Focus sur l’activité coopérative entre « chercheurs » et « praticiens » et au sein des équipes de recherche

 Isabelle Houot
Nathalie Lavielle-Gutnik
Hugues Lenoir
Maël Loquais
Magali Roux

A partir d’une recherche-action nationale (en cours) portant sur le développement d’une approche par compétences (APC) au sein des École de la Deuxième Chance (E2C) qui mobilise 7 chercheurs (2 PU, 3 MCF, 1 chercheur associé, 1 docteur), a présente contribution porte sur les modes de coopération entre les acteurs mobilisés par ce type d’intervention (chercheurs, experts, formateurs, responsables pédagogiques…). Cette recherche-action a donné lieu à différentes rencontres ayant pour but de formaliser des documents à vocation pédagogique (fiches projets, guide d’usage de référentiels) et scientifiques (rapport scientifique intermédiaires, articles scientifiques). Ce qui se joue autour de ces temps de travail questionne les conditions qui permettent aux acteurs de construire une démarche coopérative dans un contexte traversé par de multiples tensions. En effet, il s’agit, pour eux, d’échafauder un fragile équilibre entre théorie et pratique, entre temporalités de la recherche et temporalités de l’action, entre clarification d’un problème et réponse à une commande institutionnelle.

En se centrant sur l’analyse de l’activité discursive et normative, la présente contribution porte donc sur les conditions et le processus d’élaboration d’un savoir commun (conceptuel et d’action) à l’occasion d’une recherche-action. Les pratiques coopératives (Alter, 2009), fruits, entre autres, des activités délibératives réalisées sont ici approchées en tant qu’elles constituent l’occasion de « débats de normes » (Durrive, 2015). Dans cette logique, les acteurs « renormalisent » l’espace de délibération que constitue la recherche-action (Liu, 1997a). Nous formulons ici l’hypothèse selon laquelle la coopération entre les acteurs dépend de leur capacité à produire un langage commun et des valeurs partagées.

Dans la mesure où les pratiques coopératives concernent les temps de travail entre chercheurs et praticiens, ainsi que ceux qui concernent les chercheurs entre eux, nous proposons ici deux discussions :

  • 1ère discussion : la coopération chercheurs-acteurs de terrain ;
  • 2ème discussion : la coopération dans les équipes de recherche[1]

Dans une perspective dialogique, ces deux discussions s’appuieront sur le questionnement d’un chercheur non impliqué, dans un rôle de discutant. 

1ère discussion : la coopération chercheurs-acteurs de terrain

Les temps de formalisation de documents orientés vers la pratique (fiches projets, guides d’usage des référentiels) ont constitué l’occasion de réinterroger les pratiques d’accompagnement et d’évaluation en E2C. Les « débats de normes » qui ont émergé de cette activité discursive et normative peuvent se décliner en trois temps.

D’une part, il s’est agi de délibérer sur les notions mobilisées dans l’action. Si la confrontation des concepts quotidiens et des concepts scientifiques génèrent des apprentissages, ils concernent tant les acteurs confrontés aux apports de la recherche et aux chercheurs que les chercheurs confrontés aux pratiques professionnelles et aux acteurs de terrain (Denoyel, 2017). Ici, l’activité discursive nous semble révélatrice de l’activité de travail qui « est toujours le lieu, plus ou moins infinitésimalement, de réappréciation, de jugements sur les procédures, les cadres, les objets du travail, et, par là, ne cesse de nouer un va-et-vient entre le micro du travail et le macro de la vie sociale cristallisé, incorporé dans ces normes » (Schwartz, 2004, 65).

D’autre part, il s’est agi de questionner les formes de co-production de connaissances (Fayolle, 2014) ; tant le savoir produit que ses modalités de formalisation ont été l’occasion d’interroger les allants de soi et les modèles qui sous-tendent les pratiques. Dès lors, les conditions de la coopération ne dépendent pas seulement des modalités d’accompagnement du « praticien réflexif » (Schön, 1994), mais également de l’élucidation d’une démarche de production d’un langage commun et de valeurs communes.

Enfin, le contrat explicite et moral qui lie l’ensemble des acteurs de la recherche-action ne suffit pas à garantir l’activité coopérative. Ce qui est en jeu ici, c’est moins la formalisation des pratiques existantes que leur potentiel de transformation. Dès lors, l’élucidation de désaccords, la mise en évidence de dilemmes professionnels constituent tout autant une activité réflexive que normative, garantes d’une possibilité d’amélioration de l’action. Ces dilemmes concernent tant les « acteurs de terrains » que les chercheurs. Ces derniers sont tout autant impliqués dans les rapports de pouvoir qui surdéterminent l’orientation de l’action et sont tenus, pour garantir le cadre de la coopération, de concilier visées réflexives et éthiques. 

2èmediscussion : la coopération dans les équipes de recherche

En ce qui concerne l’équipe de chercheurs, les « débats de normes » sous-tendent également l’activité coopérative. La recherche-action constitue à la fois un concept et un champ de pratiques qui invitent les chercheurs à réinterroger leur propre activité et  à confronter leurs champs théoriques  des objets concernés.

L’une des lignes de tensions concerne la place de la recherche dans l’action et la part de l’action dans la recherche. La coopération entre chercheurs ne s’affranchit pas des mêmes enjeux de positionnements professionnels et identitaires que tout autre professionnel. Cependant, ce qui constitue l’une des principales singularités réside dans le processus de validation des connaissances au cours de la recherche-action (Liu, 1997b) qui, nous semble-t-il, est proche de différentes « renormalisations » (Schwartz, 2004) propre à toute situation de travail. En effet, plus que dans tout autre situation professionnelle, les résultats, leur validation et les usages de la recherche-action ne peuvent pas être anticipés.

