Message d’un syndicaliste à l’adresse du colloque

A quoi peut servir ce colloque ?  Par Grégoire MUNCK

Militant syndical et politique je répondrais par une autre question. Une personne qui reconnaît travailler fait-elle de l’ergologie sans le savoir ? Oui répondrait sûrement quelqu’un qui s’intéresse à l’ergologie car étant, dans son activité, au cœur des contradictions que porte aujourd’hui le travail, il résout quotidiennement et dans la pratique les sujets d’études de l’ergologie. Non répond le militant que je suis car faire pleinement quelque chose passe d’abord par une prise de conscience. Je peux éparpiller des graines et cueillir des légumes cela ne fait pas de moi un jardinier si je ne prends pas conscience du processus qui doit se dérouler.

L’enjeu se situe visiblement là lorsque les mots travail et démocratie sont mis côte à côte. Il me semble que ceux qui travaillent s’interdisent de tenir un raisonnement sur leur travail. Dans mes activités militantes je rencontre beaucoup de personnes, militant de l’émancipation, qui ont du mal à passer le cap de la simple description de la situation actuelle. Il n’y a qu’à lire les tracts pour se rendre compte que l’espace réservé aux perspectives est souvent faible et oscille entre liste à la Prévert et déclaration d’intention.

L’ergologie a développé des outils théoriques de compréhension sur le travail. Il me semble intéressant d’examiner comment ces outils sont accessibles au plus grand nombre. Cette maitrise permettrait l’intervention des principaux concernés pour remettre en cause les normes qui définissent le modus vivendi actuel du marché du travail.

Il est souvent difficile de contrecarrer le discours des employeurs tant le rapport de subordination pèse sur le débat. Avoir à disposition une contre logique basée sur une démarche scientifique peut aider à légitimer les arguments pour une émancipation du travail. Il me semble que l’un des aspects à développer ne concerne pas seulement l’acte de travail individuel mais les actes de travail dans le collectif de travail. La force du libéralisme a été d’individualiser le travailleur, l’isoler pour mieux le mettre en concurrence avec les autres travailleurs. Développer une ergologie du collectif de travail me semble être un outil pour retisser les solidarités entre les individus.

Puisqu’il sera question des conséquences du numérique sur le travail je voudrais souligner un point qui me semble fondamental. Le numérique ne change pas en soi le travail. Il change le rapport du travailleur à l’outil. L’outil a été longtemps le prolongement de la main ou du corps. Aujourd’hui l’outil devient aussi le prolongement du cerveau. La question qui se pose est de savoir si celui qui travaille prend conscience de ce rapport. Si ce n’est pas le cas alors nous assistons à une négation du travail. Nous revenons à l’esclave servant de force propulsive.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *