Dans quelques jours, le programme du colloque

On nous demande, suite à diffusion de l’affiche, le programme de l’événement, il sera diffusé dans quelques jours.

Précisons quelques choix des organisateurs  :

  • construire un programme à partir des propositions de contributions reçues. Des intentions d’abord, répondant aux termes de l’appel à contributions , puis des confirmations qui nous arrivent en ce moment.
  • le colloque se déroulera entièrement en plénières, avec un grand nombre de contributeurs (une soixantaine) et, cependant, des temps de débat importants.
  • 5 tables rondes, une par demi-journée, dont la composition ne sera arrêtée que quelques jours avant le colloque (et connue par l’intermédiaire de ce blog) car des binômes d’animateurs ont la charge de les construire  avec les participants.
  • on y évoquera aussi l’histoire de la démarche ergologique, depuis le stage de formation continue qui a donné lieu au livre L‘homme producteur jusqu’à  la création de la Société Internationale d’Ergologie, en passant par la formation à l’Analyse Pluridisciplinaire des Situations de Travail. Des pionniers nous expliqueront quelles conditions ont répondu possible cette aventure…Ceux d’aujourd’hui raconteront le combat pour maintenir cette formation originale dans le cadre universitaire actuel.
  • une après-midi ouverte, le samedi, de discussion sur les perspectives.

Le tout dans l’actualité que nous connaissons, car trois jours de colloque ne sont pas faits pour se mettre à l’abri mais pour réfléchir ensemble  à la manière de rendre plus agissante encore la démarche ergologique.

A suivre…

Travail et numérique : ouvrons le débat

Impossible de ne pas faire une place dans le colloque à la « question du numérique » alors qu’on nous parle à corps et à cri d’une « révolution » dans ce domaine.

Quand ont pris forme, dans les années 1980, les questions que pose l’approche ergologique (sous le nom, alors, d’analyse pluridisciplinaire des situations de travail), elles venaient mettre du trouble dans un discours triomphant sur les promesses des « mutations technologiques », en posant une question rare : qu’est-ce qui change dans le travail ?

On a vu, depuis, ce qu’il en est : notamment comment l’informatisation, portée par le mot d’ordre de « modernisation », a muté elle-même en une frénésie d’indicateurs chiffrés dans laquelle le travail est plus que jamais masqué. Aujourd’hui c’est le tout-numérique qui, pour certains, relaie les mêmes promesses, mais les propos sont, disons, plus inquiets, ou plus ambivalents, comme si dominait l’impression vague que tout nous échappe.

En quoi l’approche ergologique peut-elle nous aider à penser, et pratiquer, la maîtrise des évolutions techniques ?

Nous proposons en guise d’ouverture une conférence du chercheur Alexandre Monnin, auteur d’une thèse sur la philosophie du web qui apporte un éclairage très intéressant sur la réalité de la prétendue « immatérialité » des technologies numériques.

La vidéo de la conférence :
http://www.projet-eee.ac-versailles.fr/videotheque/ii-l-avenir-du-numerique-alexandre-monnin
La thèse :
https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00879147v3/document)

 

 

Connaître et étudier le travail – un article de Yves Schwartz

Demandons-nous ce que peut bien vouloir dire, à propos du
travail, l’expression « chercher à le connaître ». Cette
question est préoccupante, car on ne peut raisonnablement
parler du travail sans supposer que sa connaissance est possible, que
nous savons donc de quoi nous parlons. Sans un minimum de définition du travail, pouvons-nous être sûrs de ce que signifie « le connaître ? ». Continuer la lecture de Connaître et étudier le travail – un article de Yves Schwartz

Le programme du colloque est en cours d’élaboration

L’heure est  à la réflexion sur la dynamique générale du colloque. Un pré-programme sera diffusé à la fin de l’été.

Nous voulons  produire  un colloque dans lequel les participants acquièrent à la fois une vision élargie des problématiques auxquelles touche la démarche ergologique  et la possibilité de poursuivre rencontres et approfondissements à partir des débats soulevés tout au long de ces 3 jours.

Nous avons organisé les propositions de contributions reçues en 8 thématiques dont les titres sont pour l’instant :

  • Comprendre le travail comme une question de démocratie
  • Histoires de rencontres
  • Mutations : de quoi parle-t-on ?
  • Qu’apporte l’approche ergologique à une pratique ?
  • La co-production de savoirs (entre porteurs d’expériences et de connaissances issues de parcous différents)
  • Mise à l’épreuve des concepts ergologiques (le « corps-soi », le « débat de normes », de quoi s’agit-il ?)
  • Proximités, confrontations (avec des approches qui ont des préoccupations similaires)
  • Interfaces Ergologie-disciplines épistémiques (ou disciplines du savoir telles qu’elles sont instituées).

Le tout donnera lieu à des tables rondes, des interventions courtes, des interventions appuyées ou prolongées par une publication sur le blog, des documents audiovisuels ( toujours de format court pouvant renvoyer à un complément), d’autres formats plus originaux….et bien sûr des débats formels et informels.

Et le blog s’animera dès le mois de septembre, avant le colloque, de sa préparation thématique.

En attendant de vous retrouver,  nous vous souhaitons de passer d’agréables vacances ou pour le moins une reposante période estivale !

