Révolution Numérique ou Informationnelle ? par Jean-Luc Malétra

Jean-Luc Malétras est  syndicaliste. 

Cet article qui poursuit le débat sur la dite “révolution numérique” est aussi, indirectement, un article sur le travail syndical.

Révolution Numérique ou Informationnelle ?

Deux concepts qui ne conduisent pas aux mêmes analyses et revendications.

Il est pour le moins curieux d’observer qu’un consensus semble se dessiner, sans grande critique sur le fond, sur l’idée d’une révolution numérique en cours. Pourtant d’autres approches, analyses, travaux existent, porteurs d’approches différentes, voire antagoniques, mais ceux-ci n’ont pas de place. Les travaux de Jean Lojkine, par exemple, semblent avoir été oubliés, alors que l’actualité montre tout l’intérêt de sa pensée. Pour lui, la révolution est d’abord une révolution de l’information, le lieu d’un conflit créateur entre éducateurs et éduqués, soignants et soignés, formateurs et formés, experts et simples citoyens informés, voire parties prenantes de la construction d’une information plurielle, toujours polysémique. Pour lui, l’Homme, créateur et propriétaire d’information, est le cœur de cette révolution. Il a beaucoup écrit sur le concept qu’il défend[1], celui de la révolution informationnelle, qui souligne-t-il, ne peut en aucune façon être comparé à la Révolution Industrielle, et dont l’histoire n’est pas écrite à l’avance.

Querelles de terme, joutes d’intellectuels ?

 

Des exemples très concrets montrent que, selon l’angle de vue adopté, on peut déboucher sur des options et des revendications très différentes.

La pression est forte pour enfermer la pensée dans un fatalisme technique, nous conduire à des évidences.

Tous les cabinets convergent, la révolution, qu’ils qualifient de numérique, a un impact significatif sur la baisse de l’emploi.

La baisse de l’emploi et/ou leur fragilisation s’imposerait à nous, comme une conséquence inéluctable de la modernité, un fait dû à l’essor du numérique.

Un grand nombre de salariés, de citoyens, (de militants) ont intériorisé cette pseudo évidence, liée à l’usage massif et multidimentionnel de l’informatique.

Pourtant, comme le relève Jean Lojkine, les usages des NTIC ne sont jamais déterminés technologiquement, ils portent toujours en eux la possibilité d’un choix, contradictoire, entre plusieurs politiques.

Sur quoi reposent ces prédictions, ces scénarios catastrophes ? La baisse de l’emploi est-elle fatale ?

Le regard rétrospectif de l’introduction des NTIC est fondamental pour comprendre et traiter les bouleversements en cours.

Ces prédictions reposent sur un parti pris adopté dès les débuts de l’introduction de l’informatique dans l’entreprise dans les années 1980.

Les NTIC ont été vues uniquement sous l’angle d’une évolution technique, offrant l’opportunité d’aller plus avant dans la substitution des hommes par la technologie, et notamment celle de réduire, de façon drastique, les emplois dits “indirects”. Des outils numériques conçus pour favoriser l’externalisation du travail, permettant de “recentrer l’entreprise sur ses métiers”. Or, cette approche passe à côté de phénomènes majeurs qui sont au coeur de la révolution informationnelle. Alors que l’information devient une matière première essentielle, que le travail de création, d’interprétation, de collecte et de diffusion d’informations se trouve mis au premier plan, le type d’emplois, pourvoyeur de ces actions, entre en conflit avec les critères de rentabilité et de profit.

Avec la croissance du travail informationnel, les coûts de la main-d’oeuvre dite indirecte ou “improductive” sont devenus prééminants alors qu’ils sont identifiés par le système (capitaliste) comme étant un coût à réduire.

Cette clef de lecture est essentielle pour comprendre sur quoi reposent les prédictions qui nous sont faites encore aujourd’hui sur l’emploi, suite à la dite «  révolution numérique ».

En bref, plus le numérique va se développer, plus l’emploi va être menacé, la vie durant ces trente dernières années démontrerait l’imparabilité de cette donnée.

Et si nous nous étions laissés “enfumer” dans cette fausse évidence, cette fatalité réclamant allégeance et consensus pour accompagner les bouleversements en cours ?

Est-ce fatal ?

Jean Lojkine met en garde sur le risque d’un fatalisme techniciste. Le concept de révolution numérique ou informatique, selon, ne permet pas de comprendre l’origine et le sens des profonds bouleversements en cours. L’histoire des aiguilleurs du ciel (fin des années 80) représente un exemple remarquable.

Ici deux conceptions de l’usage des NTIC et de l’évolution de l’emploi se sont affrontées, donnant un sens diamétralement opposé à la nature même des NTIC et la place des hommes dans le travail. Opposition entre une stratégie de substitution des hommes par “la machine” (suppression de 11345 aiguilleurs sur 13000[2] aux Etats Unis) et celle de la mise en place de système inter actif homme-ordinateur (en France porté par une coopération syndicale entre l’USAC/CGT et la CGT de Thomson CSF).

La voie française qui a marié informatisation et contrôle humain  a abouti à un dispositif efficace et sûr, alors que l’automatisation complète a provoqué tant d’incidents qu’elle a dû être abandonnée.

Ce qui a été au centre de cette action, c’est la place de l’ « opérateur » humain dans la boucle de régulation informatique.

On pourrait aisément remplacer l’exemple des aiguilleurs par celui, très actuel, des personnels de l’hôpital face à la numérisation, à marche forcée, des hôpitaux – ou encore – l’évolution du ferroviaire et la place des cheminots dans cette “modernisation” guidée essentiellement par des critéres financiers.

