Projet scientifique

Penser et réaliser la transformation du travail :
l’apport de la démarche ergologique
et de l’œuvre d’Yves Schwartz


1.    Les objectifs du colloque : histoire, actualité, perspectives d’une démarche

Le colloque est organisé par un ensemble d’acteurs d’horizons différents (universitaires, syndicalistes, intervenants) qui ont en commun le souhait de faire connaître, et mieux connaître, les questions et les développements de l’approche ergologique, en soulignant son ancrage dans le travail philosophique de Yves Schwartz. Il n’y a jamais eu à Paris de colloque, ni même de rencontre, consacrée à cette approche qui, sans que cela se sache toujours, a joué un rôle important (d’abord sous le nom d’analyse pluridisciplinaire des situations de travail) dans l’émergence puis le développement de ce qui est devenu le champ prolifique des recherches et des pratiques sur le travail et l’activité humaine.

Si le projet est porté de façon large, et non strictement universitaire, réunissant des univers encore trop étanches, c’est le produit même de la démarche ergologique qui a pour objet l’interpellation de notre mode de production des connaissances, lequel accorde peu de place à l’expérience. L’ergologie, démarche d’appréhension de l’activité humaine qui vise aussi la construction de dispositifs de circulation et de productions de savoirs, est souvent qualifiée de « discipline ». Elle serait en ce sens parallèle à d’autres disciplines s’intéressant au travail, alors qu’elle est une perspective anthropologique, c’est-à-dire un certain point de vue sur l’être humain : elle le considère comme être d’activité ou être d’initiative, un être historique dont l’expérience n’est pas seconde, encore moins secondaire, mais pilote au contraire son désir de comprendre et son développement.

La démarche ergologique a une histoire scientifique et universitaire, syndicale et politique.

  • Il y a eu une thèse-évènement, celle de Yves Schwartz publiée en 1988, Expérience et connaissance du travail[1], et celle-ci a été rendue possible dans et par un contexte qu’il est important de se remémorer et de raconter aux nouvelles générations d’universitaires, de syndicalistes et d’intervenants. Et puis toute une série de rencontres, de liaisons et déliaisons, de batailles, notamment institutionnelles, de déploiements plus ou moins avancés. Si le colloque lui-même n’évoquera que quelques aspects de cette histoire, celle-ci mérite d’être connue en ce qu’elle situe la démarche ergologique comme un terrain d’engagement. Un engagement pour «la mise en visibilité du travail», et plus généralement de l’activité humaine.

Le colloque permettra d’évoquer ce qui s’est développé dans ce contexte, les réalisations passées ainsi que les travaux en cours :

  • la transformation de l’intuition originale, d’abord exercée dans un stage de formation continue, en formation universitaire ;
  • le développement à l’international (Brésil, Algérie, Comores, Portugal, Suisse…) avec ses spécificités ;
  • l’opérationnalité de la démarche dans l’intervention en tant que champ de pratiques ;
  • le « dialogue », plus ou moins engagé, avec plusieurs disciplines : l’ergonomie, la psychologie, la philosophie, les sciences de l’éducation, la sociologie du travail, la gestion, le droit, l’économie, les sciences du langage…

L’événement permettra également de formuler les récentes perspectives que pourrait ouvrir la rencontre de la conceptualité ergologique avec la psychanalyse, les neurosciences…

Enfin, il doit donner l’occasion de rendre plus manifeste la façon dont la création artistique s’empare de la question du travail ainsi que les perspectives ouvertes pour le champ syndical et politique par la compréhension et la prise en compte de l’activité humaine.

Mais s’il y a à explorer des pratiques et des potentialités, il y a aussi à comprendre des limites. Il s’agira donc tout autant d’analyser les obstacles auxquels se heurte la démarche et de provoquer de nouvelles rencontres et de nouveaux développements.

  • Soutenir la nécessité de rencontres permanentes entre producteurs et chercheurs pour comprendre le travail, ses évolutions, et pour agir en conséquence.
  • Soutenir le maintien d’une question vive sur la production des savoirs que le système académique continue à ne pas (vouloir) poser.
  • Interroger l’écho trop faible dans le champ de la philosophie d’une pensée qui se nourrit profondément, et de façon critique, de son histoire.
  • Interroger également l’embarras du monde syndical et la surdité du monde politique.

Le défi que se lancent les organisateurs du colloque est que la pluralité des questions abordées intéresse tous les participants quel que soit leur champ d’action ou d’intervention (universitaires, praticiens de l’intervention, militants, étudiants, artistes… quelle que soit aussi leur connaissance du travail de Schwartz et de la démarche ergologique).

L’approche ergologique, son histoire et ses questions, intéressent a priori tous ceux qui explorent à leur façon les méandres de la vie humaine, mais aussi quiconque veut réfléchir à sa propre activité et à celle des autres, reconsidérer les manières de faire et d’agir, ouvrir de nouvelles perspectives dans les façons de travailler, d’agir et de vivre.

2.    Le projet dans le cadre de l’appel à projets 2016 du GESTES

Le GESTES a lancé un appel à projets sur 4 thématiques :

  • Les nouvelles formes de travail et d’emploi, nouvelles organisations du travail, conditions de travail et leurs effets sur la vie des travailleurs et des personnes exclues du marché du travail
  • Déni, expression et objectivation des troubles de la santé et du rapport au travail
  • Travail et travailleurs, temporalités, parcours et territoire
  • Limiter les risques ou démocratiser le travail.

Les trois premières sont des thématiques auxquelles des recherches étayées par l’approche ergologique se sont intéressées mais elles étaient trop spécifiques pour rencontrer le projet de colloque tel qu’il s’est élaboré.

Le projet se rattache en revanche de façon manifeste au quatrième axe : Limiter les risques ou démocratiser le travail ? dont l’actualité est pressante, et doit l’être de plus en plus dans les prochaines années.

Cependant, par sa façon de poser les questions, l’approche ergologique ne peut pas rester dans les limites de cette interrogation.

Dès lors que l’être humain est considéré comme un être d’activité, un être qui ne se contente jamais de subir son environnement, la question « comment démocratiser le travail ? » qui sous-tend cet axe de questionnement devient : comment les organisations peuvent-elles prendre en compte les savoirs et les expériences de ceux qui produisent au quotidien, sans laisser de côté ceux dont la parole est aujourd’hui la moins entendue ? C’est le « postulat » de l’approche ergologique que de penser qu’on ne peut prendre en compte sérieusement les « savoirs investis », les expériences, sans faire un travail important de remise en cause de la façon même dont on se met à leur écoute. En effet les travaillants sont toujours aux prises avec les normes (de toutes sortes) dont ils héritent et qu’ils ne peuvent jamais se contenter d’appliquer. Tenir compte de leur point de vue, exercé dans leur façon de travailler, c’est donc aller à la rencontre de la façon dont ils se confrontent avec ces normes. Dès lors les dispositifs à mettre en place supposent qu’on s’interroge sur les conditions à réunir pour apprendre les uns des autres et pour co-produire des connaissances avec les acteurs des situations de travail et de vie.

L’ergologie ne développe pas des outils spécifiques d’intervention. Elle fait appréhender de façon particulière les outils qu’on élabore, ou qu’on utilise, dans les différentes disciplines ou infra-disciplines qui s’intéressent au travail. C’est notamment ce qu’a toujours souligné Jacques Duraffourg, qui a porté loin l’ergonomie de l’activité tout en contribuant au premier plan à l’élaboration de la démarche ergologique.

En revanche l’approche ergologique suppose de nouveaux concepts (celui de corps-soi par exemple, contre le dualisme corps/esprit qui empêche d’appréhender la synthèse réalisée par l’activité humaine) et une façon spécifique d’habiter ceux qui existent (par exemple le concept d’activité y a une acception particulière).

En résumé, « démocratiser le travail » ne peut pas se faire sans renouveler profondément le cadre de pensée et de pratiques dans lesquels on envisage de réaliser cet objectif : c’est la proposition que soutient la perspective ergologique et que mettent en œuvre ceux qui l’inscrivent dans leurs recherches ou interventions.

Le colloque veut déployer trois dimensions :

  • les présupposés théoriques de l’approche ergologique, tels qu’ils se sont forgés en 30 ans de mise à l’épreuve. Thématique de la naissance et des conditions d’élargissement de la démarche.
  • des exemples de pratiques et d’interventions qui s’inscrivent dans la démarche, avec leurs réussites, leurs limites, les questions qu’elles ouvrent. Thématique de la mise à l’épreuve de la démarche dans toutes sortes de pratiques.
  • la mise en perspective, qu’il s’agisse de pratiques ou de rencontres théoriques. Thématique des suites à envisager.

3.    Le contenu et la « forme » du colloque

Le contenu et la forme du colloque seront arrêtés en fonction des réponses à l’appel à contribution et des éléments en débat car l’intention des organisateurs est qu’ils soient vraiment en rapport avec les enjeux de la démarche ergologique : la rencontre et la co-production entre milieux de travail différents.