En effet, les « praticiens de la recherche » « renormalisent » en élaborant des stratégies visant à adopter une posture collective conciliant conceptualisation à partir de l’action et propositions d’actions en partant de la réflexion.

Cette activité demande des conceptions partagées des visées de l’activité dans la recherche-action (Casabianca, F. Albaladejo C., 1997). Or, les différentes réunions et les échanges ayant précédé l’écriture du rapport scientifique ont constitué des temps de confrontation de différentes formes de savoirs : les connaissances issues de ce que les chercheurs ont appris des acteurs de terrain, et les savoirs issus de leur propre expertise. Au travers de cette confrontation, les « débats de normes » portent sur la finalité d’usage de ces savoirs : quel est, in fine, le rôle et la place du chercheur dans sa participation à la transformation des pratiques des acteurs de terrain ?

Différents paramètres interviennent dans les conditions qui sous-tendent l’agir professionnel entre chercheurs à l’université. Les différentes sensibilités qui composent l’équipe sur les méthodologies d’approche de l’activité (ergologie, sociologie du travail, psychosociologie, didactique professionnelle,…), loin de constituer des lignes de fractures, apportent au contraire matière à la construction d’un langage commun. Ces différentes approches peuvent s’accorder sur l’analyse des données à la condition de débattre des finalités des savoirs parfois nouveaux et de leurs usages sociaux. En revanche, c’est bien la conception du rôle « politique » du chercheur qui se trouve ici questionnée. En cela, les limites des pratiques coopératives relèvent moins des approches théoriques que des différentes conceptions des visées de l’activité.

La coopération dans l’équipe de recherche peut alors être interrogée au regard de la coproduction de savoirs, celle de chercheurs sur leurs propres pratiques scientifiques. A ce titre, la mise en œuvre d’une recherche-action intégrant l’ergologie dans les pratiques coopératives de chercheurs constitue l’occasion de questionner la place de la recherche et des collectifs de chercheurs, en posant la focale sur ce qui fonde les conditions d’une activité coopérative vectrice d’émancipation.

Auteurs discussion 1

Houot Isabelle,

MCF, Université de Lorraine, Lisec,

Laboratoire Interuniversité en Sciences de l’Education et de la Communication (EA 2310)

isabelle.houot@univ-lorraine.fr

06 78 21 54 67

 

Lenoir Hugues

MCF – HDR, Université Paris Ouest – Nanterre,

Lisec,

Laboratoire Interuniversité en Sciences de l’Education et de la Communication (EA 2310)

hugues.lenoir@u-paris10.fr>

06 07 31 96 26

Roux Magali,

Doctorante, Université de Lorraine, Lisec, Laboratoire Interuniversité en Sciences de l’Education et de la Communication (EA 2310)

magali.roux@univ-lorraine.fr

06 35 11 22 84

 

Auteurs discussion 2 

Lavielle-Gutnik Nathalie,

MCF, Université de Lorraine, Lisec,

Laboratoire Interuniversité en Sciences de l’Education et de la Communication (EA 2310)

nathalie.lavielle-gutnik@univ-lorraine.fr

06 63 55 82 71

 

Loquais Maël

Docteur, Université de Lorraine, Lisec, Laboratoire Interuniversité en Sciences de l’Education et de la Communication (EA 2310)

mael.loquais@univ-lorraine.fr

06 76 00 52 80

Roux Magali,

Doctorante, Université de Lorraine, Lisec, Laboratoire Interuniversité en Sciences de l’Education et de la Communication (EA 2310)

magali.roux@univ-lorraine.fr

06 35 11 22 84

 

Eléments bibliographiques

Alter, N., 2009, Donner et prendre. La coopération en entreprise, Paris : La Découverte.

Barbier, R., 1996, La recherche-action, Paris, Anthropos, coll. ethno-sociologie

Casabianca, F. Albaladejo C., 1997, « Des multiples légitimités de la recherche-action ». Etudes et Recherches sur les Systèmes Agraires et le Développement, INRA Editions, 11-25.

Denoyel, N., 2017,  « Épistémologie de la continuité expérientielle et modes de raisonnement en recherche-Action-Formation : Une alternance dialogique à penser », Forum, 151, 49-60

Durrive L., 2015, L’expérience des normes. Comprendre l’activité humaine avec l’activité ergologique. Toulouse : Octarès.

Fayolle, A., 2014, « La coopération chercheurs-entrepreneurs : mission impossible ? »Entreprendre et innover, 21-22, 123-136.

Liu, M., 1997a, Fondements et pratiques de la recherche-action, Paris : L’Harmattan.

Liu, M., 1997b, La validation des connaissances au cours de la recherche-action. Etudes et Recherches sur les Systèmes Agraires et le Développement, INRA Editions, 183-196.

Schwartz, Y., 2004 « La conceptualisation du travail, le visible et l’invisible », L’Homme et la société 2004/2 (n° 152-153), p. 47-77.

 


[1] Ces deux discussions, portant sur les formes relationnelles et les implications des différents acteurs concernés, nous conduiront à aborder le concept de chercheur collectif développé par René Barbier (1996) sur la base des travaux de Michel Bataille : Bataille, M., 1981, « Le concept de « chercheur collectif » dans la recherche-action », Les Sciences de l’Education, n°2-3, avril-septembre, 37-38.