Expérience et connaissance du travail : Marx et la philosophie sociale contemporaine

Alexis Cukier

Docteur en philosophie et chercheur associé au laboratoire Sophiapol, directeur du programme « Travail et démocratie » au Collège International de philosophie, auteur notamment de Travail vivant. Affects, pouvoir et critique du travail (dir., PUF, 2017) et de « Critique démocratique du travail » (Tracés, n°32, 2017).

A la différence de celles d’Yves Clot et de Christophe Dejours, l’œuvre d’Yves Schwartz n’a pas été discutée dans le domaine de la philosophie sociale contemporaine, y compris lorsque cette dernière se préoccupe centralement du travail.[1] C’est d’autant plus étonnant que cette discussion philosophique s’est construite autour de la question des implications éthiques et politiques de la normativité spécifique à l’expérience du travail, qui se trouve précisément au cœur de la démarche ergologique de Schwartz. Cette proposition vise à l’inscrire, et plus particulièrement Expérience et connaissance du travail, au sein du débat contemporain dans le domaine de la philosophie sociale. Les arguments qui suivent constituent un moment d’un travail en cours visant à articuler l’étude de la centralité subjective et de la centralité politique du travail, et notamment l’analyse de l’expérience sociale de l’activité et des enjeux du travail pour l’approfondissement de la démocratie (voir à ce sujet des premiers arguments dans l’introduction de Cukier, 2018).

Pour ce faire, je propose d’abord de discuter ici un aspect spécifique – mais central comme le souligne notamment la postface de Bernard Bourgeois – de l’ouvrage issu de la thèse de doctorat d’Etat en philosophie de Schwartz : sa lecture de Marx, et plus précisément la manière dont il enrichit la conceptualité marxienne tout en l’interprétant au prisme de son approche de l’expérience et de l’activité du travail concret (voir les explications dans Schwartz, 2012, p. 937-940). A ce sujet, la proposition théorique d’Expérience et connaissance du travail, notamment dans le chapitre 20, est fort ambitieuse : il s’agit de réinterpréter certains concepts centraux de la théorie marxienne (par exemple : « antagonisme de classe », « appropriation », « force de travail », « force(s) productive(s) », « production » et « reproduction », « travail vivant », « valeur ») en les refondant sur son approche de l’expérience du travail comme « micro-institutions de normes » (ibid., 711), qu’on peut aussi nommer avec l’auteur processus de ou tendance à la « renormalisation ».[2] C’est sur cette base que je proposerai ensuite de comparer l’approche de Schwartz à d’autres théories contemporaines du travail (notamment celles de Dejours et Clot), dans la perspective du débat en cours, dans le domaine de la philosophie sociale, autour de la centralité du travail.

A partir de l’expérience normative du travail, « aller plus loin »[3] que Marx

Examinons deux exemples de cette lecture schwartzienne de Marx. A sujet de la notion marxienne de force de travail, Schwartz distingue tout d’abord entre deux pôles : l’usage de la force de travail renvoie d’une part à l’opération de mesure et d’achat (comme une autre marchandise) de la production de valeur d’usage par le capitaliste, et d’autre part à l’effectuation de ce travail concret par le travailleur. Quelle est dès lors l’unité, fut-elle contradictoire, de ce concept ? En interprétant le deuxième pôle comme « rapport de l’être humain à l’usage de soi comme force de travail » (ibid., 717), Yves Schwartz propose plus qu’une relecture en terme de subjectivité de ce que Marx dans les Grundrisse notamment appelle le « travail vivant » (au sujet de ce concept, depuis Marx jusque dans ses usages contemporains, voir Cukier, 2017). En effet, si ce rapport à l’usage de soi est d’abord une expérience normative, une expérience de micro-institution de normes pour résoudre des problèmes concrets, alors, on peut interpréter autrement le premier pôle : « parce que le travail est à vivre et réel, ce que tente de s’approprier le salaire est beaucoup plus complexe et ambigu » (ibid., 718) que la simple production de valeur d’usage. Ce que le capitaliste cherche à s’approprier, en réalité, c’est précisément le processus par lequel « chaque histoire singulière fixe ses normes de reproduction par rapport aux conditions de son expérience, aux problèmes qui lui sont donnés à résoudre » (ibid.). L’achat de force de travail est donc en réalité une captation de l’intelligence (re)productrice de normes du travailleur : « le capital doit traquer, comme Argus aux cent yeux, les micro-institutions de normes que la concurrence sanctionnera après sur le terrain faussement virginal des rations abstraits » (ibid., p. 711). Autrement dit,  le capitalisme transforme des micro-institutions de normes en argent, et c’est pourquoi la contradiction majeure des sociétés capitalistes (ou « marchandes et de droit ») n’est pas celle qui oppose les forces productives et les rapports de production – ou plutôt c’est la même contradiction, réinterprétée au prisme d’une théorie du travail – mais celle qui oppose l’activité et l’argent (voir notamment ibid., p. 938).

