En quoi le travail ouvre-t-il de nouvelles perspectives au mouvement syndical ? par Yves Baunay

C’est le fil rouge qui a été déroulé lors du colloque-séminaire pour les dix ans du chantier travail de l’Institut de recherche de la FSU, les 1er et 2 février 2017 à Paris.

Quatre ateliers ont débattu et confronté des réflexions de militant-e-s à partir d’expériences de recherches sur le travail, d’expériences d’activité syndicale notamment en CHSCT, sur les lieux de travail… Il s’agissait de mettre en évidence des questions vives relatives aux difficultés et/ou potentialités des mobilisations syndicales et des engagements de chercheur-e-s, de syndicalistes, de travailleurs et travailleuses, d’organisations syndicales, dans la transformation du travail.

Nous avions demandé à Yves Schwartz en tant que philosophe, ergologue, syndicaliste, d’évoquer « les réserves d’alternatives inhérentes au travail comme activité humaine, le travail comme creuset d’intenses et critiques débats de normes et de valeurs, où se posent les questions des finalités de la vie sociale ».

En se frottant aux controverses sur le travail et le travail syndical, ne contribuons-nous pas à l’élaboration d’alternatives sociales, syndicales et politiques ?

Pour ouvrir le débat sur ces sujets, nous renvoyons à ce texte en guise de première contribution : « Les rapports du syndicalisme au travail : le mouvement syndical au seuil de l’activité de travail ? » , en forme de compte-rendu de débats.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *