Étonnants travailleurs : présentation à deux voix Entre un(e) participant(e) du groupe fabrication et quelqu’un que l’initiative intéresse

Véronique Hirbec
Xavier Poupart

– Et vous, vous avez une idée de la raison pour laquelle on se retrouve pour une nouvelle édition d’Etonnants Travailleurs , tous ensemble ?
– Ben… pour parler du travail, non ?


– Nous, on préfère dire « activité », c’est pas tout à fait pareil, mais pour faire simple on peut dire travail, effectivement…
– Ah.. . ! et c’est quoi la différence ?
– …. C’est compliqué, en fait, pas facile à expliquer en quelques mots et puis, ça dépend de quel point de vue on se place et qui on est, c’est un peu subjectif en fait….
– Oh la la … encore un concept abstrait !
– Non justement, nous , ce qu’on veut faire c’est autre chose… Il y a un Etonnant Travailleur, un membre du « groupe de fabrication » comme on dit, à l’origine de l’initiative, qui disait :
« c’est un feu d’artifice de parler de son activité. (…) Décrire une explosion pyrotechnique avec des couleurs très différentes, des mouvements, c’est impossible… Parler de l’activité, c’est ça ».
– Ben dis donc, oui effectivement, ça a pas l’air simple…
– Non, mais ce n’est pas ce qu’on recherche non plus, la simplicité, on ne peut pas tout comprendre. Il y a quelque chose de mystérieux, pas du côté mystique mais une richesse plus profonde qu’on peut le penser …

Dans la première édition, en 2015, un Etonnant Travailleur, professeur de Musique, racontait dans son intervention à propos de ses élèves, que certains butaient immanquablement sur une question technique qu’ils n’arrivaient pas à dépasser, malgré leur
persévérance et les heures de travail et puis « miraculeusement » à la rentrée des vacances d’été alors qu’ils n’avaient pas touché à leur instrument pendant 4 mois , ils avaient réussi, sans savoir ni comment ni pourquoi, à surmonter le problème : « C’est un truc que j’ai jamais compris mais je l’ai vu tellement souvent qu’il y a une vérité là-dedans » nous dira le professeur de musique. C’est ça aussi l’activité… Il y a des choses qu’on ne maîtrise pas et une partie du travail qui se fait, inconsciemment, presque malgré soi.
– ah oui, c’est vrai, je n’y avais jamais pensé comme ça…
Et ce n’est pas toujours la même chose pour tout le monde, alors voilà, on avance ensemble… On essaie d’aller chercher au coeur de ce qu’on fait, de ce qui nous tient à coeur pour bien le faire : c’est sans doute ça qu’on appelle l’activité. Quand on travaille, en effet, il
y a des choses qui se passent dans la tête, dans le corps. C’est intéressant de constater qu’on ne réalise pas tout ce qu’on fait, non ?
– oui, sûrement…
– Pourquoi on préfère faire de telle ou telle manière. Il y a des choses qu’on fait de façon un peu inconsciente : tout ça se passe très très vite sans qu’on le sache, sans même quon s’en rende compte, mais en fait, il y a toujours des choix à faire et ce sont nos propres valeurs qui
les orientent. Il y a dans ce qu’on fait et quel que soit le travail qu’on fait, un mélange de pensées, d’émotions … C’est ça qu’on veut capter, le « mélange » dans lequel on fait tout à la fois. Est-ce que c’est plus clair comme ça ?
– Ah c’est super intéressant ! et concrètement ça se passe comment ?
Jusqu’à maintenant on s’est réunis une journée et demie. On était une soixantaine environ et une vingtaine d’Etonnants Travailleurs ont pris la parole pendant 5 minutes pour parler d’un tout petit moment, un tout petit morceau de leur activité en essayant de faire partager ce qui leur tient à coeur et on a mis tout ça en débat entre nous, avec tout le monde pour engager ensemble une réflexion, comme une façon particulière d’aborder le travail qui pose
des questions sur l’avenir et ça a bien fonctionné, ça a beaucoup intéressé, intrigué, ému, plu… alors on a recommencé pour une deuxième édition et là on se lance pour la troisième
fois. On n’a pas encore tout à fait figé les contours de la forme que cette troisième édition va prendre : on cherche aussi d’autres formes, on cherche la diversité et la tonicité, et surtout
le partage avant toute chose.
– Et comment vous vous y prenez pour aboutir à ça ? Il y a une préparation ? C’est pas facile de parler de son activité ?
– Il y a en effet une préparation des « 5 minuteux » – comme on les appelle – pour les aider à aller au coeur de leur travail, de leur activité. Mais au final, c’est l’étonnant travailleur qui
« se met en scène ». Ça ne marche pas tout le temps. Il y a parfois une résistance à dire l’intimité de ce qu’on fait, de ce qu’on pense … Mais les échanges qui suivent la présentation permettent souvent de rattraper le coup.
Et l’objectif de tout ça c’est quoi ?
– Bonne question en effet… eh bien, on invente un peu au fur et à mesure qu’on avance. On pourrait dire que ce qu’on fait, c’est un véritable travail de recherche, on est tous des
travailleurs mais on est aussi tous des chercheurs, comme dit un des membres du groupe .
Comme c’est un travail collectif, chacun y met et vient y chercher des choses différentes : certains pensent qu’ « à partir de l’écoute du travail on pourrait faire de la militance politique et du syndicalisme autrement ». D’autres, disent qu’il s’agit de parler de petites
choses qui abordent de grandes questions ou encore qu’il s’agit de redonner une vraie place politique au travail dans la société. Vous voyez, c’est très ouvert, n’est ce pas ? ça vous
intéresse ?