Viabilités et transformations des activités de formation : Dialogue entre un Programme de Recherche Technologique et les propositions ergologiques

Myriam Meuwly 
 Workstreams, responsable intervention et formation, rue Jacques-Dalphin 14, CH-1227 Carouge
myriam.meuwly@workstreams.ch
Nicolas Perrin
Haute Ecole Pédagogique Vaud, professeur et responsable du centre de soutien à l’e-learning, avenue de Cour 33, CH-1014 Lausanne
nicolas.perrin@hepl.ch
Fabrice Roublot
WorkStreams, responsable recherche et développement, rue Jacques-Dalphin 14, CH-1227 Carouge
fabrice.roublot@workstreams.ch

Introduction

Cette communication porte sur un programme de recherche technologique (Pinsky, 1992) qui met en interaction, depuis six années, plusieurs acteurs institutionnels provenant à la fois des secteurs public et privé. Il se déploie dans des environnements suisses hiérarchiquement et culturellement différents tels qu’une école privée, une école publique, plusieurs hôpitaux, une haute école pédagogique et plusieurs autres institutions dans le champ du travail social. Ce programme est basé sur des présupposés intégrant notamment les notions d’activité comme émergence du couplage entre un acteur et un environnement (Maturana et Varela, 1994) et de viabilité des formes d’activité (Pinsky et Theureau, 1987 ; Durand, Meuwly & Roublot, 2007 ; Perrin, 2010). Il s’inscrit dans une démarche anthropologique qui considère le développement des formes d’activité humaine comme indissociable du développement technologique (Wisner, 1997 ; Schwartz, 2012). Notre démarche de recherche se décline selon quatre principes centraux : les principes de coparticipation, de déconstruction, de reconstruction et d’exploitation, visant in fine la transformation de l’activité. La visée épistémique est dans ce programme inhérente au traitement d’une visée transformative.
En prenant pour base deux cas empiriques, nous mettrons en relation/discussion les éléments théoriques et méthodologiques fondamentaux de ce programme de recherche technologique (PRT) avec certaines notions de l’ergologie.

1. LA NOTION DE PROGRAMME DE RECHERCHE TECHNOLOGIQUE

Reprenant les idées d’Imre Lakatos (1994), Léonardo Pinsky (1992) insiste sur l’importance dans un programme de recherche (PR) de mettre en place un noyau d’hypothèses fondatrices infalsifiables et un observatoire scientifique permettant une falsification empirique d’hypothèses auxiliaires. S’inspirant de la notion de PR, Pinsky propose le concept de programme de recherche technologique (PRT) qui intègre au processus de conception une démarche rigoureuse et scientifique de falsification des propositions de conception (Pinsky & Theureau, 1987). Dans un tel programme, les hypothèses fondatrices conditionnent les objets et les méthodes utilisés pour explorer un espace de conception qui correspond à un problème pratique et/ou à un défi technologique identifié dans un champ professionnel.
Dans le PRT que nous conduisons, nous établissons des liens de réciprocité entre des hypothèses relatives au fonctionnement de la cognition humaine selon des présupposés issus de l’approche de l’enaction (Maturana et Varela, 1992/1994) et les comportements observés des opérateurs dans divers environnements de formation. Notre PRT vise à la fois le développement des concepts et des dispositifs scientifiques utilisés, mais également la transformation des formes d’activités professionnelles (opérateurs et environnements professionnels).
Deux hypothèses fondatrices sous-tendent notre PRT : a) l’activité humaine émerge d’un couplage structurel ; b) l’activité humaine répond à un principe de viabilité biologique et sociale.

2. L’HYPOTHÈSE DE L’ACTIVITÉ COMME ÉMERGENCE DU COUPLAGE STRUCTUREL

Notre première hypothèse consiste à aborder l’activité humaine selon la perspective enactive (Maturana et Varela, 1992/1994). Nous déterminons l’activité comme un phénomène qui implique « personnellement celui qui connaît, enraciné dans sa structure biologique » (Maturana et Varela, 1992/1994). Cette perspective biologico-pragmatico-phénoménologique aborde ainsi l’activité à partir de deux propositions étroitement liées : a) la perception consiste en actions guidées par la perception et b) les structures cognitives émergent de schémas sensori-moteurs récurrents qui permettent à l’action d’être guidée par la perception.

Considérant la première proposition, l’approche enactive se centre sur l’étude de l’individu percevant, et plus spécifiquement sur la manière dont celui-ci guide ses actions dans un environnement donné. Selon cette perspective, il s’agit pour un observateur tiers d’identifier les déformations structurelles qu’engendrent, dans leur interaction constante, l’individu et l’environnement qui agissent comme sources mutuelles de perturbations. En considérant l’individu comme structurellement plastique (Varela, 1980/1989), celui-ci produit, régénère et transforme continuellement ses composants face aux perturbations récurrentes de l’environnement, afin de maintenir un équilibre viable1 en son sein. Ce processus est fonction de la structure de l’individu qui déterminera le domaine des perturbations admissibles ; il est défini comme le couplage structurel (Maturana, 1977). Nous entendons la notion de structure d’un individu comme structure sensori-motrice, à savoir la manière dont l’individu percevant est inscrit dans un corps (Varela, Thompson et Rosch, 1993).
La seconde proposition admet la notion de récurrence de l’émergence des schémas sensori-moteurs comme permettant à un individu la reconnaissance perceptive de formes cognitives cohérentes et signifiantes. Ces formes définissent l’expérience incarnée d’un individu et permettent à son action d’être guidée par cette perception. Nous parlons de reconnaissance par airs de famille (Descola, 2006 ; Wittgenstein, 1961). Ces formes sont considérées comme des réémergences toujours singulières mais comportant une certaine similitude entre elles de par les limites structurelles des corps biologiques et des environnements. Elles revêtent par conséquent un caractère anthropologique qui leur confèrent des propriétés intéressantes pour la formation. L’identification de ces formes au sein d’un collectif de travail est un enjeu majeur dans nos projets de compréhension et de transformation de l’activité.
Dans notre perspective de PRT, il s’agit précisément de considérer l’expérience d’un individu comme une histoire cognitive qui se définit comme une série d’actions concrètes, incarnées et historiquement situées. L’objectif de notre PRT consiste à observer des individus – des opérateurs– in situ, dans divers environnements professionnels et à retracer la série des déformations structurelles de chacun d’entre eux qui constituent leur histoire cognitive. Il s’agit de décrire leurs différentes manières d’interagir avec un environnement professionnel donné, en vue de rendre compte de leurs dérives naturelles (Maturana et Varela, 1992/1994), c’est-à-dire de leurs trajectoires expérientielles.
Nous développons la notion de viabilité dans la section suivante.

Nous proposons le terme de référentiel d’activités comme regroupant ces différentes histoires cognitives. Nous concevons ces référentiels à partir de nos observations, selon une logique située et historique. Ils sont à considérer comme ressource – au sens du plan-ressource de Suchman (1987) – pour les chercheurs, les dirigeants et les opérateurs d’une institution professionnelle. Ce type de référentiel permet de proposer des transformations de l’environnement professionnel (agencement, procédures, etc.) et/ou des opérateurs. Leur co-construction avec les opérateurs génère l’apparition de phénomènes de prise de conscience, la construction de consensus et/ou la conception de dispositifs de formation signifiants. En prenant appui sur l’expérience singulière des individus, notre démarche permet « la mise en débats » des manières d’agir au sein d’un collectif. Elle permet également aux différents collectifs impliqués d’avoir cours sur les transformations envisageables. Cette perspective, nous éloigne des répertoires ou catalogues de compétences établis selon un raisonnement thématique relevant de catégories logiques et fonctionnant comme la norme à suivre, voire à reproduire pour qu’un opérateur se définisse comme compétent.

