Changer simultanément le travail, les savoirs et la vie économique et sociale : la co-production dans les espaces intermédiaires normatifs

Coutellier Jérôme
Directeur adjoint formation initiales ESPE Toulouse Midi-Pyrénées
jerome.coutellier@univ-tlse2.fr
Duc Marcelle
MCF Sociologie, laboratoire Certop, Université Toulouse Jean Jaurès
duc@univ-tlse2.fr
Rollin Jacques
Ancien responsable de dispositifs de formation pour l’encadrement chez Orange ; Président de l’Observatoire et Rencontres du Travail entre 2005 et 2011

jrrollin@orange.fr

Avec l’évolution des modes managériaux, après l’intérêt porté au participatif, mais aussi dans les pratiques induites par l’économie du partage ou collaborative, il est désormais de plus en plus souvent question de co-production de savoirs.

Après avoir séjourné dans l’étude du travail et découvert l’activité en train de se faire, essayer de comprendre ce qui se joue dans la vie économique et sociale ne saurait s’envisager en établissant des cloisons entre le travail, les savoirs et la vie économique et sociale. Au contraire, il faut surtout s’employer à saisir les « circulations » qui s’y effectuent, en partant de la quête du vivre en santé et/ou de l’effort pour échapper à ce que Y Schwartz nomme « l’impossible/l’invivable ».

C’est avec cette approche que nous aborderons la question du « dialogue des savoirs » se constituant en réponse à des problématiques inhérentes au faire. Il existe, entre les « savoirs [1]» aptes à se placer en extériorité des situations concrètes et « l’usage de soi »[2], une grande diversité d’espaces intermédiaires[3] où circulent des interrogations, des co-productions, où se fabriquent des normes, où se travaillent des valeurs.

Ces « espaces intermédiaires », situés entre les lieux de savoirs institués et les lieux propres aux situations concrètes, ne sont pas une nouveauté pour les sciences humaines, mais il semble intéressant de les considérer dans leur « dimension normative », ne serait-ce que parce qu’il s’y fabrique des « savoirs valeurs »[4] plus ou moins actifs (car plus ou moins mobilisés) dans la transformation du travail, dans la transformation de la production de concepts, dans la transformation de la vie économique et sociale.

Le projet de notre communication est ainsi de se demander en quoi l’introduction du patrimoine ergologique dans des « espaces intermédiaires normatifs » (EIN), favorise la co-production de savoirs qui invitent à transformer ensemble[5], le travail, les savoirs et la vie économique et sociale.

Nous faisons ainsi le pari qu’en s’efforçant de dégager une meilleure connaissance de ces espaces – dans leurs débats avec des normes relevant du marchand et du non-marchand, dans leur propension à s’astreindre à s’instruire de l’activité comme dans leur propension à nouer des dialogues rigoureux avec les institutions du savoir – nous en apprendrons beaucoup sur ce qui favorise ou contrarie le développement des « rencontres du travail » que le politique n’a pas véritablement développé jusqu’à présent.

Aussi, nous souhaitons dans cette communication nous interroger premièrement sur ces « espaces intermédiaires », à les caractériser sans chercher à en produire une modélisation :

  • Les premiers seraient des EIN qui en tendance neutralisent l’activité au point d’en oublier son caractère énigmatique (espaces de type I).
  • Les seconds seraient des EIN choisissant d’accorder un intérêt à l’énigme de l’activité et en particulier aux « réserves d’alternatives » qui émergent dans et des situations (espaces de type II).
  • Nos expériences toulousaines nous aideront à montrer ce que nous entendons par EIN de type II (enjeux et limites). Nous nous réfèrerons à trois des formes possibles de ces espaces qui s’efforcent de joindre expérience, démarche et concept : la dispense d’un enseignement ergologique dans un Master GSE (Gouvernance des systèmes éducatifs-IEP-Tlse), l’animation d’un groupe de réflexion sur les transformations du travail enseignant en lycée et la création-animation d’un café ergologique.

Deuxièmement, nous nous efforcerons d’apprécier leur normativité tout en différenciant les normativités de ces espaces : les normativités de type I privilégiant en particulier l’efficacité dans l’agir ; les normativités de type II, aptes à prendre de la distance avec cette efficacité et ouvrant vers les appropriations conceptuelles, vers les transformations de la vie économique et sociale en les liant systématiquement à la question du travail.

Troisièmement, en procédant ainsi nous souhaitons dégager des pistes de réflexion sur l’intérêt de considérer ces EIN comme des lieux de co-production incontournables pour :

  • Penser les relations entre les institutions du savoir et le faire en situation. En l’absence de ces espaces, est-il possible d’initier d’authentiques dialogues visant un savoir partagé ?
  • Echapper au pathologique. En l’absence de ces espaces peut-on favoriser un mieux vivre en santé (au sens de G. Canguilhem), aussi bien dans ces EIN, dans les lieux institutionnalisés du savoir que dans les lieux du travail ?
  • Mieux cerner les appels à savoirs existants et potentiels. Ces EIN ne sont-ils pas des lieux pour rendre opératoire les concepts de l’ergologie (dialogue socratique à double sens, dispositifs dynamiques à trois pôles, forces d’appel et de rappel, Groupes de Rencontres du Travail) ?

Pour conclure, nous proposons de présenter cette communication à trois voix, chacune d’entre elles étant le témoin d’une collaboration, d’une complémentarité originale (par la singularité des parcours, des apprentissages, des expériences, des rencontres) pour œuvrer à faire émerger ces espaces intermédiaires (les trois expériences Toulousaines évoquées), à les construire comme des lieux de  « rencontre du travail » où les histoires de chacun et celle de l’expérience ergologique se croisent. Nous présenterons également une version écrite de cette communication.

 


[1] Des savoirs académiques, juridiques, politiques, organisationnels, etc.

[2] Où « instant après instant, la vie en nous doit réévaluer à quelles conditions elle peut vivre », in Y Schwartz Revue Ergologia, décembre 2015 : « Production de savoirs sur l’activité: quels nœuds entre épistémologie et éthique ».

[3] Espaces où il est possible de prendre « un peu de recul », un « peu de distance » pour se préparer à « s’immerger  » dans la situation de travail. Dans ces espaces se nouent aussi bien des « petites recettes » pour faire face aux différents aléas, que des traces de savoirs conceptuels, que des croyances à ce qui a bien marché jusqu’à présent, etc. Ces espaces que l’on pourrait regarder comme de simples lieux de régulation, ne sont certainement pas que cela. Peu ou prou s’y croisent les exigences du travail, mais aussi des questionnements sur le sens du travail et de l’existence.

[4] « L’activité humaine ne cesse de semer sur son chemin des réserves d’alternative cristallisant des savoirs-valeurs. La dimension axiologique s’incorpore donc dans tout agir humain, et par là fomente et s’appuie sur des savoirs: savoirs généralement en faible visibilité, échappant aux cloisonnements des disciplines académiques », in Y Schwartz Revue Ergologia, décembre 2015 : Production de savoirs sur l’activité: quels nœuds entre épistémologie et éthique.

[5] Entendons par « ensemble », à la fois, l’idée de globalité, de simultanéité de transformation du travail, des savoirs et de la vie économique et sociale mais aussi l’idée d’un changer ensemble envisagé comme mouvement cohérent d’initiatives diverses engagées vers la construction d’un monde commun. Nous faisons référence notamment à la réflexion d’Y. Schwartz initiée lors de journées d’études au Brésil en mai 2002, Jornadas de Análise do Trabalho: Exercícios Pluridisciplinares, UFF/RJ.