Mise en mots de l’expérience

Patrick Rywalski

Quand les activités de verbalisation de l’action sont convoquées en formation d’adultes, nous utilisons principalement les modalités de récit. Celles-ci se retrouvent mises en œuvre dans plusieurs disciplines, avec des variantes portant notamment sur des versions écrites et/ou orales.

Mon expérience de formateur d’adultes, en tant que responsable de formation ou intervenant dans des dispositifs de formation continue certifiante, auprès d’accompagnateurs, de formateurs ou d’enseignants, m’a amené à rencontrer la diversité des lectures de l’expérience. Les mises en récit, rencontrées dans un premier temps à partir des démarches Histoire de vie telles que développées par Pierre Dominicé à Genève ou Gaston Pineau à Nantes et Guy de Villers à Louvain[1], m’ont apporté les éclairages de l’interprétation des discours, des résonnances, la mise en évidence des singularités, la spécificité des savoirs issus de la vie. La rencontre avec la démarche ergologique a complété cette lecture des récits d’expérience. Elle m’a aidé à développer des dispositifs de formation puis de reconnaissance et validation des acquis d’expérience (RVAE). J’inscris ainsi mon action de formateur d’adultes dans une valorisation des savoirs d’expérience en liens avec les savoirs conceptuels développés par d’autres, le plus souvent sous forme écrite dans des publications reconnues.

Lors de ce colloque, je peux témoigner de ma pratique de formateur d’adultes travaillant avec la mise en mots de l’expérience des participants, que ce soit via des récits de pratiques – par exemple les situations de travail dans les dossiers ciblés de compétences en RVAE ou dans des séances d’analyses des pratiques professionnelles -, ou des récits de réflexions sur son propre processus d’apprentissage rédigés trois mois après la dernière journée d’une formation. Plus j’avance dans ce métier, plus je vois les convergences entre les logiques de formation et les logiques de RVAE. Elles passent par la mise en mots de l’expérience et ainsi la reconnaissance des personnes. Je peux y évoquer comment les participants s’y prennent, comment ils se mobilisent dans les situations de « dramatiques d’usage de soi », comment je m’y prends pour écouter et faire le travail d’aide à l’explicitation de la référence aux normes, du processus de renormalisation.

Une seconde variante d’interventions est d’illustrer les difficultés de la mise en mots de l’expérience que Schwartz a relevé dans son texte sur les ingrédients de la compétence. Partant de situations issues des récit – comme celle identifiées ci-dessus – la communication chercherait à montrer ce qu’en disent les personnes, voire comment les difficultés sont contournées.

Pour l’instant je ne formalise pas davantage le texte en référence à l’esprit avec lequel ce colloque est organisé, notamment la page « projet scientifique ». J’ai apprécié participer en octobre dernier aux Étonnants travailleurs et à la manière dont les participants ont accès à la connaissance et au savoir de l’autre. Dans cet esprit, peut-être à la lecture des autres propositions de communication, y voyez-vous un intérêt à ce que je puisse interagir avec l’un ou l’autre interlocuteur. Ou de faire une communication isolée.

 


[1] Ces trois auteurs ont fondé, en 1991, l’Association internationale des histoires de vie en formation (ASHIVIF) http://www.asihvif.com