La co-conception d’un référentiel d’activité dans le domaine hospitalier

Pour illustrer notre première hypothèse, nous rendons compte brièvement dans cette section de la co-conception d’un référentiel d’activités avec des formateurs et formatrices2 d’infirmiers et infirmières dans les services d’anesthésie, d’urgences et des soins intensifs de trois hôpitaux publics de la Suisse romande. Dans le cadre d’un mandat d’analyse du travail mené en étroite collaboration avec l’Institut Fédéral des hautes écoles en Formation Professionnelle (IFFP) du site de Lausanne, notre démarche a consisté à retracer les histoires cognitives de plusieurs formateurs des trois services, dits de soins aigus. Notre méthode repose sur trois étapes. La première réside dans le recueil des significations quotidiennes que les opérateurs construisent au contact de leur environnement professionnel. Dans ce cadre, nous avons a) recueilli les traces filmées de l’activité réelle de 10 formateurs des trois services sur la place de travail ; et b) mené des entretiens de remise en situation dynamique (Theureau, 1992/2004). La deuxième étape a consisté à re-construire chaque histoire cognitive pour en dégager une modélisation de l’activité du formateur acceptable pour les trois services hospitaliers. Dans un premier temps, nous avons procédé à l’identification des schémas récurrents d’activités, c’est-à-dire des formes cognitives, cohérentes et signifiantes des opérateurs d’un même service. Dans un second temps, nous avons déterminé des catégories génériques ou invariantes d’activité qui rendent compte de l’activité des formateurs des trois services. La troisième étape concerne l’exploitation des modélisations en formation, qui a permis, d’une part la conception de l’architecture de formation du Certificate of Advanced Studies (CAS) pour formatrices/formateurs cliniques, à l’IFFP et d’autre part, l’intégration et la conception d’espaces enrichis permettant la remobilisation d’expérience pour les participants par l’usage de vidéos extraites du corpus de recherche.

3. L’HYPOTHÈSE DE LA VIABILITÉ

Notre deuxième hypothèse renvoie à un principe de viabilité qui inscrit les transformations structurelles d’un opérateur dans une dynamique d’échanges avec un environnement (Meuwly-Bonte et Roublot, 2010). Nous parlons d’un environnement « proscriptif » (Varela, Thompson et Rosch, 1993) en considérant qu’un opérateur évolue en fonction des perturbations qu’il est capable d’appréhender selon sa structure. En s’opposant à une vision prescriptive qui considère l’opérateur comme devant s’adapter de façon optimale, efficace ou performante à l’environnement, la logique proscriptive considère toute action entreprise par un individu comme permise aussi longtemps qu’elle ne s’oppose pas à la contrainte d’avoir à maintenir la viabilité du système vivant (Varela, Thompson et Rosch, 1993). Ce principe de viabilité sous-tend l’idée qu’un opérateur ne vit jamais deux fois la même interaction. Il crée sans cesse une réponse viable face à l’environnement ; il cherche sans cesse « le chemin approprié vers le moment suivant, en utilisant ses ressources pour agir comme il convient » (Varela, 1992). Nous pouvons alors reconnaître qu’un opérateur est en perpétuelle transformation. Si nous considérons son expérience cognitive comme discontinue (Berthoz et Petit, 2006 ; Varela, Thompson et Rosch, 1993), nous reconnaissons alors qu’émerge, à chaque instant, des micro-identités relatives à son activité. A l’instar de Lahire (1998), l’opérateur se conçoit comme une pluralité d’abrégés d’expériences incorporées. En tant que chercheurs, il s’agit d’aborder l’activité humaine comme une succession de transformations. En tant qu’observateur, il ne s’agit plus de mesurer un écart à la norme prescrite, mais de considérer les possibilités d’actions des individus qui s’offrent à l’observation, de considérer que des formes d’activité se construisent de manière « inédite » et qu’elles peuvent être stabilisées et échangées dans un collectif de travail (Roublot et Meuwly, 2014).

