Expériences et connaissances du bénévolat: travail gratuit ?

Dan Ferrand-Bechmann
Professeure émérite université de Paris 8

Les mutations du bénévolat[1]

Le travail ne se niche pas seulement au sein du salariat ni même parmi les personnes qui ont une rémunération. Regardons des jeunes enfants remonter inlassablement du sable de la plage pour faire une digue, des bénévoles infatigables accueillir des personnes en détresse  dans la rue, avec lesquelles ils ont des liens de sollicitude et de compassion, des militants de la cause écologique nettoyer les chemins…
Le bénévolat entre travail et engagement? Défini comme une action sans rémunération, sans obligation et pour autrui qu’il s’agisse d’une personne ou d’une communauté, le bénévolat touche près de 14 millions de personnes.

Moins « encartés » et moins inféodés qu’il y a quelques décennies à des grandes associations, les bénévoles sont des acteurs du quotidien qui travaillent pour les autres. Ils agissent tantôt dans un lieu tantôt dans un autre, tantôt pour une cause tantôt pour une autre, quelquefois pour aider les autres quelquefois pour s’occuper, quelquefois pour se battre et lutter pour changer le monde: distribuer des colis alimentaires un jour et animer une chorale un autre, bricoler dans un hôpital puis nettoyer une forêt de ses détritus, défiler contre l’exclusion et la pauvreté ou contre l’avortement… Même des causes qui peuvent semblent violentes entraînent des actions bénévoles.

Si beaucoup de bénévoles nourrissent les mouvements sociaux et sont des militants, d’autres ont des implications traditionnelles peu militantes et même quelquefois qualifiées de « charitables ».

Ils insufflent de l’aide dans des secteurs complémentaires à l’action publique (… l’accompagnement, l’animation,  l’aide scolaire) ou des secteurs supplémentaires considérés comme moins vitaux (… patrimoine, loisir, culture) ou alternatives et dissidentes.

La scène change: des bénévoles actent individuellement même si beaucoup restent dans des associations, des collectifs ou des groupes informels. Ils agissent dans une optique d’entraide quand ils ont l’expérience existentielle d’un problème (comme une maladie) ou pour résoudre un problème qui ne les touche pas mais dont ils ont la connaissance sinon l’expérience  (comme l’aide humanitaire)

Le bénévolat se déploie dans la sphère privée non lucrative et de plus en plus dans le public et même dans le privé lucratif (qui aurait imaginé des bénévoles à Renault?). L’économie sociale et solidaire en est théoriquement le nid mais il y a des niches moins solidaires, peut être même abusives, qui font appel à des bénévoles pour du tutorat ou de l’accompagnement en formation!
Le bénévolat a les couleurs du travail avec diverses nuances et des ombres portées. Tout d’abord il crée du lien social, de la solidarité, de l’entraide et de la coopération qui se nouent entre les bénévoles tout comme entre les personnes qui reçoivent une rémunération pour leur travail.

Les relations de pouvoir et de subordination existent entre les bénévoles tout comme dans l’univers du travail rémunéré. Les hiérarchies et les carrières existent dans ces deux sphères sauf  peut être dans quelques systèmes utopiques coopératifs par exemple. Les associations ne sont pas indemnes de hiérarchie entre personnes élues ou cooptées et celles qui simplement se sont portées volontaires.

Dans les deux sphères on trouve une division du travail, des emplois du temps, des projets, des missions et surtout des cultures d’entreprise et des identités « au travail ».

Dans les deux sphères on trouve des rémunérations symboliques: validation des acquis, pouvoir, plaisir! Mais aussi défraiements,  frais de missions etc.

Mais il y a des différences.

Le moteur du bénévolat est majoritairement l’engagement par rapport à des valeurs ou pour un but idéologique ou politique. L’engagement est un des détonateurs mais il se décline sous deux modalités: implication et concernement[2]. Un fidèle des « petits frères des pauvres » ou de « l’accueil en gare », s’implique et donne sans compter de son temps et même à ses risques, quand il est au marge de la légalité comme dans l’accueil de migrants ou la lutte contre l’implantation d’un aéroport.

Une personne ayant été malade ou ayant traversé une épreuve spécifique, sera elle concernée et son engagement sera d’une autre nature et d’une autre intensité y compris dans la résilience.

Travailler pour vivre et se nourrir dans un cas, pour trouver un sens à son existence et avoir un statut dans un autre. La volonté de contribuer à une société meilleure est une des sources d’énergie du bénévolat.

La production du bénévolat est souvent du côté du care et de la solidarité, de ce fait une partie de ces tâches s’est professionnalisée. Travail social, accompagnement, insertion, animation, soutien deviennent des métiers et des professions… mais il y a toujours des bénévoles qui dénichent des problèmes et inventent des réponses. On trouve des innovateurs et des défricheurs du côté du travail rémunéré mais encore plus dans le bénévolat où il y a même de la dissidence.

Les acteurs ne sont pas les mêmes puisque hors du domaine du sport, les bénévoles du 3e âge sont sur représentés et évidemment nombreux sont les retraités. Les femmes restent petites mains et les hommes dans les postes de responsabilités.

Les motivations ne sont pas les mêmes.

Acquérir une expérience surtout pour les jeunes ou pour des femmes qui veulent sortir de leur foyer ou pour ceux qui veulent trouver une voie différente de celle qu’ils ont dans leur emploi. Valider des acquis d’expériences acquis dans le bénévolat, ce qui bâtit  des ponts entre les deux « mondes ».