Des nouvelles de la préparation du colloque

L’appel à contributions circule. Il commence à nous parvenir des demandes de reculer la date butoir. Les contributions sont désormais attendues jusqu’au 6 juin, mais le plus tôt est le mieux…

Car rappelons le principe : ce qui est attendu, c’est un projet de contribution, une intention argumentée, plus ou moins long à votre convenance. Sur cette base, un pré-programme sera établi et nous prendrons contact avec tout.es les auteur.es de propositions pour expliquer et discuter notre point de vue sur le mode de diffusion de la communication ou sa place dans le colloque.

A ce stade une cinquantaine de contributions nous sont annoncées, très souvent à deux ou plusieurs voix. Vous le savez maintenant, nous voulons des « formes », des modalités, qui permettent que soient entendu.es des contributeurs/trices de tous horizons professionnels et de plusieurs continents.

Pour favoriser le débat, les commentaires vont bientôt être possibles en direct sur le blog.

Tout dépend de l’étape en cours et de la décision de chacun.e de prendre la plume…

 

Prezados, prezadas,

A chamada para contribuições tem circulado.

Algumas contribuições começam a chegar, mas diante de crescente demanda por uma ampliação do prazo para submissões, decidimos aceitar contribuições até 6 de junho, impreterivelmente. Pedimos que enviem o quanto antes suas propostas para facilitar nossa organização interna e agilizar o retorno aos (as) autores (as).

Vale lembrar o princípio de que o que esperamos no momento é uma intenção argumentada que possa nos instruir sobre a pertinência da mesma e nos auxilie na organização de um pré-programa do evento. Não esperamos propostas finalizadas, esta deverá ser entregue no início de setembro. De posse deste pré-programa nós entraremos em contato com os (as) autores (as) para explicar e discutir a melhor forma para a difusão das contribuições propostas.

Até o momento várias contribuições estão anunciadas, algumas já chegaram, muito frequentemente elas são contribuições coletivas. Vocês sabem que desejamos ‘formas’, modalidades que permitam observar a diversidade de vozes, de horizontes, de continentes, e domínios disciplinares e profissionais…

Estamos também providenciando alterações no blog de modo que ele possa abrigar o debate dos interessados sobre questões relativas à temática geral do colóquio, criando, desde já, um diálogo entre nós.

Atenciosamente, 

 

 

« Quelle est la spécificité d’un Groupe de rencontre du travail (GRT) ? », par Louis Durrive

L’enjeu d’une organisation est de rendre possible et efficace l’action collective au service d’un projet. Pour cela, elle doit à la fois produire de la norme (antécédente et anonyme) et pouvoir compter sur des hommes normatifs, c’est-à-dire en mesure d’exercer leur normativité, d’effectuer un retravail personnel des normes, au moment de se confronter à la réalité, de manière à atteindre les buts assignés. Un certain nombre d’organisateurs ont cependant longtemps entretenu l’idée que les plans, les programmes, les procédures, les méthodes, etc. auraient le pouvoir de modéliser parfaitement une action, de la penser à l’avance et ‘sans reste’ – ce qui veut dire de façon exhaustive, car rien ne leur échapperait de la réalité. Or c’est impossible puisque, étant en désadhérence donc à distance de l’ici et maintenant, l’organisation opère nécessairement une réduction de la réalité. Le manager dirigeant a forcément une vision plus large que profonde des situations de travail, qu’il supervise de loin.

Continuer la lecture de « Quelle est la spécificité d’un Groupe de rencontre du travail (GRT) ? », par Louis Durrive

En quoi le travail ouvre-t-il de nouvelles perspectives au mouvement syndical ? par Yves Baunay

C’est le fil rouge qui a été déroulé lors du colloque-séminaire pour les dix ans du chantier travail de l’Institut de recherche de la FSU, les 1er et 2 février 2017 à Paris.

Quatre ateliers ont débattu et confronté des réflexions de militant-e-s à partir d’expériences de recherches sur le travail, d’expériences d’activité syndicale notamment en CHSCT, sur les lieux de travail… Il s’agissait de mettre en évidence des questions vives relatives aux difficultés et/ou potentialités des mobilisations syndicales et des engagements de chercheur-e-s, de syndicalistes, de travailleurs et travailleuses, d’organisations syndicales, dans la transformation du travail.

Continuer la lecture de En quoi le travail ouvre-t-il de nouvelles perspectives au mouvement syndical ? par Yves Baunay

Société Internationale d’Ergologie et sa revue

Société Internationale d’Ergologie

voir le site web

Revue Ergologia

> voir le site web

Ergologia est une revue internationale et pluridisciplinaire dont l’objectif est de favoriser les confrontations et dialogues entre les savoirs académiques et les enseignements issus des expériences sociales concernant la nature, l’organisation, la gestion, le gouvernement du travail et de l’activité humaine.

Politique d’accès libre
Continuer la lecture de Société Internationale d’Ergologie et sa revue

Ouverture du Carnet « Démarche ergologique »

Le carnet va soutenir la préparation du colloque : « Penser et réaliser la transformation du travail : l’apport de la démarche ergologique et de l’œuvre d’Yves Schwartz ».

Il s’agit d’organiser à Paris, les 12, 13 et 14 octobre 2017, une manifestation scientifique de grande ampleur qui permettra de faire le point sur 30 ans de développements de l’approche ergologique et de la faire connaître. Le Centre de Recherche sur le Travail et le Développement au CNAM est laboratoire porteur, associé à plusieurs laboratoires universitaires et à d’autres acteurs.

Continuer la lecture de Ouverture du Carnet « Démarche ergologique »

Penser et réaliser la transformation du travail