Neurosciences et ergologie : une plongée au coeur d’un corps-soi ?

Théo Simon
Audencia Business School, Nantes

Les neurosciences prennent une place grandissante dans les sciences sociales et les activités humaines. Elles sont souvent même auréolées d’une certaine fascination. En ergologie et dans les travaux d’Yves Schwartz, certains liens ont déjà été envisagés. Dans cette continuité, je propose d’étudier une modélisation en neuroscience cognitive d’un espace de travail pour penser et agir consciemment : l’espace de travail neuronal global. J’ai constaté que ce modèle complète et interroge en profondeur une notion importante en ergologie : celle d’un corps-soi.


Pour le présenter assez rapidement, un corps-soi est un lieu support de l’Activité humaine. C’est-à-dire un support des débats de normes et de valeurs entre un individu et son milieu. Il n’est pas un support passif, mais actif. Au sens où ce corps ne fait pas que recevoir des informations du milieu à traiter mais crée à son tour des normes à proposer au milieu. C’est donc un lieu support actif où est convoqué, pour agir dans une situation, ce qu’Yves Schwartz appel « des hétérogènes en nous ». Hétérogènes car il est le lieu d’une diversité et d’opposés. Néanmoins, cette hétérogénéité n’est pas anarchique car un corps-soi est aussi uni. Une unité « dans le sens où il synthétise la singularité des débats de normes en soi-même et les autres instances de la vie, il enregistre en soi l’histoire propre de ces rencontres. » (Schwartz et Echternacht, 2009, p. 35). Cette synthèse se manifeste par l’acte d’un corps-soi. Yves Schwartz parle également de synergie des hétérogènes en nous. Ce qui résume bien l’idée d’aller-retours constants entre l’unité et la diversité qui fait exister un corps-soi.
En particulier, confronter ces deux conceptions du corps (et du cerveau) humain soulève des questions épistémologiques essentielles qui peuvent être de savoir : comment débattons-nous et attribuons-nous une valeur à un moment et dans un milieu donné ? Comment ces neuroscientifiques avec ce modèle représentent-ils cette synergie des hétérogènes en nous ?
Dans cette communication, je vais commencer par présenter le modèle de l’espace de travail neuronal global. Puis, je l’y confronterai à la notion de corps-soi en abordant leurs principales convergences et divergences.

Ce modèle a été élaboré par 3 chercheurs, français, Stanislas Dehaene, Jean-Pierre Changeux et Lionel Naccache. Ces trois chercheurs se sont fondés sur des données physiologiques du cerveau. Leurs résultats sont synthétisés dans Le code de la conscience écrit par Dehaene en 2014. L’espace de travail neuronal global permet à l’humain de faire face
à des situations nouvelles et/ou complexes de manière consciente. L’ embrasement de la conscience est le point d’orge de ce processus neuronal. Pour se représenter l’échelle temporelle de ce processus, celui-ci se produit au bout de trois cents millisecondes après la perception du stimulus. Ce qui est, à l’échelle du cerveau, assez tardif.
A partir de là, je vais parler du modèle en lui-même. Le schéma qui suit est la représentation de l’espace de travail neuronal global après l’embrasement de la conscience.
Nous avons donc le « réseau » de l’espace de travail. Les cercles représentent les « processeurs spécialisés » dans certaines fonctions qui se comptent par dizaines. La particularité de ces processus est qu’ils ne sont pas conscients. Ce sont des processus de traitement de l’information qui fonctionnement en parallèle et qui ne communiquent pas entre eux. Ces processus parallèles traitent l’informations selon leurs spécialités. Par exemple, nos neurones liés à la perception visuelle effectuent un traitement des formes, des couleurs, de la composition de ce que les yeux voient etc.
Il ne s’agit donc pas ici de l’inconscient psychanalytique mais plutôt d’activités neuronales parallèles non-conscientes. Cela ne simplifie pas la tâche pour autant car la grande majorité de l’activité cérébrale est non-consciente. Stanislas Dehaene divise ces activités non-conscientes en 5 catégories. Ainsi, certaines catégories ne seront jamais accessibles à la conscience. Tandis que d’autres le peuvent à des degrés variables.
Quand la conscience émerge, ces cercles concentriques sont reliés à un moment et dans une situation donnée par des réseaux neuronaux. Ces réseaux convergent pour créer une représentation stable et cohérente pour choisir et agir consciemment. Attardons-nous maintenant sur les différents réseaux exploités par l’espace de travail :
– La capacité attentionnelle est nécessaire à l’existence de la conscience car c’est ainsi qu’elle peut se concentrer sur le problème posé par l’environnement extérieur et ainsi prendre une décision.
– Considérons maintenant les trois entrées représentant le cadre temporel : passé, présent et futur. Le présent est considéré comme le système de perception de l’environnement. Il est appréhendé ici comme une donnée brute de la réalité perçue. Les systèmes moteurs sont le « futur » c’est-à-dire qu’ils seront activés ou non suivant la décision de l’espace de travail. La mémoire à long terme représente le passé. Elle regroupe d’ailleurs plusieurs formes de mémoire qui peuvent être divisés notamment par : la mémoire procédurale (des gestes), la mémoire épisodique (les événements marquants) et la mémoire sémantique (des concepts, des connaissances plus désadhérentes).
– Enfin, le dernier aspect de l’espace de travail est le système d’évaluation et d’attribution de valeur. Ce système mental permet de choisir en sélectionnant les informations pertinentes ou non pour agir. Je ne vous cache pas qu’il s’agit d’une partie cruciale tant elle touche à la question du choix d’un corps pour agir sur le monde.
Ce qui me conduit à la deuxième partie de cette communication : les convergences et les divergences de l’espace de travail neuronal global avec un corps-soi.
Il y a premièrement deux aspects du processus de décision de ce modèle neurocognitif qui posent problème : la définition de l’attribution de valeur et la place du non-conscient. Stanislas Dehaene définie l’attribution de valeur ainsi : « La sélection s’appuie sur un mécanisme clé : l’attribution, par le cerveau, d’une valeur à chacune de nos pensées potentielles. Pour survivre, tout animal doit, très vite, assigner une valence positive ou négative à chaque événement nouveau. (Dehaene, 2014, p.113) ».
Ici, la valorisation positive ou négative est déterminée selon la nécessité de « survie ». La sélection se fait selon un « processus de sélection darwinienne » (Dehaene, 2014, p.259) avec une anticipation de la récompense comme facteur de valorisation ou d’inhibition. Mais, selon quelle logique cette évaluation et sélection pour la survie se fait-elle ? Stanislas Dehaene, auteur de La bosse des maths affirme que c’est une évaluation probabiliste issue d’un calcul du cerveau. Selon ce raisonnement, il n’y a d’ailleurs aucune raison qui empêcherait un ordinateur de pouvoir reproduire ce système de sélection.
Ce qui pose, il me semble, un problème fondamental pour produire des connaissances communes sur l’Activité d’un corps-soi : un corps-soi se singularise et porte son histoire, il est pris à un moment et dans un milieu donné qui lui propose ses normes (sociales, techniques…). Les choix qui sont pris à chaque moment et dans leur localité peuvent-ils être unifiés pour tous les êtres humains par un calcul de probabilité d’occurrence d’une situation ?
Le deuxième aspect qui interroge la prise de décision d’un corps-soi concerne la part du non-conscient dans nos débats internes. Dans ce modèle, les processus parallèles non-conscients précèdent la prise de décision consciente. Il s’effectue en quelque sorte un tri d’informations pertinentes qui reposent sur des automatismes auxquels nous n’avons pas immédiatement (voir jamais) accès. Ce qui pose il me semble la question de la détermination, ou du moins de la contrainte, par des sélections antérieures non-conscientes sur des débats de normes et de valeurs d’un corps-soi. Ce qui nous renvoie encore au processus d’attribution de valeur.
Ce processus de choix n’est pas qu’en contradiction avec la notion de corps-soi : il y a un ensemble de sélections et d’actes produits par notre cerveau qui le transforme. Il me semble que l’activité neuronale de cet espace de travail représente très bien la puissance transformatrice de choix « conscients » sur notre corps. Cela à travers des interactions et un tissage de liens biochimiques entre nos neurones. Des interactions qui vont conduire à un renforcement ou au contraire à un affaiblissement des liens que nous tissons dans notre Activité même. En d’autres termes, ces interactions neuronales interviennent directement dans la valorisation, positive ou négative de ce qui fait notre expérience du milieu. Ce qui a des répercussions directes sur le contenu de nos souvenirs, de nos connaissances ou encore de nos gestes. L’espace de travail neuronal global unifie ainsi un ensemble de facultés mentales et physiques pour connaitre et agir sur ce qui l’entoure, tout en se transformant lui-même. Ce qui semble faire tout à fait écho à ce que nous appelons la synergie des hétérogènes en nous. De même qu’à la relation entre le corps donné et le corps produit de Georges Canguilhem.

