Qu’est-ce qu’un Groupe de Rencontre du Travail (GRT) ? Un exemple à l’AP-HM

Marie-Hélène Dassa
Ingrid Dromard
Stéphanie Mailliot
Sophie Marchand
Muriel Prévot-Carpentier
Patrick Sangay
Lidwine Ropert-Dumoulin
Cécile Alphand

Qu’est-ce qu’un Groupe de Rencontre du Travail (GRT) ?

Objectif principal : produire un savoir inédit sur le travail afin de retravailler les différentes composantes des milieux de travail.

Participants : entre 6 et 15 environ, prêts à travailler sur une thématique ancrée dans des situations de travail concrètes.

Nombre de réunions : entre 5 et 10 nécessaires pour entrer dans un processus de formalisation progressive des savoirs issus des différentes séquences de travail.

Matériau de travail : pour accéder au vécu du travail, le matériau est recueilli par l’observation, par des récits de situations de travail, par du recueil d’éléments documentaires de l’organisation, par des photos des situations, des séquences filmées, par les synthèses de débats des séances précédentes, etc.

Exemple de Groupe de Rencontre du Travail

Contexte : une commande de la Commission Médicale d’Etablissement sur la qualité de vie au travail des internes du CHU.

Séance 2 : en juillet 2017 à l’AP-HM, cette séance est la deuxième dans un processus de Groupe de Rencontre du Travail portant sur l’activité des internes du CHU.

Séquence présentée : une séquence observée par Lidwine (papier-crayon) et mise sous forme de colonnes pour repérer le prescrit, le déroulement chronologique des faits-lieux-interactions et les arbitrages ou choix propres à l’interne observé. Cette formalisation est complétée par un entretien d’auto-confrontation pour expliciter les arbitrages et choix ainsi que pour identifier éventuellement ce qu’il ne voudrait pas divulguer.

Description de la séquence : affichage sur le mur des trois colonnes (normes-faits-arbitrages), travail chronologique des colonnes séquence par séquence. Des questions et remarques commencent à s’échanger dans le groupe (je ne connaissais pas cette norme ? A quoi cela fait-il référence ? Je suis d’accord / pas d’accord. Qu’est-ce que cela nous apprend ce que vous venez de dire ? Etc.).

On questionne beaucoup le choix du travailleur dont la séquence de travail fait pivot, cela permet de déplier beaucoup d’autres éléments. La personne va faire référence à ses valeurs, à d’autres choses de son passé professionnel, raconter et dérouler d’autres configurations de son activité, qui ont constitué son expérience.

Accompagnement des intervenantes : au fur à mesure les intervenantes du Groupe de Rencontre de Travail favorisent une prise de hauteur, en mettant en circulation des questions dans le groupe. Elles accompagnent un débat sur l’enseignement des internes en médecine, des professionnels qui sont à la fois des étudiants et des médecins salariés.

Mise en débat : les concepts ergologiques ne sont pas apparents et ne sont pas mis en avant en tant que tels, ils sont parfois instillés ou expliqués pour alimenter le débat, avec des mots simples, avec une adaptation du langage au groupe.

Les éléments du débat

Normes évoquées : la limite de 48h de travail hebdomadaire pour maintenir une qualité de vie des internes ainsi qu’un repos obligatoire après chaque garde.

Désaccord d’un interne en chirurgie et d’un interne en odontologie : s’il respecte ces normes, cela ampute leur temps de formation pratique, cela la limite. Ce point de vue semble partagé car il est remonté au niveau de leur syndicat. Il y a des catégories d’internes qui ont besoin de développer une pratique manuelle (internes de chirurgie, d’obstétrique, de cardiologie notamment), reposant sur des opérations programmées en semaine.

Par conséquent, la norme convient aux internes de médecine mais pas aux internes de chirurgie, dont l’orthopédie, qui ont besoin d’une pratique : « en garde d’ortho il est rare d’opérer dans la nuit, on donne des avis par téléphone. On se forme quand on va au bloc [en semaine] (…) On est content d’avoir le repos de sécurité mais pas les 48h par semaine ».

Le point de déclenchement du processus : l’observation d’une transgression. L’interne choisit de dépasser la norme maximale de durée du travail de 48h hebdomadaires, « C’est pour ça que l’on ne remplit pas le tableau agile time », « Parfois on ne déclare pas nos astreintes pour pouvoir les faire le lendemain d’une garde et faire moins de week-ends (garde vendredi dimanche astreinte samedi matin) ».

Engagement du débat : le débat s’est engagé par les gardes et leur rémunération. Ils ont souligné que leurs arbitrages ne portaient pas tant sur ce que les gardes leur rapportent financièrement que sur l’impact de la limitation du temps de travail dans le développement de leur dextérité de praticien. Il peut amputer un temps de pratique sur des actes spécialisés programmés en semaine.

