Care et lutte de classe

Marie-Hélène Motard

Mon propos s’inscrit dans le cadre d’une recherche que je conduis actuellement dont le thème est « Care et syndicalisme ».

Le « care » est un terme anglais qui renvoie aux activités par lesquelles nous prenons soin des êtres ou des choses. On pense à l’expression anglaise « To take care of  somebody ». En français, on traduit souvent le care, par le mot « soin » ou encore par les termes de « sollicitude » ou de « souci de l’autre ». Dans tous les cas, le care désigne à la fois une posture éthique marquée par la préoccupation du bien-être de l’autre et une activité qui vise à répondre à ce souci.

Mon hypothèse de départ est qu’il existe des activités de care dans les syndicats mais que ces activités ne sont pas sans entrer parfois en conflit avec les normes et les valeurs héritées du syndicalisme1.

C’est là où mon travail de recherche rencontre non seulement les théories du care, mais également l’ergologie et l’œuvre de Yves Schwartz avec l’idée que tout travail engage nécessairement des débats de normes et de valeurs (au sens où on se débat avec quelque chose), en même temps que ces normes et ses valeurs sont retraitées par l’activité elle-même2.

L’objet de mon propos est de donner un exemple de ces conflits de normes et de valeurs tels qu’ils peuvent apparaître dans le milieu syndical et pour cela, je partirai de la définition du care telle qu’elle est élaborée par Joan Tronto dans Un monde vulnérable à savoir :

« Une activité générique qui comprend tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et réparer notre « monde », de sorte que nous puissions y vivre aussi bien que possible. Ce monde comprend nos corps, nous-mêmes et notre environnement, tous éléments que nous cherchons à relier en un réseau complexe, en soutien à la vie. »3 (Tronto, 2009, p.143)

  1. Voir à ce sujet l’article intitulé « Travail du care et travail syndical », in Gérard Grosse (dir.), « Syndicaliste, c’est quoi ce travail ! », éd. Syllepse, Paris, 2017

2. Schwartz, Y., Le paradigme ergologique où un métier de philosophe, ed.Octarès, Toulouse, 2000, p.77 et ss.

3. Tronto, J., Moral boundaries : a political argument for an ethic of care, ed.Routledge, 1993 ; trad.fr : Un monde vulnérable : Pour une politique du care, ed.La découverte, Paris, 2009

Cette définition a sa pertinence et mon projet n’est pas de la critiquer, mais elle n’est pas sans poser de multiples problèmes susceptibles de nous intéresser, au sens fort du terme, en tant que syndicalistes et chercheurs.

Par exemple, quel est le rapport du care à la question de la transformation sociale ? Je ne dis pas qu’il n’y ait pas, dans les théories du care, des visées de transformation sociale et le sous titre de l’ouvrage précédemment cité de Joan Tronto « Pour une politique du   care », est là pour le souligner. Je dis seulement que ce lien n’est pas évident dans la mesure où « maintenir », « perpétuer » ou « réparer », désignent des activités que l’on pourrait plutôt qualifier de « conservatrices » non pas au sens politique ou négatif du terme, mais au sens positif comme lorsque l’on parle de la conservation des œuvres d’art. Or, conserver ou préserver n’est pas la même chose que transformer. Il y a là une difficulté qui aurait besoin d’être élucidée sur le plan conceptuel.

De même en est-il s’agissant de la finalité de cette activité : « de sorte, nous dit Tronto à propos de notre monde, que nous puissions y vivre aussi bien que possible ». Elle ne dit pas « de sorte que nous puissions y bien vivre », mais « y vivre aussi bien que possible ». Il y a ici un élément de restriction qui interroge et qui, lui aussi, aurait besoin d’être analysé. S’agit-il d’une preuve de réalisme – il n’y a pas de monde parfait – ou de l’expression d’un défaitisme, d’un renoncement à changer le monde radicalement ?

Je montrerai tout à l’heure comment ces points de tension traversent le syndicalisme et en particulier l’activité au sein des CHSCT, mais ce qui m’intéresse, ici, est la façon dont Joan Tronto distingue parmi les activités, celles qui sont du care et celles qui ne le sont pas ou qui ne le sont que partiellement.

Ainsi après avoir distingué les activités de care du jeu ou des activités productrices, elle en vient à parler de l’armée et de la police. En tant qu’il s’agit d’activités protectrices, on pourrait penser, dit-elle, que ce sont des activités de care, et pourtant, il n’en est rien car ce qui caractérise ces activités de protection, est qu’elles se déploient sous la présupposition de l’ennemi et sont des réponses à ce danger potentiel (Tronto, 2009, p.147).

Ce passage est lourd de conséquence s’agissant de l’activité syndicale en ce qu’il nous fait comprendre que l’une des caractéristiques des activités de care est qu’elles ne se déploient pas sous la présupposition de l’ennemi. Or, cette représentation, entendu celle de l’ennemi et plus particulièrement celle de l’ennemi de classe, est omniprésente dans le champ syndical même si elle s’y rencontre à des degrés divers.

