienne en santé mentale infantile joue ce jeu[2].

L’exemple de Myriam

« Je vous dirais que moi, j’ai une réticence…quand je reçois une demande, de tout de suite composer avec toutes les…avec toute la panoplie de l’intervenant (…) Je vais le faire mais pas tout de suite. J’ai envie de me faire une tête…mais ça n’est pas inscrit dans les statistiques (rires) » Myriam

D’abord, la praticienne débute en émettant une réserve ou une défiance (réticence) qu’elle rend personnelle (moi) face à la panoplie de l’intervenant, qui correspond aux accessoires de l’intervenant (formulaires, règles explicites, évaluations pré-formée, etc) qui se rapportent à son rôle explicite. Elle énonce ne pas désirer tout de suite composer avec la demande de sa hiérarchie, affirmant qu’elle va le faire. Elle exprime un désir qui fait référence à son engagement personnel dans son activité (J’ai envie). L’expression me faire une tête est intéressante car elle fait penser à une autre formulation familière bien connue au Québec : faire à sa tête, c’est à dire agir, de façon individuelle, affirmée et indépendante, voire acharnée, selon ce que l’on conçoit comme devant être fait. Faire à sa tête n’a jamais bonne presse du point de vue de l’autorité, encore moins l’autre locution : faire la tête mais, ces expressions ont en commun de désigner une certaine valorisation de l’individualité. Ici, me faire une tête réfère à la fois à la nécessité de la pensée pour agir sur une situation et à la revendication de l’indépendance de cette pensée. Toutefois, poursuit cette praticienne, ce n’est pas inscrit dans les statistiques, c’est à dire, dans ce qui est montré ou explicite. Ce processus qui comprend d’abord, un engagement personnel exprimé sous forme de désir d’appropriation de son activité, celui de prendre ses distances avec le prescrit pour « penser par soi-même » puis, de composer avec les règles explicites, se trouve au fondement du métier.

Conclusion

Bien qu’une composition implicite de  l’usage de soi par soi et de l’usage de soi par les autres ait été présente depuis toujours dans toute activité afin de pallier aux écarts entre les « prescriptions » et le réel de l’action; bien qu’il soit indispensable de reconnaître la nature incoercible de l’activité dans tout travail, « la dramatique des usages de soi » semble être devenue un vecteur central du travail contemporain. Elle trouve une application particulièrement intéressante chez les métiers relationnels selon les trois potentialités que nous avons trop brièvement fait ressortir : contourner; cacher/montrer; jouer avec les mots. On peut travailler l’hypothèse que ces propriétés actives du métier contribuent au développement et à la régulation des organisations et éventuellement à la transformation des représentations et des institutions. Ce ne serait pas le consensus sur les codes et significations mais plutôt certaines potentialités de rupture avec l’ensemble – un quant-à-soi – qui serait ici déterminantes pour « bien faire son travail ».


[1] Quelques extraits sont tirés de mon livre avec la permission des éditeurs : Doucet, Marie-Chantal et Simon Viviers. 2016. Métiers de la relation. Nouvelles logiques et nouvelles épreuves du travail, PUL.

[2] Je reproduis dans l’exemple de Myriam, un extrait de mon livre Doucet, Marie-Chantal et Simon Viviers. 2016. Métiers de la relation. Nouvelles logiques et nouvelles épreuves du travail, PUL.