En conclusion, il me semble qu’il y a des apports mutuels possibles entre les neurosciences et l’ergologie. A travers ce seul modèle, les neurosciences prouvent en produisant des connaissances épistémiques sur le corps humain toute une activité de débats, de choix et de transformations. Mais ces apports flirtent avec l’usurpation du champ de l’Activité humaine. Notamment ici, à travers la définition de l’attribution de valeur. Solutionner le problème du pourquoi nous faisons tel choix, à tel moment par un algorithme me semble hâtivement gommer la part énigmatique de la synergie des hétérogènes en nous. Une part énigmatique car l’attribution de valeur est toujours remise en situation, dans sa localité. Elle ne peut pas être complètement anticipée, même par un modèle scientifique. Cette question d’ordre épistémologique peut être adressée aux chercheurs en neurosciences. Reste à savoir s’il est possible d’ouvrir et de tenir un dialogue des savoirs avec cette discipline scientifique.

Bibliographie

Canguilhem G., 2002 (1989), Ecrits sur la médecine, Paris, Champ freudien.

Cordier F. et Gaonac’h D., 2006, « La mémoire et les apprentissages », In Ionescu S. et Blanchet A. (dir.), Nouveau cours de psychologie – licence, Psychologie cognitive et bases neurophysiologiques du fonctionnement cognitif, Paris, PUF.

Dehaene S., 2014, Le code de la conscience, Paris, Edition Odile Jacob.

Dennett D., 1998 (1996), La diversité des esprits, Paris, Hachette.

Di Ruzza R., 2012, « Mythes et réalités du modèle épistémique », Ergologia, Décembre, n°8.

Naccache L., 2006, Le nouvel inconscient : Freud, Christophe Colomb des neurosciences, Paris, Odile Jacob.

Schwartz Y., 2000, Le paradigme ergologique ou un métier de philosophe, Toulouse, Octarès Editions.

Schwartz Y. et Echternacht E., 2009, « Le corps-soi dans les milieux de travail : comment se spécifie sa compétence à vivre ? », Corps, n° 6

Schwartz Y., 2011, « Pourquoi le concept de corps-soi ? Corps-soi, activité, expérience », Travail et Apprentissage, n° 7.

Schwartz Y., 2014, « Corps naturels, corps produits », intervention aux Quatrièmes Journées « Ergologie, Travail et développement », Université de Tlemcen, Ergologia, n° 11.

Tyc-Dumont S., Horcholle-Bossavit G., 2005, Le neurone computationnel, histoire d’un siècle de recherches, Paris, CNRS Histoire des sciences.

Références sérieuses sur le fonctionnement neurocognitif du cerveau humain :
http://lecerveau.mcgill.ca/