Ce principe de viabilité intègre l’individu dans sa singularité mais également dans une culture professionnelle. Notre PRT reprend, en effet, une série d’éléments issus du courant historico-culturel (Vygotsky, 1927 ; Leontiev, 1976). Nous considérons l’évolution de l’activité humaine comme relevant d’un processus de culturalisation. L’enracinement biologique de l’Homme, certes premier dans l’importance de considérer la notion de viabilité, ne constitue qu’un arrière-plan limité pour la compréhension des phénomènes professionnels ayant trait à la santé au travail. Il ne s’agit pas de minimiser l’importance de la prise en considération de ce capital biologique mais davantage de mettre en évidence le caractère culturel de ses phénomènes. En effet, les collectifs de travail produisent historiquement des arbitrarités relatives. La mise en interaction prolongés de plusieurs individus rend compte, dans notre approche, de la construction d’un domaine consensuel, c’est-à-dire de la co-construction de formes d’activités créées et partagées par les membres du collectif. Ces arbitrarités s’apparentent à des manières de faire, de penser, de communiquer ou de s’organiser. Elles sont les éléments constitutifs d’une culture locale toujours renouvelée. Certaines de ces arbitrarités vont, au travers de luttes ou de débats inter-individuels, s’installer progressivement comme légitimes et délimiter temporairement la culture dominante du collectif (Bourdieu, 1980). Vivre au sein d’un collectif revient par conséquent à composer avec ces formes d’activités. Les conduites individuelles sont ainsi polarisées par les habitudes et les conventions collectives qui sont constitutives des environnements professionnels. Un opérateur faisant émerger une micro-identité à chaque instant fait face aux multiples autres micro-identités de ses collègues. Diverses histoires cognitives sont en présence et doivent pouvoir être convergentes pour qu’un collectif de travail puisse fonctionner. Nous parlerons ici de viabilité sociale. Si une micro-identité est considérée comme non légitime par un ou des membres influant du collectif, alors l’acteur a le choix de transformer ses actions pour faire émerger une nouvelle micro-identité « conforme », de s’engager dans un projet de légitimation de son activité et donc de transformation de la culture locale ou d’affronter des phénomènes de mise à distance du collectif ou des acteurs dominants du collectif. Alors que la notion de non-viabilité, selon une perspective biologique, renvoie à la désintégration de la structure d’un système vivant – donc à sa mort – la perspective sociale renvoie à la non-acceptabilité de micro-identités, c’est-à-dire d’agrégats singuliers de manières de faire, de parler ou de penser.

La conception d’une plateforme numérique de formation

L’illustration de notre deuxième hypothèse repose sur un environnement numérique en cours de conception dont l’objectif consiste à favoriser l’hybridation des dispositifs de formation à la Haute Ecole Pédagogique de Lausanne (HEPL). Il s’agit de concevoir une plateforme numérique de formation qui propose aux formateurs de la HEPL ce que nous avons nommé des « pistes » d’actions au regard des besoins éprouvés en termes d’hybridation de leurs cours. Une piste est à considérer comme « [une activité instrumentée] de formation articulant a) un ou [plusieurs] outils [numériques], b) une ou des configurations d’activités viables et fructueuses [issues de l’activité réelle d’un ou plusieurs formateurs], c) une ou des finalités pédagogiques/didactiques (Perrin, Uldry et Deschryver, 2017). La plateforme numérique comporte un moteur de recherche qui, à partir de ces trois dimensions, présente au formateur de la HEPL un ensemble de possibles d’actions relatifs à la conception d’un dispositif de formation hybride.
Le principe de conception de la plateforme repose sur une démarche d’accompagnement des formateurs qui prend pour base la documentation des trajectoires expérientielles des formateurs ayant conçu un dispositif de formation hybride déjà opérant au sein de la HEPL. Ainsi, un ensemble de trajectoires de conception sont répertoriées et modélisées sur la plateforme numérique en tant qu’offre de possibles. Des agrégats numériques comprenant par exemple des traces vidéo des séances, des canevas de cours ou des entretiens de remises en situation des enseignants et apprenants sont indexés et mis à disposition sur la plateforme. Ils permettent par hypothèses à un utilisateur/formateur de préciser de proche en proche ses propres besoins en matière d’hybridation. En proposant au formateur des pistes d’hybridation déjà opérantes au sein de son environnement professionnel, la plateforme vise à favoriser sa mise en capacité pour son futur projet d’hybridation. En expérimentant son propre dispositif hybride de formation conçu à partir de « pistes », l’utilisateur/formateur s’approprie ainsi certains éléments de la culture d’hybridation déjà présente au sein de la HEPL, mais ils participent également à la mise en circulation de son activité auprès des étudiants et/ou de ses collègues et donc à la transformation de cette même culture. La possible numérisation de cette nouvelle activité d’hybridation au sein de la plateforme permet enfin une légitimation et une capitalisation de cette nouvelle forme d’hybridation auprès du collectif. La plateforme constitue ainsi un référentiel d’activités évolutif. Elle n’est pas à considérer comme un environnement renfermant des procédures de conception de dispositif de formation hybride que les utilisateurs seraient tenus d’appliquer, mais elle a pour fonction de soutenir et d’encourager le processus de construction et diffusion d’une culture institutionnelle de l’hybridation des dispositifs de formation à la HEPL.