En outre, le débat a porté sur l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle, avec une répartition par spécialités. Leurs arbitrages sont corrélés à des choix de carrière différents entre ceux qui se projettent dans une pratique hospitalière de premier plan et ceux qui envisagent une pratique plus raisonnée au profit de leur temps de vie personnelle : « Pour nous c’est faisable d’être seul c’est pour cela qu’on se partage le week-end. Personne ne nous l’impose, si on s’organise comme cela c’est parce qu’on le veut, ça permet malgré une semaine plus difficile d’avoir à la suite trois semaines plus cool ». Il a donné la garde du samedi pour ne pas faire le week-end complet, d’où le partage.

Quelques points d’enchâssement du débat dans le Groupe : certains membres du groupe considèrent qu’il est nécessaire de passer par des épreuves dans le parcours de formation comme de se passer de repos alors que d’autres défendent l’idée que la qualité de vie au travail peut être présente. Par ailleurs la relation au patient peut demander du temps.

Séquence d’activité restituée : Le patient est remonté, agressif. Il n’écoute pas les explications de l’interne en ortho. Le prend de haut. L’interne tente de justifier la prise en charge mais le patient est très en colère et explique que ce n’est pas contre lui qu’il en a. « Ce sont les médecins d’avant qui ont fait n’importe quoi ». L’interne prend le temps de faire baisser la pression, il est à l’écoute. Le patient finit par se calmer. Le patient se dit victime d’une erreur médicale.

Sur la base de cette séquence d’activité, le débat se poursuit sur le fait de donner le statut d’objet au patient, ce qui permet une mise à distance et de se garantir contre les conséquences possibles de l’empathie. Privilégier l’acte technique permet de s’abstraire du relationnel mais aussi de l’organisationnel. L’interne d’ortho dit alors « s’être blindé » et estime qu’il n’a pas le temps de « gérer » l’aspect relationnel ; il avance qu’il peut être très abrupt dans l’annonce de certaines choses.

A l’inverse, progressivement au cours de cette séance 2, certains internes ont souligné leur méconnaissance en matière d’approche relationnelle et psychologique, en interrogeant le fait qu’aucune formation en psychologie ne leur est proposée, avec les impairs que cela peut entraîner vis-à-vis du patient ou des collègues : « c’est du cas par cas, parfois on n’arrive pas à les raisonner. Ça ne sert à rien de s’énerver (…) Lui non [le patient], car il avait l’air énervé contre la terre entière, sinon quand c’est sur mon boulot c’est plus compliqué si je n’ai pas fait d’erreur, sinon je m’excuse. Certains je vais même m’excuser pour calmer les choses ». L’interne met à jour un de ses arbitrages en explicitant qu’il se sert de la figure d’autorité médicale qu’il représente pour assumer certaines situations.

L’inédit du savoir mis au jour dans le Groupe de Rencontre du Travail :

Séquence d’activité restituée : à l’arrivée de l’intervenante, à 8h30 l’interne est parti donner un avis en réanimation puis la rejoint à la cafétéria en dialoguant avec une de ses collègues sur le cas d’un patient. Il prend vite un café et fume rapidement une cigarette [ne fume pas dans le lieu commun], ils remontent dans le service.

L’interne dit : « Je fume toujours vite, j’ai l’habitude d’aller vite car je fume beaucoup (…) Je suis toujours rapide je me mets peut-être la pression tout seul ». Il a l’impression d’être toujours sur la brèche, sous pression temporelle, par son langage corporel l’interne révèle une attitude intérieure, que les données d’observation l’amènent à conscientiser. Il poursuit sur la base de cette observation de son corps en activité : « toujours répondre à son téléphone, si on ne répond pas ça alerte la terre entière, ça appelle tous les autres numéros [les infirmières appellent], alors que ce sont rarement des choses qui ne peuvent pas attendre une demi-heure, on va aux toilettes avec ».

La pression temporelle peut être mieux gérée lorsqu’il y a une bonne entente avec l’équipe paramédicale, il devient par exemple possible de déléguer la responsabilité de la sortie du patient : « Tout est plus simple quand on s’entend bien avec l’équipe. Moi pas de soucis, il faut savoir s’adapter car le service existe avant nous et après nous… ».

Les difficultés relationnelles sont accrues « lorsqu’on est fatigué et sous pression », la régulation de l’humeur est rendue plus aléatoire. Cela peut se manifester par une posture de défense ou de supériorité vis-à-vis du patient.

Point de vigilance : l’entrée par le corps permet d’accéder au soi. Ce dévoilement nécessite du tact au risque sinon d’être intrusif dans le recueil des raisons d’agir.

La dimension sociale et politique prise par le débat : le débat a alors pris de la hauteur et a porté sur ce que la société attend du médecin ; la transformation du rapport au patient, les relations possibles avec des associations de malades, la judiciarisation des rapports entre soignants et soignés, l’évolution de la carrière hospitalière médicale impliquant des fonctions managériales auxquelles les internes ne sont pas préparés.

Quelles transformations souhaitées ?

Ils considèrent que la réponse à leurs difficultés en terme de qualité de vie au travail devrait être différenciée en fonction de leurs spécialités et que la formation devrait s’élargir à un champ de connaissances issues des sciences humaines pour l’exercice du métier de médecin.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search