Cette remarque ne s’accompagne ici d’aucun jugement négatif à l’égard des syndicats, et ceci d’autant moins qu’il existe toute une tradition philosophique qui voit dans le rapport à l’ennemi l’essence même du politique. Ce n’est dont pas dénigrer le syndicalisme que de pointer l’importance qu’y revêt la figure de l’ennemi, laquelle est à mettre directement en relation avec la finalité même des syndicats à savoir la défense des intérêts matériels et moraux des personnes qui travaillent.

Mon propos signifie seulement que si l’on suit les analyses de Joan Tronto, l’activité syndicale, à l’instar de la police et de l’armée, ne saurait donc être tenue pour une activité de care, ce qui en soi n’est pas grave, si l’on admet que toute activité n’a pas vocation à être une activité de care.

Mais, là où les choses se compliquent ou s’opacifient, c’est lorsque l’on constate l’existence d’activités de cette nature dans les syndicats. Comment peuvent-elles s’y intégrer compte tenu du système de représentations qui sous tend le syndicalisme ? Je pense que si elles le font, comme c’est le cas de fait, ce n’est pas sans tensions, c’est-à- dire sans débats de normes et valeurs, lesquels restent le plus souvent intériorisée et peuvent être source de souffrance chez les militants qui peuvent alors se reprocher de ne pas être suffisamment offensifs ou de « bons » militants.

Je prendrai, pour le montrer, l’exemple de l’activité dans les CHSCT qui cristallise, me semble t-il, tous les points problématiques que je viens d’évoquer qu’il s’agisse de la question de la transformation sociale, ou du rapport à l’ennemi.

Pour cela, il faut tout d’abord admettre que l’activité qui se déploie dans les CHSCT est une activité de care. On s’en convaincra si l’on se souvient que les activités de care sont portées par la préoccupation du bien-être de l’autre. L’attention portée à la souffrance au travail, la définition de la santé par l’OMS qui en fait un état de bien-être complet tant sur le plan physique, mental et social4, sont autant d’éléments qui justifient l’inscription des CHSCT dans le registre des activités de care. Encore, faut-il, pour l’admettre, se garder de ne penser le care que comme une activité spécifiquement féminine, réservée au domaine privé et dont le modèle serait la relation Mère-Enfant et comprendre le care comme un processus intégré pouvant mettre en jeu toute une organisation et une division sociale du travail du care avec des risques de rupture à chacune de ces phases (Tronto, 2009,p. 147 et ss.).

Les questions de savoir ce qu’est un CHSCT, quel son statut au regard des autres instances de représentation des personnels, et quelles doivent être ou devraient être les postures des élus au sein de cette instance montrent que les CHSCT sont des lieux de productions de normes par lesquelles se construisent le sens de l’action et qui varient selon le système de valeurs auquel on se réfère mais aussi en fonction des contextes au sein desquels l’on se situe. D’où une certaine hétérogénéité des représentations et des conceptions de l’action qui peut être source de conflits entre les élus et l’employeur, voire entre les élus eux-mêmes ou bien entre ces derniers et les militants syndicaux siégeant dans d’autres instances.

Pour illustrer ce point, je prendrai appui sur le rapport d’étude réalisé à la demande de l’ANACT en 2012, à l’occasion des 30 ans des CHSCT du privé : les CHSCT, entre dispositifs et pratiques5. On peut y lire les constats suivants :

Nombre d’élus au sein des CHSCT considèrent que le CHSCT n’est pas une instance de représentation des personnels comme les autres. Elle serait, ou devraient être, moins un lieu d’affrontement avec la direction et les autres syndicats que de coopération fondée sur l’idée d’un intérêt commun qu’il y a à préserver ou à améliorer la santé au travail. De là parfois une certaine vision du CHSCT comme une instance plus « neutre », moins « politique », plus « consensuelle » que d’autres instances, fonctionnant davantage comme une « commission » de travail que comme une IRP (p.36).

4. Nous n’ignorons pas, nonobstant, les discussions auxquelles elle se prête quant à savoir si la santé est un état ou une dynamique ; un idéal impossible à atteindre ou bien une

5. Rapport d’étude réalisé par Bernard Dugué, Johann Petit, Catherine Pinatel. https://anact.fr/rapport-detude-les-chsct-entre-dispositifs-et-pratiques

Pour ma part, je verrai dans cette conception du CHSCT l’expression d’une logique de care, avec l’idée que la méthode employée (la non-violence) doit être homogène à la fin visée (le bien-être au travail).