Cette lecture en terme de renormalisation permet également d’approcher autrement la notion d’antagonisme de classe. En effet, au prisme de l’analyse de l’expérience de l’usage de soi et de l’inventivité normative dans la résolution de problème, ce qui résiste et s’oppose au processus de valorisation capitaliste, ce ne sont pas d’abord et de manière indéterminée les conditions de reproduction de la force de travail, ou bien encore comme dans certaines traditions (par exemple opéraïste) le refus spontané du travail chez les ouvriers, mais c’est plutôt le processus même du travail concret. « Si l’antagonisme de classes a une réalité qui n’a pas été pure idéologie, c’est bien parce que c’est dans l’activité industrieuse que se déterminent et se précisent ces exigences concrètes » (ibid., 724). Il n’y a donc pas de « métanorme » de la justice au travail : c’est à chaque fois, et de manière imprévisible, dans l’activité que peuvent se construire les normes à opposer à la valorisation capitaliste. Si bien que cette conception de l’antagonisme de classe interne à l’activité a, « sur le plan du politique et de la gouvernance de l’activité humaine », des conséquences radicales : « dès lors que nous approchons le « travail comme expérience », c’est-à-dire comme séquences indéfinies de débats et de renormalisations, toute gouvernance de l’activité (industrieuse) humaine est astreinte à une posture clinique, à un réapprentissage continu du traitement par les groupes humains des tâches à accomplir » (ibid., 941) Ainsi, la perspective d’une réappropriation démocratique du travail par les travailleurs change également de sens (voir ibid., 684, 728, 733) : il ne s’agit plus tant de planifier démocratiquement l’économie que de gouverner démocratiquement l’institution de normes dans l’activité.

 

Au sujet des apports de Schwartz à la philosophie sociale contemporaine

Ces deux exemples permettent d’illustrer l’apport de l’œuvre de Schwartz à la critique du capitalisme par la philosophie sociale contemporaine. Si l’aliénation (terme qu’emploie peu Yves Schwartz[4], et qu’il identifie parfois à celui d’exploitation) consiste, pour les capitalistes, en ce qu’ils « traquent dans les hommes qu’ils emploient et qui consomment leurs marchandises la renaissance multiforme de l’institution des normes » (ibid., 707), alors le capitalisme doit être critiqué dans la mesure où il aliène cette activité de renormalisation des travailleurs dans leur activité. C’est à partir de cette approche schwartzienne de l’aliénation que je propose ici d’ouvrir une discussion concernant ses apports à la philosophie sociale contemporaine, en les comparant d’abord aux conceptions respectives de l’aliénation par la clinique de l’activité et la psychodynamique de l’activité, et ensuite à d’autres réinterprétations philosophiques récentes de cette catégorie, notamment comme captation de la coopération chez Michael Hardt Toni Negri et comme désobjectivation chez Franck Fischbach.