Prendre ou garder des responsabilités quand la retraite est synonyme de mort sociale et de désaffiliation.

Rendre à la communauté ce que l’on a reçu, ce qui revient à dire qu’une certaine culpabilité règne parmi les bénévoles.

Donner autant que recevoir quand on est pauvre ou exclus.

Les problèmes et les risques d’un abus de travail bénévole sont nombreux d’autant plus que des changements démographiques mettent à disposition des associations davantage de bénévoles. Les risques sont grands dans un contexte politique libérale.

Se substituer à des créations d’emploi, servir de bouclier pour des réductions d’emplois, agir sans compétence et en amateur, être bénévole pour s’occuper et à des fins thérapeutiques, être « indébauchable » et intouchable… les dangers sont là.

L’écueil le plus grand est redevenu celui d’user sans discernement de la force bénévole sous le couvert de l’urgence, ou bien de valeurs ou de main d’oeuvre demandeuse de « travail » bénévole. La diminution des emplois aidés et les contractions budgétaires qui affectent les associations accentuent cet appel  au bénévolat souvent sans discernement.

Mais soulignons aussi  au contraire le risque de manquer de bénévoles du fait d’une mauvaise organisation du travail entre bénévoles et salariés. Qui a le pouvoir, qui dirige, qui est subordonné à qui, comment garder des bénévoles quand il y a conflit? L’absence de salaire laisse le bénévole libre de s’en aller.

De plus la gestion administrée par des personnes de statut bénévole, peut dissimuler de l’entre soi: des salariés d’une structure A sont administrateurs de B et vice versa. L’homogénéité de la plupart des associations montre que loin de donner des chances à de nouveaux réseaux et à des affiliations permettant une mixité sociale, le tissu associatif renforce une homogamie sociale et souvent de génération et de genre.

Mais un des paradoxes est la lassitude croissante des bénévoles (burn-out). Si on constate une augmentation du nombre des bénévoles, on entend une plainte des associations en quête de bénévoles. Certaines cherchent des bénévoles quasi professionnels, ayant des compétences spécifiques et font des sélections plus ou moins drastiques. Il y a un risque de voir le bénévolat devenir un « métier » avec ses règles , qui empêcheraient un recrutement ouvert. Il y a aussi un risque d’enfermement dans des idéologies et des valeurs qui feraient obstacle à un développement démocratique, alors que le bénévolat permet à des personnes qui ont eu des vies de travail difficile de trouver un nouveau destin.

Le risque majeur est celui d’une professionnalisation croissante impulsée par l’Etat sous prétexte de la nécessité d’employer des professionnels patentés pour la prise en charge « d’autrui », surtout des enfants ou des personnes fragiles. Le bénévolat pourrait diminuer et avec lui toutes ces forces d’innovation, d’entraide et de solidarité et de richesse sociétale décrites plus haut.

Aborder les questions du volontariat donnerait lieu à d’autres polémiques tant il y a des confusions dans ce statut entre vrai et faux emploi.

L’impact du travail bénévole est individuel et collectif.

Sans les bénévoles, notre État-providence s’effriterait davantage. Le temps libre des retraités, des jeunes et des chômeurs indemnisés représente une banque de temps de plus en plus riche.

Dans la mesure où les bénévoles sont libres, ils ont une possibilité  d’agir et de créer de la transformation sociale plus réelle que beaucoup de travailleurs sous rémunération et liés par des contrats et des obligations.

Le fossé entre les aidants et les aidés est peu à peu comblé. L’empowerment entre dans les pratiques et la méthode de quelques associations. Le public (les usagers, les bénéficiaires) partage davantage les savoirs et les tâches avec les bénévoles.

Du fait du chômage et d’une démographie qui jette sur le marché de la « non activité » des cohortes de personnes en bonne forme, des valeurs citoyennes souvent indignées et insoumises forcent l’engagement et apportent du changement social.

Un autre des impacts du bénévolat est la formation par l’apprentissage in situ, in vivo… Le bénévolat a toujours été un tremplin vers le travail salarié que ce soit pour les femmes, les jeunes ou toutes les tranches d’âges.

In fine

Devant la désaffection syndicale, religieuse et politique: le bénévolat est une maladie chronique ou un supplément d’âme pour notre société. On ne peut pas parler unilatéralement ni d’altruisme des français ni de repli sur soi mais d’un travail bénévole paradoxal car il est pour les autres et pour soi, producteur de solidarité et d’entraide mais aussi de lien social, d’occupation et de sens.

Si les bénévoles faisaient grève, comment fonctionnerait notre société: l’accompagnement des malades ou des mourants? le soutien scolaire? les centres sociaux? la défense du patrimoine? le sport et encore le sport? les quartiers défavorisés? les maraudes? les associations humanitaires? les secours en montagne etc.?

En ce qui concerne ma discipline, la sociologie, elle s’occupe davantage du travail dans son acception traditionnelle et ignore la sphère bénévole. Elle analyse le monde associatif, l’utilité sociale, les salariés du secteur de l’économie sociale et solidaire mais laisse dans l’ombre le bénévolat.


[1]   Dan Ferrand-Bechmann Le bénévolat, au bénévole inconnu  Dalloz 2013

[2]     Dan Ferrand-Bechmann Les Bénévoles face au cancer DDB Paris 2011