Cette compréhension du rôle du CHSCT et de ses modes opératoires n’est pas sans conséquence par rapport à la question de la transformation sociale dans la mesure où elle peut déboucher sur une tendance à éviter les conflits, les « choses qui fâchent » (p.36), ou conduire à leur externalisation (p.38), les directions syndicales pouvant parfois elles-mêmes préférer réserver certaines questions plus conflictuelles à d’autres instances. On assiste alors à une restriction de l’action du CHSCT (p.36) et à une impossilité d’y aborder les questions touchant notamment l’organisation du travail jugées trop « politiques » pour cette instance.

Il existe, bien sûr, d’autres stratégies syndicales qui consistent, au contraire, à investir l’instance pour y porter « une dynamique revendicative » (p.38), ce qui peut donner des options syndicales aussi diverses que faire de la formation des élus une priorité de façon à ce qu’ils soient une force de proposition, ou, à l’inverse de leur donner la consigne de ne rien faire qui pourrait ressembler à de la coopération les élus se contentant de poser des questions, de dénoncer des situations de travail problématiques, renvoyant l’employeur à ses propres responsabilités.

Cette hétérogénéité des représentations concernant le statut et le positionnement des élus au sein des CHSCT montre comment les logiques de care et les logiques de lutte de classe se croisent et s’entre-choquent au sein des CHSCT, et l’on peut se demander si ce n’est pas cette tension entre deux logiques contradictoires qui est à l’origine, en partie, du turn over important des représentants des personnels au sein de cette instance, en particulier des secrétaires de CHSCT.

L’ergologie nous invite cependant à aller plus loin que le constat de l’existence de logiques contradictoires et à regarder comment ces normes et ces valeurs sont retraitées par l’activité elle-même, ce qui appelle un travail de terrain qui dépasse largement le cadre de cette intervention. Trois pistes m’apparaissent cependant, qui n’ont rien d’exhaustives, et qui correspondent à mon propre effort de re-normalisation pour sortir de ce qui m’apparaît être une impasse théorique conduisant à l’impuissance.

La première consiste, me semble t-il, à prendre en considération la dimension temporelle. C’est dans le temps que s’opèrent, dans les CHSCT, le passage de l’alliance à l’hostilité – et inversement – de sorte qu’il faut introduire la dimension des rythmes, des pulsations propres à chaque instance, les moments de conflits n’étant pas nécessairement négatifs.

La seconde oblige à revenir sur le care : être dans le care, est-ce nécessairement éviter le conflit ? Est-il possible d’être toujours dans le care ? Si les CHSCT sont des instances « politiques » au sens fort du terme, le recours à la force et à la contrainte doit-elle être exclue à titre de possibilité de principe ?6

6. Analysant l’essence du politique, Julien Freund écrit : « Quiconque s’engage sur la voie de la politique doit savoir qu’il risque malgré lui de se compromettre avec la violence, quelques pures et nobles que soient ses intentions au départ. En ce sens, la responsabilité politique exige que l’on prenne la violence en charge ». Qu’est-ce que la politique ? Paris, seuil, 1967, p. 95

Enfin, le troisième point concerne la question de l’ennemi. Qu’est-ce qu’ un ennemi ? La figure de l’ennemi, dans le champ du travail, se réduit-elle, à l’ennemi de classe ? Il me semble avoir observé, au sein des CHSCT, que le moment où surgit la figure de l’ennemi, quelle que soit la nature de cet ennemi (l’employeur, un de ses représentants, un élu appartenant à un autre syndicat, voire au même syndicat), correspond au moment où l’on est empêché dans son activité en tant qu’élu au sein du CHSCT. Là se joue le passage de l’alliance à l’hostilité, parfois en quelque seconde et avec beaucoup d’affects. On peut être empêché parce que la personne qui préside la réunion de l’instance n’a pas de latitude décisionnelle suffisante ou utilise le langage pour empêcher justement que le travail ne se fasse. Mais on peut-être empêché aussi parce qu’un autre n’a pas du tout la même conception de ce qui doit être fait au sein d’un CHSCT. On le voit, c’est une autre conception de l’ennemi qui apparaît ici que la vision essentialisante qu’en donne la lutte des classes. Et c’est de la capacité à analyser et à dénouer ce genre de conflits dont dépend l’efficacité syndicale7.

En conclusion, l’activité au sein des CHSCT permet d’observer le sujet dans les dispositifs de pouvoir. Elle oblige à se demander si le care est institutionnalisable8 et s’il peut y avoir quelque chose comme une politique du care, sans que le care y perde son âme.

7. Nous ne voulons pas dire qu’il n’y ait pas d’ennemi de classe, nous voulons seulement dire que la figure de l’ennemi est plus complexe que ce que l’on pourrait penser au départ.

8. Pattaroni, L., « Le care est-il institutionnalisable ? », in P.Paperman et S. Laugier (dir.), Le Souci des autres, Paris, ed.EHESS, « Raisons Pratiques 16 », p.209 et