Du point de vue de la philosophie sociale du travail, l’apport commun des théories du travail de Schwartz, Clot et Dejours consiste à montrer qu’y compris au sein du « travail aliéné » dans le mode de production capitaliste, l’activité des travailleurs comporte nécessairement une dimension d’inattendu, en décalage avec la prescription. Pour Dejours, ce qui est en jeu dans le « travail vivant » est la « corpspropriation » et l’épreuve affective du sujet face à la « résistance du réel », qui prend notamment la forme de « défenses », individuelles ou collectives, face à la souffrance (voir à ce sujet Dejours, 2009). L’aliénation, liée notamment aujourd’hui aux nouvelles formes d’organisation managériales fondées sur la peur, le mensonge, l’individualisation et le déni du rapport au travail, consiste en la « non reconnaissance (par les autres qui se soumettent à la loi du silence et de l’obéissance à la domination managériale) de la qualité et de la véracité du rapport qu’un sujet entretient avec le réel » (Dejours, 2006, p. 129). Autrement dit, l’inattendu concerne d’abord le rapport affectif à soi et aux autres des travailleurs, et l’aliénation consiste dans une instrumentalisation de ce rapport.

Pour Clot, l’inattendu en question concerne le développement du « pouvoir d’agir de l’individu sur le milieu de travail » (Clot, 2008, p. 30) par l’intermédiaire notamment de la réappropriation collective du « genre » et du « style » professionnels. A l’inverse, l’aliénation consiste dans une « désaffection » du travailleur dans son milieu de travail. « L’activité des sujets se trouve au contraire désaffectée lorsque les choses, en milieu professionnel, se mettent à avoir entre elles des rapports qui leur viennent indépendamment de cette initiative possible. […] Cette désaffection diminue le sujet, le déréalise, non sans effet quand à l’efficacité même de son action, au-delà des effets sur sa santé » (ibid., p. 7). Autrement dit, l’inattendu concerne le pouvoir d’agir sur le milieu de travail, et l’aliénation entrave le développement de ce pouvoir.

Pour Schwartz, l’inattendu concerne les normes de l’activité. En s’appuyant sur les analyses philosophiques de Canguilhem, il montre que « s’il existe des normes sociales de production, c’est parce qu’il existe des forces productives pour qui il est normal de faire craquer les normes. » (Scwhartz, 2012, p. 706). Le travail nécessite toujours que soit vécue en première personne une « confrontation réussie dans une conjoncture singulière » (ibid.) ; il est sans cesse nécessaire de « recréer les conditions d’obtention de la norme et chercher contradictoirement à la transformer parce que rien n’est jamais pareil ». A cet égard, c’est au sein de ces « rapports hybrides du capital et du travail, de coopération plus ou moins contrainte et d’antagonisme » (ibid., p. 707) que doit être comprise l’aliénation, qui consiste aujourd’hui dans une « déconnexion croissante entre stratégies financières et conditions humaines de la production de valeurs (ibid., p. 939), et plus généralement dans un clivage entre les objectifs économiques de l’entreprise et cette activité de renormalisation.

Du point de vue des catégories de la philosophie sociale, ce retour à une conception de l’aliénation du travail comme clivage (entre activité et argent, entre conditions de la production de valeur et stratégies économiques) permet notamment de faire usage de la catégorie marxienne de l’aliénation – qu’on peut résumer d’une manière compatible avec l’approche schwartzienne comme l’« autonomisation sauvage des rapports sociaux qui prive du même coup les personnes de leur maîtrise d’elle-même » (Sève, 2012, p. 41) – contre certaines de ses interprétations contemporaines. C’est le cas par exemple de l’interprétation de l’aliénation contemporaine du travail comme captation a posteriori de la coopération chez Hardt et Negri. Pour ces auteurs, aujourd’hui « le travail cognitif et affectif produit en règle général une coopération indépendamment de l’autorité capitaliste, y compris dans les circonstances où l’exploitation et les contraintes sont les plus fortes, comme dans les centres d’appels ou les services de restauration » (Hardt et Negri, 2012, p. 195). Cette thèse paraît proche de l’argument des arguments de Schwartz au sujet de la renormalisation. Cependant, en montrant que le conflit autour des normes a lieu au sein même de l’activité, l’ergologie permet de rendre raison du fait qu’il ne s’agit plus essentiellement dans le néomanagement de capter après coup le résultat de la coopération des travailleurs, mais au contraire de l’orienter activement vers les nécessités du procès de valorisation.