4. LE RAPPROCHEMENT DE L’APPROCHE DE L’ENACTION ET DE L’ERGOLOGIE

Lorsque la démarche enactive parle de couplage structurel, comme relevant de l’interaction entre un individu et un environnement et comme source de l’histoire cognitive d’un individu, la démarche ergologique parle des rapports entre vivre humain et milieux de vie dans une médiation vivre/milieu qui est accomplie par le corps-soi, en tant que matrice de l’activité humaine (Schwartz et Echternacht, 2009). Nous retrouvons la dimension biologique que nous empruntons à Maturana et Varela (1992/1994) et que les ergologues empruntent à Canguilhem (1965). Pour ces derniers, il s’agit de rendre compte de la dynamique inter-constitutive de l’individu et du milieu comme activité où normes physiologiques et sociales sont en débat. Cette activité de débats de normes est accomplie par le corps-soi qui détermine son propre champ d’interactions et se détermine lui-même, au regard de l’histoire de ses interactions avec des milieux diverses. L’individu est donc un corps-soi où s’enregistre « [les] rencontres toujours renouvelées entre un être en équilibre plus ou moins instable et une vie sociale avec ses valeurs, ses sollicitations, ses drames » (Schwartz et Echternacht, 2009). Nous relevons une similitude des approches enactive et ergologique qui rendent compte de la singularité au travail comme processus incessant de subjectivation du réel au travers de la notion d’activité incarnée et historiquement située d’une part et de corps-soi d’autre part. Dans les deux cas, cette subjectivation s’apparente à une ré-appropriation ou à une transformation d’un héritage historiquement constitué au sein des collectifs de travail par couplage structurel d’une part et par débats de normes d’autre part.
Par le fait que l’activité est toujours une singularité, son étude renvoie ainsi à la nécessaire prise en compte des significations des opérateurs. Les méthodes que nous mettons en place dans notre PRT relève d’entretiens de remise en situation dynamique qui permettent la verbalisation des opérateurs à partir des traces de leur activité. Nous documentons ainsi l’activité en réintégrant la part de subjectif du vécu de chaque opérateur dans les modélisations que nous proposons. Celles-ci sont, dans un second temps, présentées à chaque opérateur pour déterminer leur acceptabilité et pour tester nos hypothèses de recherche. Cette méthode d’autoconfrontation de second niveau favorise la participation des opérateurs à la recherche, les portant à adopter une position analytique au regard de leur activité (Theureau, 2010). Cette méthode relève d’une éthique de participation que nous suivons. Nous rejoignons ici les propositions de dispositif à trois pôles promus par l’ergologie.
Enfin, la notion d’activité humaine décrit, dans notre perspective, le processus générateur et organisateur de la co-évolution des structures individuelles et des structures collectives. Parce qu’elle est toujours une émergence corporelle singulière, polarisée par le préexistant matériel et culturel, l’activité humaine produit une subjectivation du social et par conséquent une transformation orientée des structures subjectives. Cependant, étant toujours vectrice de nouvelles synthèses corporelles, elle est également une socialisation du subjectif, c’est-à-dire toujours une manifestation publique d’un corps singulier ayant des effets matériels et culturels qui participe d’une transformation des structures objectives et/ou collectives. Par l’articulation qu’elle permet entre les dimensions individuelles et collectives, la notion d’activité apparait être une perspective essentielle dans tout projet ayant une visée de compréhension et de transformation du social. En défendant l’importance de l’analyse de l’activité dans la construction d’une réflexion critique et constructive sur les conditions d’existence et de travail des individus, nous rejoignons encore le projet ergologique tel qu’il a été développé ces trente dernières années par Yves Schwartz.

Références

Bourdieu, P. (1980). Le sens pratique. Paris : Les Editions de Minuit.

Canguilhem, G. (1965). La connaissance de la vie. Paris : Vrin.

