Penser la transformation des gestes d’enseignement et d’apprentissage de langues

Annemarie DINVAUT
Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse (UAPV), Laboratoire Identité Culturelle, Textes et Théâtralité (ICTT) EA 4277

Les pratiques langagières (Bautier), comme les appprentissages de langue, sont des pratiques vivantes, labiles, elles sont le fait de reconfigurations permanentes, de renormalisations. Ces pratiques et ces apprentissages sont des processus de re-création sans fin, ils supposent des articulations nombreuses entre l’individuel et le social. Or, l’apprentissage et l’enseignement des langues sont souvent centrés sur la communication. Pourtant, si l’activité de communication est un objectif essentiel dans l’apprentissage d’une langue, elle n’est ni le seul but, ni la seule voie pour y parvenir. D’autres objectifs sont d’une égale importance, en particulier la conscience de ses propres bagages linguistiques et culturels, la compréhension d’autres univers de références. Outre les activités de communication, le retour sur son propre parcours, les biographies langagières (Clerc, Deprez, Molinié, Perregaux), la mise en lumière des freins et des aides, les réflexions métalinguistique et métacognitive sont essentielles pour les apprentissages. Ceci représente un défi : comment comprendre les effets des pratiques culturelles et langagières, activités individuelles et collectives, construites sur le temps long ? Comment, à partir de cette compréhension, mieux construire les enseignements et les apprentissages ?

Pour reprendre la poésie d’Antonio Machado, il ne s’agit pas seulement de marcher en marchant, de communiquer en communiquant, mais de « faire le chemin de langue ». Ce chemin s’élargit et s’aplanit lorsqu’il est partagé, lorsque des voies et voix plurielles sont possibles. Ceci nous amène, depuis plusieurs années, à mettre en place des dispositifs de formation qui privilégient la co-construction des savoirs sur les langues et les cultures.  Ces dispositifs ont les points communs suivants :

  • La médiation par des activités de création qui sollicitent d’autres langages que la langue apprise ou enseignée, qui passent par des littératies plurielles (dessin, collage, cartographie subjective, création sonore, expression corporelle).
  • La place importante donnée au corps-soi du.de la locuteur.rice, de l’apprenant.e, de l’enseignant.e en formation.
  • La possibilité de penser et de rendre compte des transformations individuelles et collectives sur le temps long.
  • La présentation des productions individuelles et/ou collectives, la parole sur ces créations et le partage à la suite de ces présentations. Il s’agit d’auto-confrontations à la trace de l’activité langagière et apprenante. Les biographies langagières et culturelles sont considérées dans leurs dimensions individuelles et collectives.

Notre proposition vise à recenser ces dispositifs de formation et d’enseignement, à en explorer la dimension ergologique, à mettre en évidence leurs potentialités et leurs difficultés, à travers les propos et les créations d’apprenant.e.s et d’enseignant.e.s. Notre champ théorique est construit à partir de la didactique des langues, de la sociodidactique et de l’ergologie.

Éléments bibliographiques (didactique des langues, ergologie, sociodidactique) : Beacco, Clerc, Deprez, Dinvaut, Faïta, Molinié, Moore, Perregaux, Rispail, Schwartz, Simon, Perregaux, Thamin.