Comme pour les aiguilleurs du ciel, il faut penser autrement les outils numériques, les penser sous l’angle d’apport à l’action humaine et à son inter activité, et non pour son élimination et son cloisonnement. Ce qui est central, c’est l’information, permettre sa circulation et sa valorisation.

C’est plus globalement une révolution dans l’usage humain de l’information, ce n’est donc pas simplement une révolution “informatique”. Les NTIC ne sont pour nous que les outils de la révolution informationnelle. Ce qui devient majeur dans la mutation du travail, c’est la création et l’échange d’informations, c’est à dire le développement de l’intelligence humaine à tous les niveaux de l’entreprise et de la socièté, l’exigence majeure de nouvelles formes de coopération directe, horizontale, entre les hommes, entre les fonctions autrefois cloisonnées ou divisées.” [3]. Ce fond est au centre de la bataille menée par la CGT du Groupe Thales depuis 2012 pour le développement de la filière dispositifs médicaux et technologies de la santé[4]. Les savoirs et qualifications des salariés de l’industrie de l’électronique militaire sont bâillonnés, la recherche développement est sclérosée, en somme, un trésor d’informations se trouve spolié par l’industrie militaire. Une somme d’informations financées dans sa quasi totalité par des fonds publics que la direction de Thalès devrait restituer à la collectivité, juste retour des financements accordés par la puissance publique.

Cette action, pour le développement d’une filière française de l’industrie médicale, nous permet d’identifier quelques points d’incompréhension.

D’une part, la croyance en la neutralité des outils est fort. La question pour nos interlocuteurs (médecins, ingénieurs, …) ce n’est pas l’outil, mais l’usage que l’on en fait qui serait important.

D’autre part, et ceci n’est pas sans lien, nous constatons une grande sous-estimation des enjeux industriels, et donc, de l’intérêt à agir pour une réindustrialisation.

L’anticipation a toujours été une demarche recherchée par la CGT, mais dans le cadre de la révolution informationnelle, cela est central.

Sauf à considérer que la technique, les technologies sont neutres, et que l’action syndicale majeure doit être concentrée sur une “bonne” mise en oeuvre de ces dernières, il faut intervenir à la naissance de tout projet de développement et rechercher la plus grande implication du personnel, favoriser les relations transverses, en somme recueillir et faire la synthèse des informations, aspirations, des acteurs, une implication nouvelle avec l’ensemble des catégories du personnel. Ceci s’opposant à tout projet élitiste reposant sur un “projet d’ingénieur”.

Doit-on ou pas intervenir sur ces sujets ?  Ne pas le faire, c’est restreindre l’action syndicale à l’accompagnement de la numérisation, à n’agir que sur le désserrement des contraintes, le traitement des sur-effectifs, se débattre, en quelque sorte, dans le coin du ring.

Etre le syndicat de l’anticipation n’est pas chose aisée. Cela demande un travail inscrit dans la durée et la persévérence. Il est très difficile de gagner une mobilisation de masse sur des “choses” qui ne sont pas encore vécues. L’anticipation, c’est, un plan de travail syndical qui combine dialectiquement formation, dialogue et information suivie dans le temps.

Dans le cas du conflit des aiguilleurs du ciel, les CGT impliquées ont organisé des visites croisées (centres de contrôles, centre d’études de la navigation aérienne, Etablissements Thomson/CSF, …), des séances de travail inter CGT, la mise en relation de techniciens et ingénieurs (non syndiqués) des différentes entités …

Nous retrouvons cette même démarche dans l’action en cours pour le développement d’une filière industrie médicale, avec une petite variante, celle de tenter d’utiliser les NTIC pour mieux informer et échanger avec tous les acteurs de la filière, les assurés sociaux, associations de défense des patients (création d’un site de suivi de l’action sur internet).

La révolution informationnelle et ses outils numériques : cela nous regarde.

Il faut anticiper, pour renverser cette informatisation à l’envers qui, depuis plus de trente ans, cherche à adapter les hommes, leur travail, à la logique du progiciel conçu comme une véritable « machine-outil du secteur tertiaire ».

Il est majeur d’engager dans l’entreprise des débats ouverts sur la nécessité d’une nouvelle répartition des tâches, une nouvelle coopération entre ingénieurs, techniciens, ouvriers et employés (médecins, infirmières, …), et de définir ensemble les cahiers des charges des outils qu’il serait bon de développer.

Il est important de s’intéresser aux évolutions des métiers, de détecter les nouveaux métiers qu’il serait bon de développer pour améliorer la santé au travail et travailler plus efficacement, de créer des passerelles pour favoriser des évolutions de carrière.

Une tâche qui ne va pas de soi lorsque l’on sait que nous devons mettre en mouvement des gens qui n’ont connu, pour une grande part, que les règles d’un management du chacun pour soi, et où la perception dominante est celle de la neutralité des techniques et des technologies.

Oui, une nouvelle révolution est en route, ses effets ne sont pas écrits d’avance.

 

[1] Cf. J. Lojkine, La révolution informationnelle, PUF, 1992.

[2] Après deux jours de grève dans la profession, la réaction du président Reagan est cinglante, il annonce l’automatisation totale de la fonction et le licenciement immédiat de…………………………………………………

[3] Cf. J. Lojkine et J.L. Malétras, la guerre du temps, Le travail en quête de mesure, ed. L’Harmattan, Paris, 2002.

[4] Site web www.imageriedavenir.fr