Pour les aspects arrêtés à ce jour, le colloque est prévu sur une durée de 3 jours :

  • deux journées articulant interventions et tables rondes ;
  • une journée, le samedi, sous une forme originale permettant l’ouverture à une plus large participation et permettant de débattre des suites de l’initiative dans différentes directions ;
  • à signaler que la partie brésilienne souhaite présenter une cartographie des développements des recherches dans les différents milieux.

Le programme précis sera arrêté en juin 2017 car sa construction doit répondre à quelques principes directeurs :

  • faire connaître une pensée qui a des développements concrets à travers la démarche ergologique et faire entendre une pensée vivante, en travail: pas d’hagiographie mais un colloque porteur de débats, de pistes de travail, d’ouvertures ;
  • faire place à ceux qui ont participé à la construction de la démarche et à des interlocuteurs potentiels, prêts à se poser la question d’une rencontre ou d’une convergence avec les préoccupations de la démarche ergologique ;
  • montrer la diffusion de la démarche dans d’autres pays et comprendre comment elle est acclimatée par ceux qui la portent.

La préparation se fait sous deux formes, avec deux dynamiques parallèles qui convergeront lors du colloque :

  • le lancement d’un appel ciblé à contribution, pour que le programme réponde à un équilibre quant aux différentes pistes de discussion,
  • la mise en place de ce carnet avec des thématiques de discussion.

Les deux formes s’adressent à une très grande diversité d’intervenants potentiels puisque sollicités dans plusieurs milieux, dans plusieurs pays, dans plusieurs générations, dans plusieurs domaines de recherches et de pratiques.

Concernant les milieux universitaires, les institutions partenaires de l’évènement, français ou étrangers, seront représentées sous une forme ou une autre dans les différents moments du colloque (introductions, tables-rondes, interventions, conclusions). En outre seront sollicités :

  • l’ensemble des courants s’intéressant à l’analyse du travail ;
  • des philosophes dont les travaux rencontrent ou pourraient rencontrer la question du travail et de l’activité ;
  • des chercheurs dans des domaines a priori éloignés de la démarche ergologique, voire ne la connaissant pas, mais susceptibles selon les organisateurs de faire un pas dans cette direction.

Cela suppose dont un important travail de communication et de mise en visibilité du projet, rendu possible par la diversité et le nombre de partenaires impliqués.

L’appel à contributions donne les grandes lignes de ce que nous cherchons (les principes évoqués plus haut). Les organisateurs iront eux-mêmes à la recherche d’intervenants qui répondent aux critères ci-dessus (et ils s’y plieront eux-mêmes s’ils sont amenés à intervenir).

Le programme du colloque et la forme même des interventions seront fixés au vu des propositions, avec la possibilité d’articuler, selon pertinence, tables rondes et interventions à une ou plusieurs voix.

Cela donne un programme prévisionnel ainsi conçu :

Jour 1 (matin) : ouvertures multiples par des intervenants de différents milieux.

Jour 1 (après-midi) : table ronde sur l’histoire, réunissant des interlocuteurs de générations et de pays différents.

Jour 2 (matin) : plusieurs tables rondes parallèles sur les pratiques liées à la démarche ergologique ou en débat avec elle.

Jour 2 (après-midi) : table ronde générale sur la mise en perspective de l’approche ergologique dans le paysage actuel des pratiques et des recherches sur le travail et l’activité humaine.

Chaque table ronde :

  • sera préparée en amont par un.e animateur/trice
  • donnera lieu à un débat d’une durée conséquente (1h15 pour les intervenant.es/ 1h15 pour la discussion)

Ce programme laisse des espaces pour des interventions « en solitaire » portant sur des thématiques ou des rencontres (entre la démarche ergologique et tel ou tel champ de recherche, préoccupation, thématique, etc.) d’une portée particulière.

En fin de journée 1 ou 2 prendra place une rencontre conviviale sous une forme à déterminer.

Jour 3 : entièrement à imaginer en fonction de la préparation du colloque.

C’est notamment au contenu de cette journée que s’évaluera la dynamique créée par la préparation du colloque. Les participants qui n’auront pas pu être présents lors des deux journées précédentes en auront des échos formalisés mais il s’agit aussi que les échanges des deux journées se prolongent sous d’autres formes, en accentuant de ce fait la dimension de rencontre et de construction de perspectives.

 

Il est attendu 300 personnes, tous types de statuts confondus. Le colloque est gratuit pour tous les participants.

 

[1] Yves Schwartz, Expérience et connaissance du travail, Messidor/La Dispute, Paris, 1988. Nouvelle édition augmentée d’une postface de l’auteur, Les Editions Sociales, Paris, 2012.

Penser et réaliser la transformation du travail