Descola, P. (2006). Par-delà nature et culture. Paris : Gallimard.

Durand, M., Meuwly-Bonte, M., & Roublot, F. (2007). Un programme de technologie de formation centré sur une approche auto-référencée de l’activité. Travail et Apprentissages, 1, 76-91.

Lahire, B. (1998). L’homme pluriel. Les ressorts de l’action. Paris : Nathan.

Leontiev, A. (1976). Le développement du psychisme. Paris : Éditions sociales

Maturana, H. R. (1997). Biology and langage : The epitemology of reality, in G. A. Miller et E. Lennenberg (éd), Psychology and biology of langage and thought, New York : Academy Press, 27-64.

Maturana, H. R. & Varela, F. J. (1992/1994). L’arbre de la connaissance. Paris : Addison-Wesley France. Meuwly-

Bonte, M. et Roublot, F, (2010). Les artefacts dans la conception d’environnements de formation : analyse de l’activité de trois étudiants dans un Centre de ressources de Langue, in D. Adé et I. de Saint-Georges. Les objets dans la formation et l’apprentissage : usages, rôles et significations. Toulouse : Octarès, 231-250.

Perrin, N. (2010). Collaboration entre chercheur et acteurs : rôle de l’objet d’étude et de l’observatoire dans une approche “cours d’action”. Recherches en éduction, Hors Série n°1, 85-96.

Perrin, N., Uldry, S., & Deschryver, N. (2017, 4-6 juillet). Hybridation des dispositifs dans la formation à l’enseignement : comment favoriser la transformation d’une activité découlant d’une tâche discrétionnaire ? Papier présenté aux Quinzièmes rencontres du réseau international de recherche en éducation et en formation (RÉF 2017), Paris.

Pinsky, L. (1992). Concevoir pour l’action et la communication : essais d’ergonomie cognitive. Berne : Peter Lang.

Pinsky, L., & Theureau, J. (1987). L’étude du Cours d’Action. Analyse du travail et conception ergonomique (Vol. 88). Paris : CNAM.
Roublot, F. et Meuwly, M. (2014). Dynamiques expérientielles, dispositions à agir et transformations institutionnelles : construction et actualisation de formes d’expériences dispositionnelles dans une équipe de production d’une oeuvre lyrique, in A. Müller et I. Platzaola, Dispositions à agir, travail et formation, Toulouse : Octarès, 33-52.

Schwartz, Y. (2009). Produire des savoirs entre adhérence et désadhérence. In P. Béguin & M. Cerf (Eds.), Dynamique des savoirs, dynamique des changements, Toulouse : Octarès.

Schwartz, Y. & Echternacht, E. (2009). Le corps-soi dans les milieux de travail : comment se spécifie sa compétence à vivre ? Corps, 6, (1), 31-37. http://www.cairn.info/revue-corps-dilecta-2009-1-page-31.htm

Schwartz, Y. (2012). Les deux paradoxes d’Alain Wisner. Anthropotechnologie et ergologie. Ergologia, 8, 131-181.

Suchman, L. A. (1987). Plans and situated actions. Cambridge : Cambridge University Press.

Theureau, J. (1992/2004). Le cours d’action : Méthode élémentaire. Toulouse : Octarès.

Theureau, J. (2010). Les entretiens d’autoconfrontation et de remise en situation par les traces matérielles et le programme de recherche « cours d’action », Revue d’anthropologie des connaissances, vol 4, 2, (2), 287-322.

Varela, F. (1980/1989). Autonomie et connaissance. Essai sur le vivant. Paris : Seuil.

Varela, F. (1992/2004). Quels savoirs pour l’éthique ? Action, sagesse et cognition. Paris : La Découverte.

Varela, F., Thompson, E., Rosch, E. (1993). L’inscription corporelle de l’esprit. Sciences cognitives et expérience humaine. Paris : Le Seuil.

Vygotski, L. S. (1927). La signification historique de la crise en psychologie, trad. franç. de Barras et Barberies. Lausanne-Paris : Delachaux & Niestlé, 1999.

Wisner, A. (1997). Anthropotechnologie, vers un monde industriel polycentrique. Toulouse : Octarès.

Wittgenstein, L. (1961). Investigations philosophiques. Paris : Gallimard.