Activité de travail et démocratie : un pragmatisme de l’ergologie ?

Alexandra Bidet
CNRS, Centre Maurice Halbwachs

Quelques citations du philosophe pragmatiste John Dewey pour alimenter les discussions de la table ronde :

« Philosophy which does not take into account the economic enterprise and its human consequences is an escapist intellectual gymnastic » (‘Re-Introduction to Experience and Nature’, LW 1: 360).

« Dans ce qu’on appelle la politique, l’organisation sociale démocratique prévoit cette participation directe au contrôle ; dans le secteur économique, ce contrôle demeure externe et autocratique » (Démocratie et éducation, 310, MW 9: 269).

Démocratie et individuation

  • « Ce que vise la démocratie et ce qui la soutient est l’élargissement des intérêts partagés et la libération d’une plus grande diversité possible de capacités personnelles » ; « L’intérêt premier et la valeur ultime réside dans la culture des capacités d’action [des personnes] ».
  • « Plus les relations sociales sont libres et variées, plus les ressources ou les conditions dont les individus ont besoin afin de se développer sont présentes, plus les individualités sont affirmées ».
  • « Plus les individualités sont affirmées au titre de personnes singulières, ou plus leur attente d’une expérience singulière est forte, et plus les institutions sociales sont intelligentes ».

Le travail, école de citoyenneté

  • « Une société vraiment démocratique [est] une société où tous participent à un travail utile et où tous jouissent de loisirs dignes de ce nom » (Démocratie et éducation, 306, MW 9: 265).
  • « l’idée que le problème fondamental ne peut être résolu que par une augmentation des heures de loisir est absurde. Une telle idée ne fait que maintenir l’ancien dualisme du travail et du loisir ».
  • « Democracy is not in reality what it is in name until it is industrial, as well as civil and political…. [I]t means and must mean that all industrial relations are to be regarded as subordinate to human relations, to the law of personality » (EW 1: 246–7).
  • Le travail ou comment l’intelligence pénètre l’action collective : « Industrial arts are the typeforms of experience that bring to light the sequential connections of things with one another ».
  • « Le contraire d’avoir un métier n’est pas d’être oisif ou cultivé, mais c’est de vivre personnellement ses expériences sans but, sans ordre, sans continuité ; c’est, sur le plan personnel, n’avoir jamais rien réalisé en pratique et, sur le plan social, afficher une vaine ostentation et vivre en parasite. Le métier (occupation) est l’expression concrète de la continuité » (Démocratie et éducation, 366, MW 9 : 316-317).
  • « Dans son emploi non technique, “esprit” dénote toute forme et toute espèce d’intérêt, de souci, tourné vers les choses, qu’ils soient d’ordre pratique, intellectuel ou émotionnel. Le terme ne dénote jamais quelque chose d’indépendant et d’isolé du monde des personnes et des choses, mais s’emploie toujours en référence à des situations, des événements, des objets, des personnes et des groupes. (…) L’esprit est souci, au sens de sollicitude, anxiété, aussi bien que de surveillance active de tout ce qui demande à être préservé (…) “Mind” est originairement un verbe. Il se réfère à toutes les transactions au moyen desquelles nous traitons consciemment et expressément les situations dans lesquelles nous sommes placés » (L’Art comme expérience).
  • « La caractéristique du public en tant qu’état surgit du fait que toutes les formes de conduite interconnectée peuvent avoir des conséquences étendues et durables, qui impliquent d’autres personnes que celles qui sont directement engagées…ce qui caractérise les conséquences qui font naitre un public est qu’elles s’étendent au delà de ceux qui sont directement engagés dans leur production ».
  • « ‘Nous’ et ‘notre’ n’existent que quand les conséquences de l’action combinée sont perçues et deviennent un objet de désir et d’effort ».
  • « Le désirable, ou l’objet qui devrait être désiré, ne descend ni d’un ciel a priori ni d’un Mont Sinaï de la morale. Il vient de ce que l’expérience passée a montré qu’agir en toute hâte, en suivant sans examen son désir, conduisait à l’échec et potentiellement à la catastrophe. Le “désirable”, en tant qu’il se distingue du “désiré”, ne désigne donc pas une chose en général ni a priori. Il met en exergue la différence entre l’action et les conséquences d’impulsions irréfléchies et celles de désirs et d’intérêts qui procèdent d’une recherche sur les conditions et les conséquences ».

Références bibliographiques

Bidet A., L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ?, Paris, PUF, 2011.

Bidet A., « La multi-activité, ou le travail est-il encore une expérience ? », Communications, 89, Paris, Seuil, 2011.

Bidet A., Datchary C., Gaglio G. (éds.), Quand travailler c’est s’organiser. La multi-activité à l’ère numérique, Paris, Presses des Mines, 2017.

Favereau O., Bidet A., Le Gall J.-M., Lopez H., Roger B., Seignour A., Penser le travail pour penser l’entreprise, Paris, Presses des Mines, 2016.