De manière différente, certains arguments d’Expérience et connaissance du travail permettent de préciser et compléter l’approche de l’aliénation comme « désobjectivation » de Fischbach, selon laquelle, dans le capitalisme contemporain, l’individu est « de toute part incité à agir en sujet libre et autonome, mais l’accès aux condition et aux moyens objectifs qui lui permettraient de l’être effectivement lui est systématiquement refusé » (Fischbach, 2009, p. 256). L’ergologie permet de comprendre qu’il peut y avoir en même temps temps désobjectivation et renormalisation, et que c’est ici que se joue l’antagonisme entre travail et capital au sein même de l’activité. Mais en même temps, elle permet de préciser cette désobjectivation, en soulignant aussi ses enjeux concrets : ce dont le travailler est dépossédé, ce n’est pas des objets en général, mais ce sont  des conditions (notamment objectives) d’une renormalisation autonome. Si bien que l’ergologie permet de poser plus concrètement ce problème, au croisement entre les analyses de la centralité subjective et de la centralité politique du travail : comment la renormalisation au travail pourrait se donner ses objets et ses institutions ?

Ce sont là deux esquisses d’exemplification de la manière dont la méthode philosophique d’Expérience et connaissance du travail – consistant à relire les problèmes fondamentaux de la philosophie sociale (liés aux théories de de l’histoire, de la société, de l’individualité, de l’aliénation et du capitalisme, et à leur articulation) au prisme d’une analyse du travail concret pourrait contribuer au développement de la philosophie sociale contemporaine.

 

Bibliographie :

 

Clot, Y., Travail et pouvoir d’agir, Paris, Puf, 2008.

Cukier, A. (dir.), Travail vivant et théorie critique. Affects, pouvoir et critique du travail, Paris, Puf, 2017.

Cukier, A., Le travail démocratique, Paris, Puf, 2018.

Dejours, C., Travail vivant, tome II : Travail et émancipation, Paris, Payot, 2009.

– « Aliénation et clinique du travail », Actuel Marx, n°39, 2006.

Deranty, J-P.,  et Smith, N., (dir.), New philosophies of labour. Work and the social Bond, Brill, 2011.

Fischbach, F., Sans objet. Capitalisme, subjectivité, aliénation, Paris, Vrin, 2009.

Hardt M. et Negri, A., Commonwealth, Paris, Stock, 2012.

Schwartz, Expérience et connaissance du travail, Paris, Editions sociales, 2012.

– « Le travail dans une perspective philosophique », Ergologia, n°0, 2008.

– « Un bref aperçu de l’histoire du concept culturel d’activité », Activités, n°4 , 2007

Sève, L., Aliénation et émancipation. Précédé de « Urgence de communisme », Suivi de « Karl Marx : 82 textes du « Capital » sur l’aliénation, Paris, La Dispute, 2012.

[1] Par exemple, il n’est cité qu’une fois – en note de bas de page, et au sein d’une présentation de la démarche spécifique de la psychodynamique du travail dont la différence avec l’ergologie n’est alors pas mentionnée –  dans JP-Deranty et N. Smith, 2011, 224.

[2] « Comme le suggère au niveau microscopique la distinction entre « travail prescrit » et « travail réel », des débats de normes ne cessent d’occuper, de saisir l’activité humaine : débats entre des normes antécédentes, dont le « travail prescrit » peut être l’une d’elles, et des tendances à la renormalisation dont l’existence est attestée au niveau microscopique par le « travail réel » ou « actuel ». » (Y. Schwartz, 2007).

[3] Voir Y. Schwartz, 2012, 931-932.

[4] Voir par exemple Schwartz, 2008, p. 152.